News Alimentation Et Boissons

Une méta-analyse publiée sur BMJ

Augmenter la consommation d’Oméga-3 pourrait réduire de plus de 14% le risque de développer un cancer du sein. L’énième confirmation de la fonction bénéfique de ces acides gras essentiels émerge de la méta-analyse effectuée par les chercheurs de l’université chinoise de Zhejiang et publiée sur BMJ (British Medical Journal).
L’équipe, menée par le Docteur Duo Li a même réussi à mettre en relation la dose à ingérer avec ses effets: le risque de cancer du sein diminue de 5% avec l’ingestion quotidienne de 0,1 gramme d’Oméga-3 d’origine marine. Les chercheurs ont passé en revue 26 publications, sélectionnées parmi 11 articles sur la consommation de poisson, 17 sur l’intégration d’Oméga-3 marins et 12 sur le rôle des acides gras alpha-linoléiques, ainsi que des données venant d’un total de 800.000 participantes, dont 20.000 atteintes de cancer du sein. Sur les trois domaines étudiés, celui concernant les Oméga-3 (PUFA) a produit les conclusions les plus significatives en termes de prévention du cancer du sein.