Marchés

Mexique, une économie qui attire capitaux et ressources humaines

Mexique, une économie qui attire capitaux et ressources humaines

Le Mexique n’est pas uniquement l’un des « trésors cachés » de l’exportation de vin (comme nous le rapportons ici), c’est également une économie au grand potentiel qui, en temps de crise, croît à une telle vitesse qu’elle réussit à dépasser les géants de son hémisphère (Canada et Etats-Unis). Par conséquent, de symbole de l’émigration, le Mexique est devenu lieu d’accueil pour ceux qui, par choix ou par nécessité, cherchent la fortune loin de chez eux. Le New-York Times a consacré un long article à ce marché d’Amérique Centrale.

La population résidente au Mexique, mais née à l’étranger, a doublé en dix ans (de 2000 à 2010), pour atteindre le chiffre de 850.000. Ceci grâce à l’énorme capacité de l’économie nationale à attirer capitaux et ressources, autant financières qu’humaines. Les demandes de résidences ont en effet augmenté de 10% depuis novembre dernier, et les lois sur l’ouverture du marché aux entreprises étrangères sont toujours moins restrictives.

En bref, le Mexique est un marché au grand potentiel, dont 7% du total des importations sont des biens alimentaires. L’évolution démographique fait présager d’un avenir radieux pour les aliments à haute valeur ajoutée, tels que vins européens ou produits à indication géographique.