Une contribution déterminante

L’exportation, l’internationalisation et le crédit peuvent contribuer à la reprise de l’économie nationale.
En effet, malgré une phase globale de diminution des échanges, les exportations au départ de l’Italie enregistrent, en juillet 2012, une augmentation annuelle de six points. Sans la contribution décisive des échanges, la récession pèserait bien plus sur l’économie nationale: la baisse du PIL aurait dépassé les cinq points au milieu de l’année déjà.
Autre bonne nouvelle pour notre économie: l’augmentation du poids des ventes hors zone UE – 45% de notre exportation.
Ces éléments sont encourageants mais ne suffisent pas à compenser le déficit de dimension qui pèse sur l’avenir du secteur. De nombreux petits entrepreneurs sont exposés aux coûts et aux risques les plus hauts de la globalisation. La dimension limitée du canal d’exportation italien risque de s’ajouter au problème de l’accès au crédit. De telles opportunités de croissance, ne doivent pas disparaître à cause d’un problème de crédit.
Les interventions en faveur du soutien de l’économie, du crédit et du circuit de payements, des capitaux en circulation et des opérations financières des exportations, doivent être les bienvenues.