AccueilsécuritéContaminants alimentaires. Nouvelles limites dans l'UE pour l'ochratoxine A à partir du 1.1.23

Contaminants alimentaires. Nouvelles limites dans l'UE pour l'ochratoxine A à partir du 1.1.23

Le rég. UE 2022/1370 - une réforme partielle du règlement sur les contaminants alimentaires (règlement CE n° 1881/2006) - introduit dans l'UE de nouvelles limites sur les niveaux d'ochratoxine A (OTA) sur différentes catégories d'aliments, à partir du 1.1.23 . (1)

1) L'ochratoxine A, le mal invisible

Ochratoxine A (OTA) est une mycotoxine produite par des espèces de champignons Aspergillus e Pennicillium quali A. ochraceus, A. carbonario, A. niger, P. verrucosum.

Est présent dans de nombreux aliments tels que céréales et produits à base de céréales, légumineuses, café, bière, jus de raisin, raisins secs, vin, produits à base de cacao, noix et épices, fromages et charcuterie (2,3).

IARC (Agence internationale pour la recherche sur le cancer) a placé l'ochratoxine A dans le groupe 2B, 'peut-être cancérigène pour l'homme', dès 2012. (4) Études toxicologiques, in vitro e in vivo, ont également démontré ses effets génotoxiques, ainsi qu'une toxicité sur les reins et le foie, les systèmes nerveux et immunitaire. (5)

2) Ochratoxine A, les nouvelles limites dans l'UE

La Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire, dans son dernier avis sur l'OTA (EFSA, 2020), a souligné que les mécanismes biochimiques sous-jacents à la génotoxicité ne sont pas encore entièrement compris. La panneau d'experts ont donc adopté une approche basée sur les marges d'exposition (MoE) par rapport aux valeurs de référence pour les effets néoplasiques et non néoplasiques. (6)

La Commission européenne elle a donc introduit de nouveaux seuils maximaux de contamination par l'ochratoxine A sur certains aliments qui manquaient jusqu'à présent de réglementation spécifique. En plus d'abaisser certaines limites précédemment établies sur d'autres produits alimentaires.

2.1) Nouvelle liste des produits alimentaires soumis à des limites de contamination

Règlement (UE) 2022/1370 tout d'abord, il intègre la liste des catégories de produits alimentaires soumis à des seuils maximaux de contamination par l'ochratoxine A, qui comprend désormais :

- les produits de boulangerie, les snacks à base de céréales et les céréales du petit-déjeuner,

- fruits à coques et fruits secs, boissons non alcoolisées, fruits secs autres que les raisins secs, sirop de dattes, produits de confiserie à base de réglisse,

- graines de tournesol, graines de citrouille, graines de pastèque et de melon, graines de chanvre, graines de soja, pistaches, poudre de cacao,

- des herbes séchées, des racines de guimauve/bismalva, des racines de pissenlit/pissenlit et de la fleur d'oranger à utiliser dans des infusions ou des substituts de café.

2.2) Réduction des teneurs maximales en OTA

Les seuils les contaminations par l'ochratoxine A sont significativement réduites, à partir du 1.1.23, sur :

- café (café soluble de 10 à 5 µg/kg, café torréfié de 5 à 3 µg/kg),

- produits de boulangerie (3 à 2 µg/kg produits ne contenant pas de fruits à coque, fruits secs et fruits à coque),

- raisins secs (10 à 8 µg/kg).

Les limites de la contamination de l'ochratoxine A pour certaines épices ont été étendues à toutes les épices.

3) Conclusions provisoires

Mycotoxines, comme nous l'avons vu, ils restent une source de danger grave pour la sécurité alimentaire et la santé publique encore peu prise en compte aujourd'hui. Et l'on doute encore, entre autres, du niveau de protection effective des mineurs (5,7).

Fromages et charcuterie à leur tour, comme l'a également souligné le Comité national de sécurité sanitaire des aliments (CNSA, 2021), ils contribuent à l'exposition alimentaire globale aux mycotoxines. (3) Mais eux aussi restent sans teneurs maximales.

Dario Dongo et Ylenia Desiree Patti Giammello

Notes

(1) EU Reg.) 2022/1370, qui modifie le règlement (CE) no. 1881/2006 en ce qui concerne les teneurs maximales en ochratoxine A dans certains produits alimentaires. Sur Eur-Lex, https://bit.ly/3NHF0vv

(2) Travis R. Bui-Klimke & Felicia Wu (2016). Ochratoxine A et risque pour la santé humaine : examen des données probantes. Examens critiques en science alimentaire et nutrition.
Volume 55, 2015 - Numéro 13. https://doi.org/10.1080/10408398.2012.724480

(3) Dario Dongo. Ochratoxine A, danger de moisissure dans les fromages et la charcuterie. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 7.10.21/XNUMX/XNUMX

(4) Pitt JI, Wild CP, Baan RA, Gelderblom WCA, Miller JD, Riley RT, Wu F. Améliorer la santé publique grâce au contrôle des mycotoxines. (2012). Agence internationale pour la recherche sur le cancer. Série de publications scientifiques du CIRC, Numéro 158

(5) Marta Chanté. Mycotoxines, entretien avec Carlo Brera, expert ISS. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 31.5.19

(6) AESA (2020). Évaluation des risques de l'ochratoxine A dans les aliments. https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2020.6113

(7) Marta Chanté. Les mycotoxines, le mal invisible. L'ABC. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 24.5.19

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

+ de publications

Technicienne de laboratoire, passionnée par la production et la distribution de produits alimentaires, l'information des consommateurs et l'art culinaire.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "