News Alimentation Et Boissons

Stabilisation de la demande

Aucun risque d’augmentation des prix du vin, ni de "grande soif", causée par une chute de la production et une augmentation de la consommation aux Etats-Unis et en Chine, et annoncée par un compte-rendu de la banque américaine Morgan Stanley. En plus des nombreuses analyses de ces derniers jours (la plus précise est celle de Felix Salmon, transmise pa Reuters) qui démentent l’alarmisme de l’institut financier, ce sont surtout les données de l’OIV qui illustrent l’accroissement de la production mondiale, malgré la diminution des surfaces et la stabilisation de la demande.

Les chiffres fournis par l’organisation mondiale du vin mettent en évidence l’augmentation de la productivité (réduction des superficies cultivées accompagnée de croissance du rendement) en Italie, en France et au Portugal, et une récupération record  par rapport aux années précédentes des pays producteurs secondaires, tels que la Roumanie. Les volumes produits continuent à grandir, après, comme le rappelle l’OIV, une année 2012 défavorable du point de vue climatique, et la production mondiale devrait se stabiliser à 281 millions d’hectolitres en 2013, et une consommation de 245 hl est prévue.