Premières mesures urgentes

La première étape de la lutte contre l’obésité est la reformulation des recettes des aliments et des boissons proposés par l’industrie. Une des premières mesures urgentes est la réduction de sel, comme le rapporte Il Fatto Alimentare: en Europe, on en utilise le double de la quantité moyenne recommandée par l’OMS, alors qu’il est désormais notoire qu’un excès de sodium augmente les risques de pathologies cardiovasculaires.
Une amélioration du profil lipidique des aliments – trops riches en acides gras saturés – et de la quantité de sucres – à diminuer, ou substituer avec d’autres ingrédients édulcorants ayant un indice glycémique inférieur – est également nécessaire.
En ce qui concerne les aliments et boissons "de réconfort" – ceux que les directives nutritionnelles réservent à une consommation épisodique –  il est indispensable de revoir le marketing, selon les indications de l’OMS: terminées les publicités montrant des tables couvertes de boissons sucrées et divers produits HFSS (High in Fat, Salt and Sugar). Remplaçons-les avec des images de fruits et légumes, afin d’en encourager la consommation, qui sont, d’après une étude récente de studio Rabobank en déclin progressif.