HomesantéSucre dans les boissons gazeuses. La Suisse demande une réduction de 10%

Sucre dans les boissons gazeuses. La Suisse demande une réduction de 10%

L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) demande aux fabricants de boissons non alcoolisées de réduire de 10 % la quantité de sucres ajoutés dans les boissons non alcoolisées commercialisées en Suisse. (1)

Sucre dans les boissons gazeuses, -10% d'ici 2024

Les consommateurs Les Suisses consomment en moyenne 110 grammes de sucre par habitant et par jour. C'est plus du double de la quantité de sucre recommandée par l'OMS (50 g/jour dans un régime de 2.000 XNUMX kcal).

Le rapport National sur l'alimentation 'CH menu» indique que les boissons non alcoolisées sont à l'origine d'environ 40 % des sucres ajoutés consommés en Suisse. (2) Une intervention sur ce secteur de production est donc indispensable.

Objectif de la Confédération est de réduire les apports moyens en sucres ajoutés d'au moins 10 % d'ici 2024. Mais certains opérateurs rechignent à collaborer sur la base du volontariat.

Coca-Cola s'y oppose, Migros dit oui

La chaîne Migros a déjà accepté. Conformément à son adhésion à la Déclaration de Milan de 2015, Migros s'apprête à changer la recette de son thé glacé. Sans même ajouter d'édulcorants, pas du tout d'avantages comme vu. L'entreprise évitera en effet la réduction du sucre en ajoutant du karkadè, des cynorrhodons ou d'autres ingrédients.

Pas d'engagement à la place, il est embauché par Coca-Cola Suisse. La branche suisse de la multinationale déclare que le goût de la boisson (6 morceaux de sucre par verre) est standardisé et décidé à Atlanta. (3) Aucune modification ne peut donc être apportée à la recette des bouteilles commercialisées uniquement en Suisse. (4)

Alerte à l'obésité et au surpoids chez les enfants

Consommation excessive le sucre expose la population à des risques sanitaires même graves, réitère la récente Avis de l'EFSA.

Obésité et surpoids les enfants sont aussi la première cause d'inquiétude en Suisse, comme en Italie, avec un impact sur 23% des enfants entre 5 et 9 ans. En l'absence de mesures efficaces et obligatoires, les jeunes et très jeunes risquent de développer des maladies graves et chroniques (MNT, Les maladies non transmissibles) associé à ces conditions.

Notes

(1) G.Doninelli. Berne demande moins de sucre dans les boissons non alcoolisées. tio.ch 28.3.22 V. https://www.tio.ch/svizzera/attualita/1573930/zucchero-berna

(2) Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). L'enquête nationale sur l'implantation menuCH. https://bit.ly/2BbfyNg

(3) Dario Dongo. Coca-Cola, obésité et droit à l'eau. Étude scientifique. CADEAU (Grand commerce alimentaire italien). 19.7.20,

(4) Nouvelles RSI. Trop de sucre dans les boissons gazeuses, la santé en danger. 7.6.22. https://bit.ly/3mVmqmT

+ messages

Journaliste professionnel depuis janvier 1995, il a travaillé pour des journaux (Il Messaggero, Paese Sera, La Stampa) et des périodiques (NumeroUno, Il Salvagente). Auteur d'enquêtes journalistiques sur l'alimentation, elle a publié le livre "Lire les étiquettes pour savoir ce que l'on mange".

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "