AccueilsantéLa vitamine D entre dans le protocole de traitement anti Covid-19

La vitamine D entre dans le protocole de traitement anti Covid-19

La supplémentation en vitamine D entre dans le protocole de soins à domicile des patients Covid-19 résidant dans le Piémont. Ainsi, l'hypothèse apparue dans la littérature scientifique selon laquelle des taux sériques adéquats de 25-hydroxyvitamine D [25(OH)D] sont utiles dans la prévention et le traitement de l'infection virale qui a déclenché la pandémie de SRAS-CoV-2 trouve ainsi une application concrète en cours.

La vitamine D dans le protocole Covid-19

L'appello d'inclure la vitamine D dans la thérapie et la prévention du Covid-19 s'adressait aux établissements de santé et à la communauté scientifique il y a un peu plus de trois mois. La demande a été transmise avec un lettre ouverte, signé par 61 professionnels de santé italiens (le Groupe des 61).

Chef les deux docteurs de l'Académie de médecine de Turin, Giancarlo Isaia et Enzo Medico, respectivement professeurs de gériatrie et d'histologie, qui les premiers, en mars 2020, ont pressenti et décrit dans un document le rôle bénéfique éventuel de la vitamine D dans la prévention et le traitement des infections. (1)

Les bienfaits de la vitamine D.

L'utilité de la vitamine D contre le Covid-19, comme documenté par Isaiah et Medico, se manifeste par une protection contre la contagion et par une évolution moins grave de la maladie et avec une mortalité réduite, chez les personnes infectées.

Thèse est confirmé par plusieurs centaines d'études scientifiques, comme mentionné dans la lettre ouverte précitée du Groupe des 61. Et vient d'être confirmé par les travaux menés par un équipe de la polyclinique universitaire Tor Vergata de Rome, publié dans le Journal de l'American College of Nutrition. (2)

Le protocole du Piémont

A la lumière de tant d'évidences, la Région du Piémont a inclus la supplémentation en vitamine D parmi les mesures thérapeutiques recommandées pour le traitement des patients Covid-19. sans étiquette, c'est-à-dire non repris parmi les indications du médicament.

'' Bien que la supplémentation en vitamine D fasse déjà partie du travail médical, en particulier dans les groupes les plus souvent carencés, le rapport à cet égard est justifié par certaines découvertes clinico-scientifiques concernant la Carence en vitamine D mesurée chez les patients COVID-19, surtout s'il s'agit d'une personne âgée, et dans laquelle la possibilité de corriger les niveaux par la supplémentation a été valorisée de manière circonstancielle ». (3)

L'hostilité du ministère de la Santé

Indifférent aux preuves citées, également partagées par les chercheurs de l'ISS, Institut supérieur de la santé, le gouvernement italien confirme l'hostilité à l'intégration de la vitamine D. (4)

Dans le site web du ministère de la Santé, l'utilité de la vitamine D figure toujours parmi les fausses nouvelles sur le Covid-19. (5) Alors que la note 96/19 de l'Aifa, l'Agence italienne des médicaments, reste en vigueur, qui - comme nous l'avons vu - à partir de fin 2019 refuse la couverture du NHS à la prescription de vitamine D pour les personnes présentant des taux sériques pas inférieur à 20 ng / mL.

Le prix de l'épargne

Au-delà des corrélations prometteuses dans une clé anti Covid, la vitamine D est indispensable au maintien de la santé des os et des muscles. La principale source est l'exposition directe au soleil pendant 10 à 15 minutes par jour (sans crème solaire). Une « dose » drastiquement réduite par l'isolement prolongé à l'intérieur des maisons imposé à la population par les mesures anti-contagion.

Sans surprise, le gouvernement écossais distribue gratuitement des suppléments de vitamine D. Pour éviter, au moins, d'accepter des patients dans des conditions graves avec des niveaux de vitamine D réduits à 4 (quatre) ng/mL dans les services Covid, comme le documente l'étude précitée des chercheurs de Tor Vergata.

Insights

Insights sur les corrélations entre alimentation, système immunitaire, inflammation et infections virales sont disponibles dans le premier tome de la trilogie'Covid-19, l'ABC' en haut https://www.greatitalianfoodtrade.it/covid-19-abc-volume-i-persone_1

Marta Strinati

Notes

1) Giancarlo Isaia et Enzo Medico, Rôle préventif et thérapeutique possible de la vitamine D dans la gestion de la pandémie de COVID-19. Université de Turin, document 25.3.20 https://www.unitonews.it/storage/2515/8522/3585/Ipovitaminosi_D_e_Coronavirus_25_marzo_2020.pdf

2) Infante M, Buoso A, Pieri M, Lupisella S, Nuccetelli M, Bernardini S, Fabbri A, Iannetta M, Andreoni M, Colizzi V, Morello M. Faible taux de vitamine D à l'admission comme facteur de risque de faible survie chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 : une étude rétrospective italienne. J Am Coll Nutr. 2021 février 18 : 1-16. Epub avant impression. https://doi.org/10.1080/07315724.2021.1877580

3) Protocole de prise en charge des patients covid à domicile par les unités spéciales de continuité des soins, médecins généralistes et pédiatres de libre choix : bilan. Version 4 mars 2021. Service fonctionnel interentreprises à valeur régionale pour les 'maladies infectieuses et urgences'. V ENCEINTE

4) V https://www.iss.it/coronavirus/-/asset_publisher/1SRKHcCJJQ7E/content/covid-19-la-vitamina-d-potrebbe-cooperare-con-l-interferone-nella-risposta-antivirale

5) V http://www.salute.gov.it/portale/nuovocoronavirus/archivioFakeNewsNuovoCoronavirus.jsp?lingua=italiano&tagId=1314

6) Voir le site Web du gouvernement écossais https://www.gov.scot/publications/coronavirus-covid-19-vitamin-d-take-up-by-the-shielding-group/

Marta Strinati
+ de publications

Journaliste professionnel depuis janvier 1995, il a travaillé pour des journaux (Il Messaggero, Paese Sera, La Stampa) et des périodiques (NumeroUno, Il Salvagente). Auteur d'enquêtes journalistiques sur l'alimentation, elle a publié le livre "Lire les étiquettes pour savoir ce que l'on mange".

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "