AccueilProgressEaux agricoles et sécurité alimentaire, règl. UE 2020/741. L'ABC

Eaux agricoles et sécurité alimentaire, règl. UE 2020/741. L'ABC

Le rég. L'UE 2020/741 introduit enfin des règles uniformes sur la qualité des eaux agricoles, en réponse à la nécessité de réutiliser les eaux usées tout en garantissant des normes élevées de sécurité alimentaire dans le marché intérieur. (1)

Il est désormais nécessaire de vérifier l'adéquation des systèmes de gestion de l'eau et l'efficacité des stations d'épuration, en vue de l'application des nouvelles règles à partir du 26.6.23. L'ABC à suivre.

INTRODUCTION

Eaux agricoles, besoins et incertitudes

Eaux agricoles elles représentent l'ensemble des ressources en eau utilisées pour cultiver les produits de la terre et élever le bétail. La consommation d'eau la plus importante dans l'agriculture est liée aux activités d'irrigation.

La pression croissante sur les ressources en eau dans l'UE, le changement climatique et la rareté de l'eau, leur niveau croissant de contamination - y compris par des résidus de pesticides et d'autres produits agrochimiques (2) - entraînent une incertitude quant à la disponibilité de cette ressource essentielle.

Évolution des règles de l'UE

Directive 2000/60/CE il aspirait déjà à élargir la protection des eaux de surface et souterraines. Elle avait introduit des critères de gestion des ressources en eau dans le contexte global des bassins fluviaux, des limites d'émission et des normes de qualité, l'information des citoyens (3,4). Sans toutefois entrer dans le fond des choix opérés par les Etats membres sur les structures administratives et les procédures de gestion des ressources en eau.

L'évolution de la discipline, à travers le nouveau règlement, il définit les autorisations et obligations des gestionnaires des stations d'épuration (raffinage), les critères de gestion des risques liés à la réutilisation de l'eau, la vérification du respect des conditions indiquées dans les autorisations, l'information aux publique, sanctions. Afin de garantir des niveaux uniformes de protection de la santé publique, de la santé et du bien-être des animaux, la protection des écosystèmes.

A) RÉG. UE 2020/741. OBJET et BUT

Le rég. (UE) 2020/741 introduit des exigences minimales à appliquer dans tous les États membres concernant la qualité des eaux agricoles et leur surveillance. Au-delà 'dispositions relatives à la gestion des risques et à l'utilisation sûre des eaux raffinées dans le cadre d'une gestion intégrée des ressources en eau'. Avec les finalités suivantes :

- 'garantir la salubrité des eaux raffinées à des fins d'irrigation en agriculture, afin d'assurer un haut niveau de protection de l'environnement, de la santé humaine et animale,

- promouvoir l'économie circulaire,

- favoriser l'adaptation au changement climatique, e

- contribuer aux objectifs de la directive 2000/60/CE (3) en traitant le problème de la rareté de l'eau et les pressions qui en résultent sur les ressources en eau de manière coordonnée dans l'ensemble de l'Union, et

- contribuer ainsi également au bon fonctionnement du marché intérieur'(art. 1).

Champs d'application

Règlement (UE) 2020/741 »elle s'applique chaque fois que les eaux usées urbaines traitées sont réutilisées'- conformément à la dir. 91/271/CEE, article 12.1 - 'à des fins d'irrigation dans l'agriculture«(tel que spécifié à l'annexe I, section 1).

États membres individuels peut '' décide qu'il n'y a pas lieu de réutiliser l'eau à des fins d'irrigation en agriculture dans un ou plusieurs de ses districts hydrographiques ou parties de ceux-ci, compte tenu des critères suivants :

a) les conditions géographiques et climatiques du district hydrographique ou de parties de celui-ci,

(b) les pressions sur les autres ressources en eau et leur état, y compris l'état quantitatif des masses d'eau souterraines visées dans la directive 2000/60/CE,

c) les pressions exercées sur les masses d'eau de surface dans lesquelles les eaux urbaines résiduaires traitées sont rejetées et l'état de ces masses d'eau,

d) les coûts environnementaux et des ressources des eaux raffinées et des autres ressources en eau'(art. 2. Voir note 5).

B) EAU AGRICOLE, SÉCURITÉ ET QUALITÉ

Exigences minimales

Les eaux « raffinées » ils peuvent être destinés à être réutilisés pour l'irrigation en agriculture. Les États membres peuvent également décider de leur utilisation à d'autres fins - telles que la réutilisation à des fins industrielles, civiles et environnementales - conformément aux réglementations applicables (règlement 2020/741, annexe I, section 1).

Paramètres physiques (TSS et NTU, Total des solides en suspension e Unité de turbidité néphélométrique), chimique (DBO5, Demande biochimique d'oxygène) et microbiologique - E. Coli, Legionella spp., nématodes intestinaux - permettent de classer les eaux en quatre catégories.

Les seules eaux de qualité supérieur (cat. A, B) peut être admis à toutes les techniques d'irrigation (règ. 2020/741, annexe I, section 2). Sans préjudice des mesures minimales de prévention en élevage qui interdisent, par exemple, l'exposition des porcs aux fourrages ainsi irrigués et le pâturage non sec des vaches laitières en lactation (annexe II, tableau 1).

L'évaluation des risques

L'évaluation des risques doit également tenir compte, 'au minimum, les obligations et exigences suivantes :

a) l'obligation de réduire et de prévenir la pollution de l'eau causée par nitrates, conformément à la directive 91/676 / CEE,

b) l'obligation que le zones protégées d'eau destinée à la consommation humaine respecter les exigences de la directive 98/83/CE,

c) la prescription pour satisfaire aux objectifs environnementaux visée à la directive 2000/60/CE,

d) la prescription de prévenir la pollution des eaux souterraines, conformément à la directive 2006/118 / CE,

e) l'exigence de respecter les normes de qualité environnementale pour les substances prioritaires et certains autres polluants visés à la directive 2008/105/CE,

f) l'obligation de se conformer aux normes de qualité environnementale pour les polluants pertinents au niveau national, c'est-à-dire les polluants spécifiques des bassins hydrographiques, tels que visés dans la directive 2000/60/CE,

g) la prescription pour satisfaire aux normes de qualité des eaux de baignade visée à la directive 2006/7/CE,

h) les dispositions concernant la protection de l'environnement, en particulier du sol, dans l'utilisation des les boues d'épuration dans l'agriculture, conformément à la directive 86/278 / CEE,

i) les exigences d'hygiène alimentaire établies par le règlement (CE) no. 852/2004 et les lignes directrices fournies dans la communication de la Commission sur les lignes directrices pour la gestion des risques microbiologiques dans les fruits et légumes frais au niveau de la production primaire grâce à une bonne hygiène,

j) les exigences pourhygiène alimentaire établi par le règlement (CE) no. 183/2005,

k) l'exigence de se conformer à i critères microbiologiques pertinentes visées dans le règlement (CE) n° 2073/2005,

l) l'obligation de respecter les teneurs maximales de certains contaminants dans les denrées alimentaires visées dans le règlement (CE) n° 1881/2006,

m) les exigences relatives aux teneurs maximales en résidus de pesticides dans ou sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux visés dans le règlement (CE) n° 396/2005,

n) les dispositions relatives à la santé des animaux visées dans le règlement (CE) no. 1069/2009 et (UE) no. 142/2011» (règlement 2020/741, annexe II, point 5).

L'évaluation des risques. Résistance aux antibiotiques et microplastiques

Analyse de risque - sur la base du résultat de l'évaluation - cela peut conduire à des exigences supplémentaires. Notamment sur :

»a) les métaux lourds,
b) pesticides,
c) sous-produits de désinfection,
d) médicaments,
e) d'autres substances de plus en plus préoccupantes, y compris les micropolluants et les microplastiques,
f) résistance aux agents antimicrobiens» (règlement 2020/741, annexe II, point 6).

Eaux agricoles, contrôles

La fréquence minimale des activités ordinaires de surveillance des eaux raffinées à des fins d'irrigation en agriculture varient selon leurs catégories. Avec des exigences plus strictes pour la vérification des objectifs de performance (réduction de log10) dans les eaux de catégorie A et B, destinées à une utilisation sans limites en agriculture.

Les critères d'échantillonnage et d'analyse, à des fins de validation et de suivi, suivent les normes ISO applicables aux activités concernées. Également en ce qui concerne la documentation et l'enregistrement des données (Tous I, tableaux 3 et 4).

C) PERMIS

Plan de gestion des risques

Production, fourniture et utilisation des eaux raffinées sont liées à l'octroi d'une autorisation que l'autorité compétente délivre après vérification de la conformité desplan de gestion des risques liés à la réutilisation de l'eau'(articles 5,6, XNUMX). Ce plan doit comprendre :

»1. Description de l'ensemble du système de réutilisation de l'eau, depuis l'entrée des eaux usées dans la station d'épuration des eaux urbaines résiduaires jusqu'au point d'utilisation, y compris les sources d'eaux usées, les étapes de traitement et les technologies associées utilisées à l'usine de raffinage, le les infrastructures d'approvisionnement, de distribution et de stockage, l'usage prévu, le lieu et la période d'utilisation (...), les techniques d'irrigation, le type de culture, les autres sources d'eau si un brassage est prévu et les volumes d'eau raffinée à distribuer.

2. Identification de toutes les parties impliquées dans le système de réutilisation de l'eau et une description claire de leurs rôles et responsabilités respectifs.

3. Identification des dangers potentiels, notamment la présence de polluants et d'agents pathogènes, et d'éventuels événements dangereux tels qu'un dysfonctionnement du traitement ou des fuites ou contaminations accidentelles dans le système de réutilisation des eaux [voir paragraphes Évaluation des risques].

4. Identification des milieux et des populations à risque ainsi que des voies d'exposition aux dangers potentiels identifiés, en tenant compte des facteurs environnementaux spécifiques, tels que l'hydrogéologie, la topologie, le type de sol et l'écologie locale, et des facteurs liés au type de cultures et d'activités agricoles et pratiques d'irrigation utilisées (...)".

CONCLUSIONS PROVISOIRES

Application des nouvelles règles il s'agit en effet de la révision complète des systèmes de réutilisation des eaux usées en agriculture consolidés depuis des décennies, ainsi que de la révision du code de l'environnement et de l'historique « décret sur les effluents ». (7) La directive 91/271/CEE relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, rappelons-le, excluait les communes de moins de 2.000 38 habitants de l'obligation d'installer des stations d'épuration. Il n'est donc pas surprenant que 52 % des agglomérations, qui correspondent à 8 % de la charge totale d'eaux usées générées en Italie, n'aient pas respecté les exigences de la directive. (XNUMX)

Le nouveau règlement, d'autre part, l'application du règl. CE 852/04. (9) C'est-à-dire que 'n'empêche pas les exploitants du secteur alimentaire d'obtenir la qualité de l'eau nécessaire pour se conformer au présent règlement en utilisant, à un stade ultérieur, diverses méthodes de traitement de l'eau, seules ou en combinaison avec des options autres que le traitement, ou en utilisant des sources d'eau alternatives à des fins d'irrigation dans agriculture'(Règlement UE 2021/741, art.2.4). Le risque le plus sérieux est de devoir dépendre des eaux souterraines. C'est-à-dire aggraver, plutôt que soulager, la pression sur les eaux souterraines. Par conséquent, il est également nécessaire de construire immédiatement des barrages adéquats pour collecter plutôt que disperser l'eau des cours d'eau propres, tels que l'Enza. (9)

Dario Dongo et Ylenia Desireè Patti Giammello

Notes

(1) Règlement UE 2020/741, fixant des exigences minimales pour la réutilisation de l'eau. Sur Europa Lex, https://bit.ly/3EVezxC

(2) Dario Dongo. ISPRA, rapport 2020 sur les pesticides dans l'eau. CADEAU (Grand commerce alimentaire italien). 24.12.20/XNUMX/XNUMX, https://www.greatitalianfoodtrade.it/sicurezza/ispra-rapporto-2020-sui-pesticidi-nelle-acque

(3) Directive 2000/60/CE, établissant un cadre d'action communautaire pour l'eau. Texte consolidé au 20.11.14 sur Europa Lex, https://bit.ly/3o9hQTX

(4) Le droit d'accès des citoyens aux informations environnementales a ensuite été étendu dans la directive spécifique 2003/4 / CE, mise en œuvre en Italie avec le décret législatif 195/05 et ses modifications ultérieures (texte mis à jour le 15.9.10 sur la directive normative https://bit.ly/2XFTIh4)

(5) Les États membres devraient notifier à Bruxelles toute limitation concernant la réutilisation des eaux urbaines résiduaires dans l'agriculture, ainsi que leur justification. Et la Commission européenne peut procéder à son réexamen, cependant dû tous les 6 ans (règlement UE 2020/741, article 2)

(6) Dario Dongo. Microplastiques dans l'eau et l'agriculture, première étude en Lombardie. CADEAU (Grand commerce alimentaire italien). 18.12.18/XNUMX/XNUMX, https://www.greatitalianfoodtrade.it/salute/microplastiche-nelle-acque-e-in-agricoltura-primo-studio-in-lombardia

(7) La dernière version du décret dit sur les effluents est le décret ministériel 25.2.16 n. 5046 (https://bit.ly/3idOhg6). '' Critères et normes techniques générales pour la réglementation régionale de l'utilisation agronomique des effluents d'élevage et des eaux usées conformément à l'art. 112 [utilisation du fumier de bétail, éd.] Du décret législatif 3.4.06 n. 152 [Code de l'environnement, https://bit.ly/3ujP97N] ainsi que pour la production et l'utilisation agronomique du digestat conformément à l'art. 52, paragraphe 2-bis du décret législatif 22.6.12, n. 83, converti en loi 7.8.12 n. 134 '[dispositions sur la traçabilité des déchets, https://bit.ly/3ESOHSV]

(8) Commission européenne (2020). 10ème évaluation technique sur la mise en œuvre de l'UWWTD. Annexe III, Chapitres nationaux. https://bit.ly/3oeaJJN

(8) Règlement UE 852/04, dit Hygiène 1, relatif à l'hygiène des produits alimentaires. Dernière modification avec reg. UE 2021/382 https://www.greatitalianfoodtrade.it/sicurezza/reg-ue-2081-382-cultura-della-sicurezza-redistribuzione-alimenti-gestione-allergeni/

(9) Dario Dongo. Le barrage de Vetto pour sauver les prés stables de Parmigiano Reggiano. CADEAU (Grand commerce alimentaire italien). sept. https://www.greatitalianfoodtrade.it/progresso/la-diga-di-vetto-per-salvare-i-prati-stabili-del-parmigiano-reggiano

+ messages

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

+ messages

Technicienne de laboratoire, passionnée par la production et la distribution de produits alimentaires, l'information des consommateurs et l'art culinaire.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "