AccueilMarchésLe bio se développe partout dans le monde. Les données présentées au Biofach ...

Le bio se développe partout dans le monde. Les données présentées à Biofach 2017

Le bio se développe partout dans le monde. Poussé par la demande des consommateurs - de plus en plus intéressés par l'achat d'aliments sans pesticides - le marché mondial continue de gagner des parts de marché. En 2015, selon Organic Monitor, il a atteint 75 milliards d'euros. Et en Europe, les importateurs des producteurs sont de plus en plus nombreux.

Les marchés bio

Le rapport présenté par l'Institut de recherche sur l'agriculture biologique (FiBL) et l'IFOAM à la Biofach 2017 (1) à Nuremberg énonce les données d'un succès imparable.
Les États-Unis se confirment comme le premier marché bio mondial : avec une croissance de 11 % en 2015, le secteur pèse 35,9 milliards d'euros.
Le classement place l'Allemagne en deuxième position (8,6 milliards d'euros), suivie de la France (5,5 milliards d'euros) et de la Chine (4,7 milliards d'euros).

Europe : + 13 %

En Europe, le marché bio a progressé de 13 % en 2015, atteignant un chiffre d'affaires de 2,2 milliards d'euros.
La demande est concentrée dans quatre pays. Après l'Allemagne et la France (également en tête du classement mondial), la Grande-Bretagne (2,6 milliards d'euros) et l'Italie (2,3 milliards d'euros, + 15 %) suivent.

Combien dépense-t-on pour manger bio ?

Les dépenses par habitant pour l'achat de produits issus de l'agriculture biologique s'élèvent à 53,7 euros dans l'Union européenne et à 36,4 euros en Europe géographique. Ici, les Suisses détiennent le record, avec 262 euros par personne et par an, le montant par habitant le plus élevé au monde. Suivent les Danois (191 euros) et les Suédois (177 euros).

Plus d'importateurs que de producteurs

En Europe, les pays disposant des plus grandes surfaces restent l'Espagne (1,97 million d'hectares), l'Italie (1,49 million d'hectares) et la France (1,37 million d'hectares). En 2015, les surfaces bio ont augmenté de 8,2 % en Europe.

Quant à la relation entre les producteurs, les importateurs et les transformateurs, cependant, il y a une croissance inégale. Les producteurs bio (350 2015 en 3) enregistrent + 3.700 %, les importateurs enregistrés (2015 12 en 60.000) progressent de 19 % et les transformateurs (XNUMX XNUMX) de XNUMX %.

Notes

(1) Le rapport complet présenté à Biofach 2017 par le FiBL et l'IFOAM est disponible ici.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "