AccueilMarchésAgriculture cellulaire et « sondage de la viande », la loi italienne au Journal Officiel

Agriculture cellulaire et « sondage de la viande », la loi italienne au Journal Officiel

La farce de l'interdiction de l'agriculture cellulaire et du « sondage de la viande » en Italie se poursuit, avec la publication au Journal Officiel de la loi n° 1 décembre 2023. 172. Le ministre de l'Agriculture Francesco Lollobrigida – qui a récemment fait la une des journaux pour avoir arrêté un train à grande vitesse devant la gare (1) – affirme que l'Italie est le premier pays à interdire la « viande cultivée ». (2)

1) Agriculture cellulaire et « sondage de la viande », la loi italienne

Le Parlement italien a approuvé le projet de loi sur « l'agriculture cellulaire » et le « sondage de la viande », comme nous l'avons vu, le 15 novembre 2023. (3) L'inconstitutionnalité manifeste de la disposition, déjà évoquée sur le site GIFT (Grand Commerce Alimentaire Italien) - aurait dû inciter le chef de l'Etat de s'abstenir de sa signature. (4)

Coldiretti – l'organisation tentaculaire qui commande les politiques agroalimentaires en Italie, sans prêter attention à la compatibilité de ses propres désirs avec la loi (5,6) – est cependant également parvenue au Quirinale, où le président de la République, Sergio Mattarella, a signé la loi aujourd'hui au Journal Officiel. (7)

Le projet de loi a entre-temps été notifié à la Commission européenne le 1er décembre 2023, conformément à la directive UE 2015/1535 TRIS (Système d'information sur la réglementation technique). (8) Après que le gouvernement italien ait retiré la notification du même projet de loi, suite à la collecte de commentaires négatifs en Europe de la part de diverses « parties prenantes ». (9)

1.1) 'Cultures cellulaires', interdiction absolue

Invoqué en tant que Moloch le principe de précaution, il est précisé que «il est interdit aux opérateurs du secteur alimentaire et aux opérateurs du secteur de l'alimentation animale d'utiliser dans la préparation de denrées alimentaires, de boissons et d'aliments pour animaux, de vendre, de détenir pour la vente, d'importer, de produire pour l'exportation, d'administrer ou de distribuer pour la consommation alimentaire ou de promouvoir des denrées alimentaires ou des aliments pour animaux constitués de, isolés ou produits à partir de cultures de cellules ou de tissus provenant d'animaux vertébrés'(Article 2).

1.2) « Sondage viande » et « sondage poisson » interdits sur les « aliments d'origine végétale »

La fin de 'protéger le patrimoine national de l’élevage, en reconnaissant sa haute valeur culturelle, socio-économique et environnementale' motive plutôt l'interdiction, sur 'produits transformés contenant exclusivement des protéines végétales', utiliser:

a) les noms légaux, usuels et descriptifs faisant référence à la viande [par ex. « burger végétalien »], à une production à base de viande [par ex. 'pétoncles aux légumes'] ou à des produits obtenus principalement à partir de viande [par ex. 'boulettes de viande de légumes'],

b) des références à des espèces animales ou à des groupes d'espèces animales ou à une morphologie ou une anatomie animale [par ex. 'filet végétalien'],

c) les terminologies spécifiques des boucheries et charcuteries [par ex. 'bresaola aux légumes'] ou chez le poissonnier [par ex. 'sauce au thon végétalienne'],

d) les noms d'aliments d'origine animale représentatifs d'utilisations commerciales [par ex. saucisses de Francfort végétariennes].

Le ministre de l'agriculture, dans les 60 jours suivant l'entrée en vigueur de la loi, devrait publier un décret contenant «une liste des dénominations de vente des aliments qui, si elles remontent à des produits végétaux, peuvent induire en erreur le citoyen qui consomme la composition de l'aliment'(Article 3).

1.3) Des sanctions également pour les investisseurs

Les sanctions car les interdictions mentionnées dans les paragraphes précédents sont les plus graves jamais vues dans la législation alimentaire en Italie :

– principales sanctions. «Sauf si le fait constitue un délit, les opérateurs du secteur alimentaire et les opérateurs du secteur de l'alimentation animale qui enfreignent les dispositions des articles 2 et 3 sont passibles d'une sanction administrative pécuniaire allant d'un minimum de 10.000 60.000 euros jusqu'à un maximum de 10 60.000 euros ou de 150.000 pour cent du montant. le chiffre d'affaires annuel total réalisé au cours du dernier exercice clos avant la constatation du manquement, lorsque ce montant dépasse XNUMX XNUMX €. Toutefois, l'amende maximale ne peut excéder XNUMX XNUMX €.»,

– des sanctions supplémentaires. «La violation entraîne la confiscation du produit illicite, l'application des sanctions administratives de l'interdiction d'accès aux contributions, financements ou concessions ou autres déboursements du même type, quelle que soit leur dénomination, accordés ou fournis par l'État, par d'autres organismes publics. ou par l'Union européenne pour l'exercice d'activités entrepreneuriales, pour une période minimale d'un an et maximale de trois ans, ainsi que la fermeture de l'usine de production, pour la même période'(Article 5),

– indexation. «Le montant des sanctions administratives pécuniaires prévues par cette loi est actualisé tous les deux ans, en fonction de l'évolution de l'indice national des prix à la consommation pour l'ensemble de la collectivité, constaté par l'Institut National de la Statistique (ISTAT), par décret." des ministres de l'Économie, de la Santé et de l'Agriculture, (article 6). A l’inverse, le paiement d’un montant réduit n’est pas autorisé, comme pour toute autre sanction administrative dans le secteur alimentaire (article 4).

Investisseurs - 'Quiconque a financé, favorisé ou facilité de quelque manière que ce soit le comportement visé aux articles 2 et 3» (agriculture cellulaire et « sondage de la viande ») – sont soumis aux mêmes sanctions (article 5).

2) Fausses déclarations italiennes à Bruxelles

Le Ministère de l'Industrie (maintenant rebaptisé « des entreprises et du Made in Italy ») - en accompagnant la notification de la loi à Bruxelles - répète, comme par le passé, une fausse déclaration dans un acte public :

- 'étant donné l'absence, à l'heure actuelle, d'une législation spécifique dans le domaine européen, il a été décidé d'intervenir à titre de précaution au niveau national pour protéger les intérêts liés à la santé et au patrimoine culturel. Le projet réglementaire entend notamment protéger la santé humaine en établissant une interdiction de la production et de la commercialisation d'aliments synthétiques en application et dans le respect du principe de précaution visé à l'article 7 du règlement (CE) n° 178. 2002/28 du Parlement européen et du Conseil, du 2002 janvier XNUMX".

Le règlement sur les nouveaux aliments (UE) n° 2015/2283, contrairement à ce qui a été déclaré par les dirigeants ministériels :

- s'applique 'à la mise de nouveaux aliments sur le marché de l'Union' (article 2. Champ d'application),

– prévoit expressément, dans la notion de nouvel aliment »aliments consistant en, isolés ou produits à partir de cultures de cellules ou de tissus provenant d'animaux, de plantes, de micro-organismes, de champignons ou d'algues» (Article 3.2.a.vi).

3) Vérification des faits

La première nourriture issu de « culture cellulaire » a déjà été approuvé par l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), précisément conformément au règlement sur les nouveaux aliments. Et nous ne parlons pas de « viande synthétique » ou de « viande cultivée », mais plutôt de substances bioactives aux fonctions cosmaceutiques reproduites à partir d'une variété indigène de pommes suisses, comme nous l'avons vu. (dix)

Le rappel des noms de la viande, des préparations et des produits à base de viande ne peuvent être interdits par les législateurs nationaux. La précédente tentative en ce sens, menée par la France, a été soumise, comme nous l'avons vu, à la Cour de justice de l'Union européenne. (11) Les étiquettes des produits « végétariens » vantent également leur nature, sans aucun risque de confusion.

4) Fin de partie

Le vilain gâchis italien doit être stoppée immédiatement par la Commission européenne qui, rappelons-le, a la responsabilité première de veiller au respect du « Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne » (TFUE) dont le premier pilier est ancré dans la libre circulation des marchandises. La Direction générale « Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME » a le devoir d'informer l'Italie de ne pas appliquer et de retirer la loi en question.

Vieux papiers c'est en tout cas le sort de toutes les règles adoptées en violation de la directive TRIS, comme en l'occurrence suite à des « allers-retours » avec la notification d'un texte déjà approuvé par le Parlement européen. La jurisprudence consolidée de la Cour européenne de justice clarifie le devoir de toutes les autorités administratives – et pas seulement judiciaires – de ne pas appliquer ces règles d'office. (11)

Responsabilités Les dirigeants des administrations publiques impliqués doivent en tout cas être identifiés et poursuivis en justice, en tenant compte à la fois du gaspillage inutile des ressources publiques et du préjudice injuste causé aux opérateurs du secteur alimentaire par l'application de réglementations illégitimes. Notre équipe de FARE (Exigences Alimentaires et Agricoles) est à la disposition des opérateurs qui entendent faire valoir leurs droits.

Dario Dongo

Image de couverture de Mauro Fornasero, "L'Opéra de Marionnettes" https://tinyurl.com/ms6czmzd

Notes

(1) Chemins de fer : La Frecciarossa de Lollobrigida arrive au Parquet et la Ligue la décharge. Infos ferroviaires 24.11.23 https://tinyurl.com/4ybrzr9e

(2) MASAF (Ministère de l'Agriculture, de la Souveraineté Alimentaire et des Forêts). Communiqué de presse. 1.12.23 https://foodtimes.eu/4bmnz9sb

(3) Dario Dongo. Agriculture cellulaire, le Parlement italien approuve l'interdiction. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(4) Dario Dongo. Italie, agriculture cellulaire interdite par la loi ? Projet de loi inconstitutionnel. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(5) Dario Dongo. Coldiretti, l'Observatoire Agromafie et la Porsche de l'Agence des Douanes. Le document. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(6) Dario Dongo. AGEA et MASAF 'Coldiretti'. La suppression des indépendants dans l’agriculture. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(7) Loi 1 décembre 2023, n. 172. Dispositions concernant l'interdiction de la production et de la mise sur le marché de denrées alimentaires et d'aliments pour animaux constitués, isolés ou produits à partir de cultures de cellules ou de tissus provenant d'animaux vertébrés ainsi que l'interdiction de la dénomination viande pour les produits transformés contenant des protéines végétales. (23G00188) https://foodtimes.eu/2p8hbd3m

(8) Commission européenne. Base de données TRIS. Notification 2023/0675/IT (Italie). Fin du délai de statu quo 4.3.24 https://foodtimes.eu/47r3tp2w

(9) Dario Dongo. Agriculture cellulaire et « sondage de la viande », l’Italie sous le prisme de l’UE. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(10) Dario Dongo, Andrea Adelmo Della Penna. L'EFSA donne son feu vert au premier nouvel aliment issu de l'agriculture cellulaire. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(11) Marta Strinati, Dario Dongo. Cela sonne comme de la viande, la parole à la Cour de justice de l’UE. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 28.8.23

(12) Un autre cas exemplaire est celui traité dans l'article précédent 'Emplacement de l'établissement sur les étiquettes des aliments ? L'avocat Dario Dongo répond'. DO (Exigences alimentaires et agricoles). 29.11.23

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "