AccueilsécuritéRASFF, cacahuètes à la lécithine de soja d'Inde. Analyse de risque

RASFF, cacahuètes à la lécithine de soja d'Inde. Analyse de risque

La présence de résidus d'arachides dans certains envois de lécithine de soja en provenance d'Inde a été signalée dans le RASFF (Système d'alerte rapide sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux) et mérite une analyse approfondie de l'analyse des risques en matière de sécurité alimentaire.

1) RASFF, résidus d'arachide dans la lécithine de soja indienne

RASFF - le système d'alerte européen sur la sécurité alimentaire, ainsi que les aliments pour animaux et MOCA (Materials and Objects in Contact with Food) - rapporte deux actualités sur la présence de protéines d'arachide (allergènes) dans la lécithine de soja en provenance d'Inde :

- notification 2022.2286. Notification de l'Allemagne, avec la participation de plusieurs États membres dont l'Italie. Trois échantillons de lécithine de soja liquide ont révélé la présence de 220, 110, 9,71 mg/kg (ou ppm),

- notification 2022.2788. Notification de l'Espagne concernant la lécithine de soja. Le portail RASFF fait référence à 'risque sérieux', bien qu'aucune information ne soit disponible sur les niveaux d'arachide détectés dans les échantillons.

1.1) Cacahuètes et soja, la source du trouble

Contamination de lécithine de soja avec des cacahuètes semble avoir eu lieu en Inde en amont de la chaîne d'approvisionnement. Certaines huileries indiennes - en 2021, en raison de la pénurie de soja - auraient intégré leur production en travaillant également les graines d'arachide. Sans toutefois assainir les systèmes avec précision, suite au traitement de ces derniers.

L'extraction de lécithine d'huile de soja a ainsi conduit à l'entraînement de résidus de protéines d'arachide dans celle-ci. Suite à l'alerte, les fournisseurs concernés auraient dû arrêter la production pour la désinfection précise des systèmes ou l'adaptation des fiches techniques et des étiquettes, afin d'exclure la récurrence de la contamination et dans tous les cas apporter les nouvelles nécessaires.

2) Règles de l'UE

2.1) Sécurité alimentaire et allergènes

Il Loi alimentaire générale exige que tous les aliments mis sur le marché soient conformes aux exigences de sécurité alimentaire et propres à la consommation humaine. L'évaluation des risques doit tenir compte, entre autres, des catégories de consommateurs vulnérables et des informations figurant sur l'étiquette (règlement CE 178/02, article 14).

Le rég. CE 852/04 - jalon du cd Forfait Hygiène - établit les exigences et les critères d'hygiène et de sécurité alimentaire, de la ferme à la fourchette. Sa dernière réforme, qui a eu lieu avec le reg. 382/21, porte sur la culture de la sécurité alimentaire et la bonne gestion du risque allergène. (1)

2.2) Allergènes sur l'étiquette

Il Règlement sur l'information sur les denrées alimentaires rapporte à son tour à l'annexe II la liste exhaustive des allergènes à indiquer sur l'étiquette, avec les méthodes appropriées indiquées:

- les informations obligatoires spécifiques concernent les ingrédients ou les auxiliaires technologiques de l'annexe II ou dérivés de substances ou de produits qui y sont énumérés, lorsqu'ils sont utilisés dans la fabrication ou la préparation d'une denrée alimentaire et en fait des résidus - bien que sous une forme modifiée - dans le produit fini,

- les substances dérivées expressément exclues car reconnues (par le législateur européen, sur la base d'avis spécifiques de l'EFSA) ne sont pas susceptibles de provoquer des allergies ou des intolérances chez les consommateurs sensibles (règlement UE 1169/11, article 21 et annexe II) .

2.3) Gestion des risques

Gestion des risques en tout cas, indépendamment de l'évaluation abstraite d'un éventuel dépassement des limites légales ou d'autres non-conformités, comme nous l'avons vu. (2) Analyse de risque elle vise en effet à vérifier s'il existe une possibilité concrète, dans le cas concret, d'exposer la santé publique à un danger.

Communication risque - par la notification aux autorités sanitaires, l'information des clients et des consommateurs - ainsi que d'autres actions correctives prescrit par Loi alimentaire générale (retrait commercial et éventuel rappel public d'aliments) découlent quant à eux de l'analyse concrète d'une manifestation réelle et possible du danger. (3)

3) Analyse des risques

Analyse de risque à effectuer - en cas de contamination accidentelle de produits alimentaires par des allergènes non déclarés sur l'étiquette - doit donc tenir compte de la présence éventuelle de protéines allergènes, dans les produits individuels, à un niveau pouvant déclencher une réaction indésirable.

3.1) Allergènes, dose déclenchante (ED)

Numéros Défi alimentaire oral (OFC) - des tests pour le diagnostic des allergies alimentaires, au moyen d'administrations contrôlées de doses croissantes d'allergènes suspects - ont été menés au cours des dernières décennies dans diverses parties du monde. Afin d'identifier les niveaux d'exposition auxquels l'allergie survient et son intensité (légère, moyenne, sévère. Voir notes 4,5).

L'individuation du cd dose déclenchante (ED, ou dose de réaction), c'est-à-dire la dose qui provoque l'apparition des symptômes allergiques, n'est pas simple en raison des variables de sensibilité individuelle, également liées à des facteurs génétiques et environnementaux. L'avis de l'EFSA (2014) indique, entre autres, que l'allergie à l'arachide est l'une des plus problématiques, ainsi que la plus répandue chez les enfants. (6)

3.2) Littérature scientifique européenne

Une brève revue sur les principales études menées en Europe à ce jour sur l'allergie à l'arachide, à suivre :

- Irlande. L'étude PATS (Étude sur le seuil d'allergène de l'arachide. Hourihane et al., 2017) sur 378 enfants, ont apporté des éclairages intéressants mais non concluants, (7)

- Allemagne. Une étude OFC sur 63 enfants (Blumchen K. et al., 2014) a identifié une DE05 égale à 1,95 mg de protéine d'arachide, (8)

- Danemark. 781 tests OFC sur 487 patients (0,5 - 73,5 ans) ont permis d'observer une Faible niveau d'effet indésirable observé (LOAEL) de 1 mg sur le patient le plus sensible (Eller et al., 2012), (9)

- Angleterre. L'étude TRACE (Seuil de réactivité et évaluation clinique. Dua et al., 2019) ont identifié des valeurs seuils d'allergie à l'arachide et évalué leurs conséquences, également liées à des facteurs tels que la privation de sommeil et l'activité physique. (dix)

3.3) Littérature scientifique, Canada et États-Unis

Les études Canada-Gestion des risques d'allergies alimentaires 1 (Canada-ARM1) et le Début de l'immunothérapie à l'arachide au Canada, évaluation et découverte (PISCES) a permis d'établir une valeur moyenne de DE01 de 1,24 mg et 1,77 mg de protéine d'arachide, respectivement. (11)

Aux États-Unisune revue scientifique (Zhu J. et al., 2015) se sont concentrés sur l'identification des dose déclenchante minimale (MED), équivalent à LOAEL, chez les personnes allergiques aux arachides. (12) Les sujets qui ont subi des effets indésirables très violents ont des valeurs MED et seuil (ED) significativement plus élevées que ceux qui ont subi des réactions légères et modérées :

- MED (LOAEL). Les valeurs médianes relevées sont de 25 mg de protéines (gamme 0,05-2500 mg), 50 mg (gamme 0,1-5000 mg) et 250 mg (gamme 0,3-5000 mg). Respectivement pour les réactions légères, modérées et violentes,

-ED10. Les valeurs relevées sont de 0,09 mg de protéines pour les sujets présentant des réactions légères, 0,5 mg pour les sujets présentant des réactions modérées, 3 mg de protéines pour les sujets présentant des réactions violentes.

3.4) VITAL® 3.0

Le système VITAL® (Étiquetage volontaire des allergènes traces accidentels. Version 3.0, 2019), développé par Bureau des allergènes (AUS-NZ), utilise les PDE comme doses de référence pour identifier les niveaux de risque des allergènes contact croisé.

BfR - le Institut fédéral d'évaluation des risques, en Allemagne - a publié un avis substantiellement favorable sur l'approche et les doses de référence indiquées dans VITAL® 3.0 (0,2 mg pour l'arachide). (13)

3.5) Simulations et analyses

Les opérateurs qui reçoivent un avis de la présence possible d'arachides dans la lécithine de soja qu'ils utilisent doivent :

- enregistrer la non-conformité dans leurs systèmes de gestion de la sécurité et de la qualité des aliments,

- réaliser une évaluation des risques liés à leurs produits, en :

  • simulations pour calculer les niveaux de contamination possibles, en supposant un pire scénario sur la base des données disponibles,
  • prélèvements et analyses (à confier à des laboratoires accrédités pour la méthode) sur leurs produits finis, afin de vérifier leur conformité,

- décider des actions correctives à entreprendre, le cas échéant, dans la seule hypothèse de crainte fondée sur la sécurité des denrées alimentaires déjà mises sur le marché (règlement CE 178/02, articles 14 et 19).

4) Conclusions provisoires

Le risque la sécurité alimentaire liée à contamination croisée les allergènes doivent toujours être pris en compte avec la plus grande attention par tous les opérateurs de la chaîne agroalimentaire. Comme cela n'arrive malheureusement pas, face à la large diffusion des étiquettes et des nouvelles hors-la-loi que l'écrivain, aux côtés Allergie alimentaire Italie, dénonce en vain depuis trois décennies. (14)

La situation en question présente quelques particularités - différents niveaux de contamination accidentelle, parfois proches des limites de détection (LoD, limite de détection), l'utilisation de lécithine de soja comme ingrédient dans d'autres produits alimentaires à <0,5 % - ce qui pourrait réduire les marges d'exposition. Dans tous les cas, à vérifier de la manière indiquée.

Dario Dongo

Notes

(1) Dario Dongo. Règlement UE 2021/382. Gestion des allergènes, culture de sécurité, redistribution alimentaire. GIFT (Great Italian Food Trade ). 9.3.21/XNUMX/XNUMX, https://www.greatitalianfoodtrade.it/sicurezza-alimentare/reg-ue-2081-382-cultura-della-sicurezza-redistribuzione-alimenti-gestione-allergeni/

(2) Dario Dongo. Moisissure dans le pain et les produits de boulangerie, pas d'alarmes de sécurité alimentaire. GIFT (Great Italian Food Trade ). 13.5.22/XNUMX/XNUMX, https://www.greatitalianfoodtrade.it/sicurezza-alimentare/muffe-nel-pane-e-nei-prodotti-da-forno-nessun-allarme-di-sicurezza-alimentare/

(3) La notion de risque visée au règl. Le CE 178/02 (articles 14,19) doit donc être mis à jour à la lumière des précisions apportées par le règ. UE 2017/625 (article 3, paragraphes 23 et 24)

(4) FAIRE (Recherche et éducation sur les allergies alimentaires). Défi alimentaire oral. https://www.foodallergy.org/resources/oral-food-challenge

(5) Casale TB et al. (2019). Harmonisation de la terminologie pour la dose tolérée et réactive dans l'immunothérapie contre les allergies alimentaires. J. Allergy Clin. Immunol. Pratique. 7 (2): 389-392, https://doi.org/10.1016/j.jaip.2018.12.008

(6) Groupe scientifique de l'EFSA sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies (groupe scientifique NDA). (2014). Avis scientifique sur l'évaluation des aliments allergènes et des ingrédients alimentaires à des fins d'étiquetage. est ce que je:
https://doi.org/10.2903/j.efsa.2014.3894

(7) Hourihane JO'B. et coll. (2017). Peanut Allergen Threshold Study (PATS): Nouvelle étude de provocation alimentaire orale à dose unique pour valider les doses déclenchantes chez les enfants allergiques aux arachides. J Allergy Clin. Immunol. 139 : 1583-90, http://doi.org/10.1016/j.jaci.2017.01.030

(8) Blumchen K. et al. (2014). Le défi alimentaire oral modifié utilisé avec des biomarqueurs de sensibilisation fournit des seuils cliniques plus réels pour l'allergie aux arachides. J Allergie Clin. Immunol. 134 : 390-398, http://doi.org/10.1016/j.jaci.2014.03.035

(9) Eller et al. (2012). Seuils cliniques pour l'œuf, la noisette, le lait et l'arachide : résultats d'une étude monocentrique utilisant des épreuves standardisées. Anne. Allergie Asthme Immunol. 108 : 332-336, https://doi.org/10.1016/j.anai.2012.03.010

(10) Dua S. et al. (2019). Effet de la privation de sommeil et de l'exercice sur le seuil de réaction chez les adultes allergiques aux arachides : une étude contrôlée randomisée. J. Allergy Clin. Immunol. 144 (6): 1584-1594, https://doi.org/10.1016/j.jaci.2019.06.038

(11) Chu DK et al. (2021). Seuils de réaction à l'allergène de l'arachide lors de provocations alimentaires contrôlées dans 2 études randomisées canadiennes (Canada-ARM1 et PISCES). J. Allergy Clin. Immunol. Pratique. 9 (6): 2524-2526, https://doi.org/10.1016/j.jaip.2021.02.009

(12) Zhu J. et al. (2015). Une analyse rétrospective de la gravité des réactions allergiques et des doses déclenchantes minimales pour les provocations alimentaires orales aux arachides, au lait, aux œufs et au soja. Toxicologie alimentaire et chimique 80 : 92-100, http://doi.org/10.1016/j.fct.2015.02.023

(13) BfR (2020). 'VITAL 3.0' : propositions nouvelles et mises à jour pour les doses de référence des allergènes alimentaires. doi: 10.17590 / 20200602-143608. https://mobil.bfr.bund.de/cm/349/vital-30-new-and-updated-proposals-for-reference-doses-of-food-allergens.pdf

(14) Dario Dongo. Allergie au lait, un décès et un rappel. La question du "sans lactose". GIFT (Great Italian Food Trade ). 18.4.22/XNUMX/XNUMX, https://www.greatitalianfoodtrade.it/sicurezza-alimentare/allergia-al-latte-un-decesso-e-un-richiamo-la-questione-senza-lattosio/

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "