DOP, IGP, STG, et l’étiquetage bio

En créant le Réglement CEE n.2081 de 1992, l’Union Européenne a lancé la première législation pour la protection des produits agroalimentaires IG. Depuis 2009, le système européen des IG peut être appliqué aux vins. Le législateur a ainsi harmonisé les divers systèmes présents en Europe de certification de qualité liés au territoire.

Vingt ans après le premier acte législatif, la base de données de l’UE (DOOR) contient plus de 1000 produits agroalimentaires de qualité, pas uniquement européens, divisés en trois grandes catégories: Appellation d’Origine Protégée (AOP, ou DOP en Italie), Indication Géographique Protégée (IGP), et, moins nombreuses, les Spécialités Traditionnelles Garanties (STG). La majeure partie des produits enregistrés sont italiens. Le registre du vin et des liqueurs (E-Bacchus) compte plus de 1500 noms. Le chiffre d’affaires estimé pour DOP et IGP dépasse 14 milliards d’Euro.

Il vaut la peine également de mentionner la certification bio de l’UE. Les normes pour l’agriculture biologique ont été officiellement définies par le Conseil n.1991 et n.834 de 2007, et l’étiquetage UE pour les produits bio est entré en vigueur le 1er juillet 2010.