AccueilProgressInterdiction des produits du travail forcé, proposition de l'UE

Interdiction des produits du travail forcé, proposition de l'UE

Le 14.9.22, la Commission européenne a adopté une proposition de règlement visant à renforcer la due diligence le respect des droits des travailleurs et interdire le placement et la transformation sur le marché de l'UE de marchandises et de produits dérivés du travail forcé, y compris l'exploitation des enfants. (1)

1) Travail forcé. Notion

OITOrganisation internationale du Travail, définit le travail forcé 'tout travail ou service exigé d'une personne menacée et pour lequel la personne ne s'est pas portée volontaire".
Et il fournit quelques indicateurs à cet égard :

  • limitation de la libre circulation des travailleurs,
  • retenue de salaire ou de pièces d'identité,
  • violence physique ou sexuel,
  • menaces et intimidations,
  • dettes frauduleuses.

Au moins 27,6 millions de personnes, selon les estimations (forcément partielles) de l'OIT, ils sont actuellement astreints au travail forcé. Majoritairement (86%) dans le secteur privé et minimalement (14%) sur ordre étatique et/ou judiciaire. En particulier dans les secteurs de la fabrication et de la construction, dans l'agriculture e à la pêche, dans le travail domestique. (2)

2) Proposition de règlement européen

Le règlement européen proposé prévoit, dans une phase préliminaire, la réalisation d'enquêtes approfondies sur les risques potentiels de travail forcé dans les différentes chaînes d'approvisionnement (article 4). Sur la base des données et des indicateurs développés par l'Organisation Internationale du Travail (OIT), ainsi que de multiples sources d'information (ex. contributions de la société civile, vérifications et inspections sur place, enquêtes auprès d'entreprises individuelles. Article 5).

Une base de données sur les risques de travail forcé, par rapport à des produits et des zones géographiques spécifiques, sera créée et mise à jour grâce aux données d'enquête et de suivi (article 11). La Commission européenne assurera la coordination entre les autorités désignées des États membres et publiera des lignes directrices sur due diligence, indicateurs de risques, cohérence avec les autres réglementations européennes (articles 12,13).

2.1) Responsabilité des opérateurs

Opérateurs dans l'UE sera responsable de l'importation, de la transformation et de la distribution des produits qui ne dérivent pas ou ne contiennent pas de biens dérivés du travail forcé (projet de règlement, articles 3, 2.1.f, 2.1.g).

Vérifications nécessaires. '"Devoir de diligence en matière de travail forcé": les efforts déployés par l'opérateur économique pour mettre en œuvre des exigences obligatoires, des directives volontaires, des recommandations ou des pratiques visant à identifier, prévenir, atténuer ou mettre fin au recours au travail forcé en relation avec des produits qui doivent être mis à disposition sur marché de l'Union ou qui sont destinés à être exportés'(proposition de règlement, art. 2.1.c).

2.2) Interdiction des produits du travail forcé

Autorités douanières aux frontières de l'UE, ils devront recevoir des importateursdes informations identifiant le produit, des informations sur le fabricant ou le producteur et des informations sur les fournisseurs de produits entrant et sortant du marché de l'Union qui ont été identifiés par la Commission comme présentant un risque de travail forcé'(Article 16).

Ces autorités ils doivent identifier et bloquer à la douane toutes les marchandises pour lesquelles il existe des soupçons justifiés de dérive du travail forcé (article 17). Les autorités nationales désignées seront à leur tour chargées des contrôles sur le territoire, avec obligation de retrait du marché et de saisie des produits obtenus par le travail forcé (articles 5,6,7).

2.3) Surveillance et sanctions

Dans les cas d'évaluation de travail forcé dans la chaîne d'approvisionnement, les opérateurs devront retirer les produits du marché et les éliminer à leurs propres frais.

Autorités nationales, dans de tels cas, ils interdiront la mise sur le marché etExporter de produits. Appliquer les sanctions relatives le cas échéant.

2.4) Principe de proportionnalité, petites et moyennes entreprises

l'application de la réglementation par les autorités compétentes doit tenir compte :

  • la taille et les ressources des opérateurs économiques concernés,
  • l'ampleur du risque de travail forcé.

Petites et moyennes entreprises ils recevront des outils de soutien spéciaux pour l'accomplissement des nouvelles obligations de due diligence. (3)

3) Travail forcé e due diligence

Le schéma de régulation en question, rétrospectivement, intègre, à travers des règles uniformes, la proposition plus large de directive sur due diligence sur le respect des droits de l'homme et de l'environnement, adopté le 23.2.22 par la Commission européenne (4,5).

Mettre en œuvre des politiques adéquates di due diligence il permettra aux entreprises d'identifier, de prévenir, d'atténuer et de comptabiliser les risques réels ou simplement potentiels de travail forcé dans leurs activités, chaînes d'approvisionnement et relations commerciales respectives.

4) Prochaines étapes

La proposition il devra être discuté et approuvé par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne avant de pouvoir entrer en vigueur et s'appliquera à partir des 24 prochains mois.

Dario Dongo et Elena Bosani

Notes

(1) Commission européenne. Proposition de règlement sur l'interdiction des produits fabriqués par le travail forcé sur le marché de l'Union. https://single-market-economy.ec.europa.eu/system/files/2022-09/COM-2022-453_en.pdf COM (2022) 453

(2) OIT. 50 millions de personnes dans le monde dans l'esclavage moderne. https://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_855019/lang–en/index.htm 12.9.22

(3) Union européenne, Action extérieure. Orientations sur le devoir de diligence pour les entreprises de l'UE afin de faire face au risque de travail forcé dans leurs opérations et leurs chaînes d'approvisionnement. https://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2021/july/tradoc_159709.pdf 12.7.21

(4) Dario Dongo, Elena Bosani. Devoir de diligence et ESG, durabilité sociale et environnementale des entreprises, la proposition de directive européenneCADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 20.4.22/XNUMX/XNUMX

(5) Commission européenne. Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative au devoir de diligence des entreprises à des fins de développement durable et modifiant la directive (UE) 2019/1937. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/?uri=CELEX:52022PC0071&print=true COM / 2022 / 71 final

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

+ de publications

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "