La Chine se tourne vers les marques étrangères

Le magazine Financial Times a confirmé l’augmentation de la demande chinoise pour le lait en poudre étranger. Après le scandale du lait contaminé à la mélamine de 2008, les consommateurs de la République Populaire préfèrent acquérir un produit qu’ils considèrent plus sûr pour leurs enfants. D’autres scandales ont encore affaibli la confiance des consommateurs pour les produits nationaux, dans un pays où seulement 28% des mères allaitent.
On estime le marché à 82 millions de consommateurs et d’une valeur de 12,5 milliards de dollars, chiffre qui pourrait doubler d’ici quatre ans, amenant la Chine à représenter la moitié des ventes mondiales.
Pour tenter d’inverser la tendance, certains fabricants locaux essaient de commercialiser du lait en poudre "à l’européenne", alors que le gouvernement chinois a réduit les taxes d’importation, de 20% en 2012, à 5% cette année.
Les producteurs internationaux ont déjà fait leur entrée sur le marché pour répondre à la demande chinoise, les entreprises italiennes sauront-elles leur emboiter le pas?