AcceuilProgressRapports sur le développement durable de l'entreprise. Le reporting ESG obligatoire pour les entreprises est en cours

Rapports sur le développement durable de l'entreprise. Le reporting ESG obligatoire pour les entreprises est en cours

Le 10.11.22, le Parlement européen a approuvé la Directive sur les rapports de développement durable des entreprises, CSRD, qui oblige les entreprises à faire un reporting ESG (Environnement, social et gouvernance).

La directive comble les lacunes et les incertitudes de la dir précédente. 2014/95/UE (Directive sur les rapports non financiers, NFRD), grâce à la plus grande étendue du champ d'application et des exigences. (1)

1) ESG, obligation de reporting

Entreprises doivent fournir des rapports adéquats sur la "durabilité" de leurs activités - en particulier en ce qui concerne le respect des droits humains, sociaux et environnementaux (facteurs de gouvernance ESG) – sur la base de critères communs, définis au niveau de l'UE.

Rapports doit décrire :

  • modèle de stratégie d'entreprise sur la durabilité (analyse des risques, prévention et atténuation),
  • des business plans pour la transition écologique,
  • les objectifs de développement durable de l'entreprise et les rapports sur les progrès connexes,
  • rôle des organes administratifs,
  • la gestion et le contrôle des enjeux ESG ;
  • principaux risques pour l’entreprise liés aux enjeux de développement durable,
  • des informations sur les actifs incorporels, y compris le capital intellectuel, humain, social et relationnel.

2) Entreprises obligées

La liste des entreprises obligation de reporting ESG (ou RSE, Rapports de développement durable d'entreprise) est considérablement étendu. Au point d'impliquer environ 49.000 11.600 entreprises, contre XNUMX XNUMX actuellement. Comme ça:

– les grandes entreprises de l'UE (>500 salariés), leurs succursales et sociétés cotées sur les marchés réglementés, déjà soumises à la dir. 2014/95/UE, doit adapter le reporting aux nouvelles règles à partir du 1.1.24 (avec publication rapport en 2025),

– les grandes entreprises avec > 250 employés et > 40 millions d'euros de chiffre d'affaires et/ou 20 millions d'euros d'actifs totaux, ainsi que les entreprises hors UE qui facturent > 150 millions d'euros dans l'UE et y ont jusqu'à présent au moins une succursale exclu des obligations de reporting extra-financier, doit le démarrer à partir du 1.1.25 (publication rapport 2026)

– petites et moyennes entreprises (PME ou PME, Petites et moyennes entreprises) cotées, hors micro-entreprises, (2) doivent prévoir un reporting ESG à partir du 1.1.26 (à paraître en 2027).

3) Norme européenne de reporting ESG

Lo Groupe consultatif européen sur l'information financière (EFRAG) est déléguée pour développer et proposer des standards de reporting ESG différenciés, en fonction de la taille des entreprises. Le premier groupe de normes (grandes entreprises) est adopté au 30.6.23/30.6.24/XNUMX, le second (petites et moyennes entreprises, secteurs à risques) au XNUMX/XNUMX/XNUMX. Avec révision périodique au moins tous les trois ans.

»Les informations doit reposer, le cas échéant, sur des preuves scientifiques concluantes. Les informations devraient également être harmonisées, comparables et fondées, le cas échéant, sur des indicateurs uniformes, qui fournissent en même temps des informations spécifiques pour les entreprises individuelles et qui ne compromettent pas la position commerciale de l'entreprise" (CSRD, considérant 33)

3.1) Secteurs à risque

Secteurs à haut risque d'impact ESG négatif, donc soumis à des normes spécifiques, peut être attribué à quatre macro-catégories :

a) agriculture, sylviculture et pêche, pétrole, gaz, extraction minière,

b) la fabrication, y compris la production alimentaire et textile,

c) approvisionnement en eau, électricité, gaz, vapeur et climatisation, égouts et gestion des déchets,

d) commerce de gros et de détail, transport et entreposage, construction et activités immobilières.

4) Principe de 'double matérialité»

Rapports annuels ESG (RSE) doit également préciser comment :

– les facteurs de durabilité influencent le développement et la performance des entreprises (perspective extérieur intérieur),

– l'activité de l'entreprise produit des impacts sur la société et l'environnement (perspective à l'envers).

5) Examen juridique et contrôles

Certification du reporting ESG (RSE) par les entités habilitées à exercer le contrôle légal des comptes est obligatoire.

Fiabilité et la fiabilité des données sont également soumises à des contrôles publics officiels qui suivent les critères adoptés pour la vérification des états financiers.

6) Image de marque numérique, transparence

Budgets et les rapports ESG (RSE) doivent être remplis au format XHTML. Marqué, via une étiquette, sur les informations relatives à la durabilité.

Une telle charge il est fonctionnel à la mise en place du cd Point d'accès unique européen (ESAP). UN base de données Accès public européen sur web, visant à :

– accroître la transparence sur le marché e

– fournir aux investisseurs et aux utilisateurs une information harmonisée et comparable. (3)

7) Consultation, publication

Il gestion des entreprises devraient consulter les représentants des travailleurs sur les moyens de collecter et de vérifier les informations sur la durabilité susceptibles de les concerner.

La publication du rapport ESG (Rapports de développement durable d'entreprise) doit accompagner celle des états financiers, de manière à permettre une analyse intégrée.

8) Mise en œuvre

Suite à l'approbation du Conseil, attendue le 28.11.22, la directive est publiée au Journal officiel de l'UE et entre en vigueur 20 jours après sa publication. (4)

9) Perspectives à moyen terme

La nouvelle discipline di Rapports de développement durable d'entreprise – en prescrivant un reporting détaillé des impacts des chaînes de valeur mondiales sur les facteurs ESG – devrait réduire les marges de écoblanchiment encore répandu. En accord avec le Green deal L'Union européenne et l'Agenda pour une finance durable (5,6).

La fermeture du cercle aura lieu avec l'approbation de la proposition de directive Diligence raisonnable en matière de responsabilité d'entreprise et le règlement sur due diligence dans les chaînes d'approvisionnement les plus critiques du point de vue de l'impact socio-environnemental (7,8).

Dario Dongo et Elena Bosani

Notes

(1) Dario Dongo, Elena Bosani. Devoir de diligence et ESG, durabilité sociale et environnementale des entreprises, la proposition de directive européenne. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 20.4.22.

(2) Les petites et moyennes entreprises non cotées, ainsi que les micro-entreprises, ont le droit de procéder à un reporting ESG. Dans ce cas, appliquer le même standard établi pour les PMI ou PME cotées

(3) Dario Dongo. Rapport de développement durable, ESG et due diligence. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 18.7.22/XNUMX/XNUMX

(4) Parlement européen. Directive sur les rapports de développement durable des entreprises (CSRD). Texte approuvé le 10.11.22
https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2022-0380_EN.html

(5) Dario Dongo. Le pacte vert pour l'Europe, la nouvelle stratégie de l'UE. Égalité. 13.12.19/XNUMX/XNUMX

(6) Finance durable (europe.eu)

(7) Dario Dongo, Elena Bosani. Devoir de diligence et ESG, durabilité sociale et environnementale des entreprises, la proposition de directive européenne. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 20.4.22

(8) Dario Dongo, Elena Bosani. Diligence raisonnable et déforestation, arrêtez les importations de produits non durables. Proposition de règlement européen, l'ABC. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 6.3.22

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

+ de publications

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "