AccueilMarchésGS-Carrefour, les « tanks à main d'œuvre » et la fraude fiscale

GS-Carrefour, les « tanks à main d'œuvre » et la fraude fiscale

Les supermarchés GS spa, du groupe Carrefour, sont le dernier opérateur mis en examen pour fraude fiscale et exploitation de travailleurs, traités comme des « réservoirs de main-d'œuvre ». Le 15 avril 2024, sur mandat du procureur de Milan Paolo Storari, la police financière de Milan a saisi 64,7 millions d'euros auprès du groupe pour fraude fiscale.

Les « réservoirs de main d’œuvre »

Le schéma Le délit des « pools de main-d'œuvre » consiste à employer des travailleurs « mis à disposition » par une entreprise qui à son tour les achète auprès d'une autre entité, souvent une coopérative ou un consortium, dans la logistique et le portage (« mouvement de marchandises »).

L'objectif il s’agit de maximiser les profits et d’économiser sur le coût des travailleurs, traités comme des machines. Sous-payés, privés de sécurité sociale et de cotisations sociales, ils se sont déplacés d'une entreprise à l'autre, dans le jeu de la courte durée des entreprises, utile pour ralentir les contrôles et semer l'évasion fiscale.

Faux documents pour 362 millions d'euros

Les enquêtes ils révèlent 'une fraude fiscale complexe résultant de son utilisation par le bénéficiaire final', soit GS spa (groupe Carrefour Italia), 'du mécanisme de facturation illicite pour des opérations juridiquement inexistantes suite à la conclusion de contrats d'achat fictifs pour la fourniture de main d'œuvre, en violation de la réglementation du secteur, qui ont conduit à l'émission et à l'utilisation conséquente de faux documents pour un montant total supérieur à 362 millions d'euros".

Ouvriers appliqué dans les bureaux GS spails étaient « protégés » par des sociétés « filtres » qui, à leur tour, faisaient appel à diverses sociétés coopératives (sociétés « réservoirs »), qui ne payaient systématiquement pas la TVA, ni les charges sociales et sociales des travailleurs.".

Les 13 fournisseurs de main d’œuvre identifiés

Le mécanisme cela implique également d'énormes dommages au trésor, chiffrés jusqu'à présent à 110 millions d'euros.

Les enquêtes - qui continuent - ont déjà identifié 13 fournisseurs qui opèrent avec GS spa à travers le système sanctionné de « interposition fictive de main-d'œuvre ».

Est-ce que c'est ce que tout le monde fait ?

Le cas GS-Carrefour il s'agit d'un clone de nombreuses autres enquêtes menées par le procureur Storari sur l'exploitation des travailleurs et l'évasion fiscale dans la logistique, la grande distribution et la sécurité privée.

Parmi les géants impliqués figurent Dhl, le groupe Gls, Spumador, Salumificio Beretta, Spraifique, Movimoda, Uber, Lidl, Nolostand-Fiera Milano, Schenker, Aldieri, groupe Cegalin-Hotelvolver, Brt, Geodis, Ups, Chiapparoli, Securitalia et Esselunga. Ces dernières ont rapidement réglé leurs comptes avec le fisc (payant près de 48 millions d'euros) et embauché 2.311 XNUMX travailleurs issus des coopératives « réservoir de main d'œuvre ».

GS-Carrefour comme Esselunga ?

Le signe GS aujourd'hui disparue, rachetée en 2000 par Carrefour. Le géant français, qui a immédiatement offert sa disponibilité maximale dans les enquêtes, pourrait désormais agir pour imiter Esselunga.

Cela signifie, régler les comptes avec le fisc et embaucher les ouvriers des cuves utilisées par GS spa pour leur accorder les mêmes bonnes conditions accordées aux collaborateurs de Carrefour, une entreprise d'avantages sociaux, certifiée pour la sixième fois Top Employer et engagée à assurer que 'notre entreprise devient un lieu de plus en plus inclusif et attentif au bien-être et à la qualité de vie de nos collaborateurs".

Marta Strinati

Marta Strinati
+ de publications

Journaliste professionnel depuis janvier 1995, il a travaillé pour des journaux (Il Messaggero, Paese Sera, La Stampa) et des périodiques (NumeroUno, Il Salvagente). Auteur d'enquêtes journalistiques sur l'alimentation, elle a publié le livre "Lire les étiquettes pour savoir ce que l'on mange".

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "