AccueilInnovationNouveaux aliments, feu vert de l'EFSA aux protéines des grains d'orge...

Nouveaux aliments, l'EFSA donne son feu vert aux protéines issues des grains d'orge et de riz issus de la valorisation des sous-produits de la bière

EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a exprimé un avis scientifique en faveur de l'autorisation nouveaux aliments de protéines partiellement hydrolysées provenant de grains d'orge et de riz, obtenues par upcycling des coproduits de la bière. (1)

1) Protéines hydrolysées de grains d'orge et de riz, les Nouvelle nourriture

Il Nouvelle nourriture proposé par Evergrain LLC (groupe ABInBev) est une poudre obtenue à partir de la concentration de protéines extraites de grains d'orge (Zea mays) et du riz (Oryza sativa) qui subsistent du processus de production de la bière, grâce à un processus enzymatique suivi de processus mécaniques.

Les enzymes utilisées (glucoamylase, pullulanase, sérine protéase) proviennent de micro-organismes recombinants et génétiquement modifiés de l'espèce aspergillus niger e Bacillus licheniformis. L'évaluation des risques s'est concentrée sur la démonstration de l'absence d'ADN recombinant (< 10 ng d'ADN/g) et de cellules vivantes viables dans le produit, comme l'exigent les lignes directrices de l'EFSA sur la soumission de dossier pour les enzymes alimentaires. (2)

Tu l'utilises de la Nouvelle nourriture en tant qu'ingrédient alimentaire, ils sont nombreux, dans une variété de produits destinés à la population générale (voir Fig. 1). Les protéines doublure en velours végétalien, commercialisés en sacs papier de 20 kg, se conservent 15 mois à température ambiante grâce à leur faible humidité.

Fig. 1 – Liste des aliments dans lesquels l'utilisation du nouvel aliment a été proposée par le demandeur, ainsi que les pourcentages d'utilisation (EFSA NDA Panel, 2023)

2) Processus de fabrication

Production de la Nouvelle nourriture examiné est divisé en deux phases, enzymatique et mécanique.

2.1) Phase enzymatique

Les batteuses qui restent de la phase d'empâtage et de filtration du moût sont soumis à une pasteurisation et placés dans un bioréacteur pour la phase d'hydrolyse des protéines, avec ajout d'eau dans un rapport prédéfini. Le mélange s'effectue sous agitation, à une température > 68°C, à pression atmosphérique, pendant 3 heures.

Le mélange est porté à température de fonctionnement (inconnue) et traité avec un mélanger de glucoamylase et de pullulanase provenant de recombinants pendant 45 minutes, pour hydrolyser l'amidon. Après correction du pH à 9.0, des sérine protéases recombinantes sont utilisées (B. licheniforme) pour hydrolyser les protéines. Un traitement thermique désactive les enzymes,

2.2) Phase mécanique

Les résidus les solides et l'extrait protéique sont séparés par des centrifugeuses, dans un réservoir d'extraction. Les solides précipités sont lavés avec de l'eau, pressés avec une presse à vis si nécessaire, pour faciliter la récupération des protéines et augmenter les rendements (ainsi que réduire la teneur en humidité et améliorer la stabilité). Le liquide protéique est soumis à une microfiltration (0.1 um à 70-80° C), avec différents étape cycles de diafiltration pour augmenter la récupération des protéines dans le perméat (la phase séparée du filtre).

La fraction retenue du filtre contient des graisses et des fibres, ainsi que des protéines de haut poids moléculaire. Il est donc soumis à une nanofiltration, pour obtenir un produit contenant environ 20 % de solides, dont 85 % de protéines brutes. L'évaporation permet alors d'augmenter la concentration des solides jusqu'à 50%, qui sont soumis à une pasteurisation et séchage par pulvérisation, pour obtenir la poudre de protéine qui est stockée dans récipient et/ou emballés dans des sacs en papier.

3) Propriétés nutritionnelles, digestibilité des protéines

La poudre de protéines hydrolysé à partir de grains d'orge et de riz contient environ 85 % de protéines, 6 % de glucides, < 2 % de matières grasses, avec une valeur énergétique de 367 kcal/100 g. La teneur en vitamines et minéraux ainsi qu'en facteurs antinutritionnels normalement présents dans les céréales (par exemple phytates, tanins, lectines, inhibiteurs de trypsine) est considérée comme conforme à celle des aliments conventionnels. L'introduction de Nouvelle nourriture dans l'UE, il ne présente donc aucun risque de désavantage nutritionnel.

La digestibilité des protéines hydrolysées des grains d'orge et de riz – évaluées avec la méthode DIAAS, qui mesure l'absorption fécale ou intestinale de leurs acides aminés – est égale à 65 %, non loin de la valeur minimale attribuée aux protéines de bonne qualité (75 %). Elle décroît de façon variable, avec une valeur DIAAS dans les gamme 38-63%, lorsqu'il est ajouté à d'autres aliments. En revanche, elle est rare chez les nourrissons (0-6 mois) et les jeunes enfants (6 mois - 3 ans), à hauteur respectivement de 45 % et 55 %.

Il panneau NDA scientifique (Nutrition, nouveaux aliments et allergènes alimentaires), à l'EFSA, a donc jugé le sort de cette affaire inapproprié Nouvelle nourriture au groupe « nouveau-nés jusqu'à 6 mois ». Soulignant également les risques possibles en matière de sécurité nutritionnelle pour d'autres groupes de population ayant un faible prise protéine de base, lorsque les protéines de battage remplacent d'autres sources de protéines de meilleure qualité. (3)

4) Toxicité et allergénicité

Antécédents d’emploi consolidés des matières premières orge et riz dans l'alimentation humaine, leur utilisation dans le secteur brassicole et l'utilisation intensive de céréales comme aliments pour animaux ont conduit l'EFSA à ne pas demander d'études toxicologiques sur le candidat Nouvelle nourriture en cours d'examen.

Orge est déjà présent dans la liste des allergènes mentionnés au Règlement sur l'information sur les denrées alimentaires (UE) n° 1169/2011, Annexe II, en raison des hordéines gamma-3 et des protéines de transport lipidique non spécifiques. Ainsi qu'une éventuelle réactivité croisée avec le blé, le seigle, l'avoine et les larmes de Job.

Riz Bien qu'il ne figure pas sur la liste des allergènes soumis à une information spécifique obligatoire dans l'UE, il contient certaines protéines pouvant provoquer des réactions allergiques (inhibiteurs de l'alpha-amylase, bêta-expansines, profiline A). Et une réactivité croisée est également présente dans le riz avec l'orge, l'avoine, le blé, le seigle, le soja, le maïs, le pollen des champs et le triticale.

5) Protection des données, exclusivité possible

L'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) a reconnu que de nombreuses données et études présentées par le demandeur étaient nécessaires pour tirer des conclusions sur la sécurité du nouvel aliment. Le demandeur a soumis une demande de protection des données et certaines études ont été soumises.

La Commission européenne il devra donc décider s'il accorde à Evergrain LLC une exclusivité de cinq ans sur l'autorisation Nouvelle nourriture. Afin d'éviter que d'autres, pendant les 5 années suivantes,upcycling de protéines issues de céréales selon les modalités indiquées (sauf obtention d'une licence auprès d'Evergrain ou dépôt d'une nouvelle demande d'autorisation).

6) Autres aliments pour animaux à base de céréales, d'orge et de riz

Catalogue Novel Foodle dossier des processus de consultation à cet égard et la liste de l'Union des nouveaux aliments (Règlement UE 2017/2470) indiquent d'autres aliments qui peuvent être obtenus, utilisés ou commercialisés à partir des céréales ou de leurs sources, ainsi que les conditions d'utilisation associées (4,5,6, XNUMX).

6.1) Trebbies

À lui seul les battages – caractérisés par des fibres et certaines fractions protéiques, ainsi qu’une faible teneur en paillettes – sont considérés comme des aliments traditionnels. La Commission européenne s'est exprimée en ce sens dans un processus de consultation activé par les Pays-Bas sur deux poudres à 50% et 70% de protéines, destinées à être utilisées comme ingrédients dans les biscuits et le pain complet. À cet égard, l'absence de modification chimique significative dans la structure de l'aliment et la simplicité du processus de production ont été prises en compte, sur la base des données fournies par le demandeur. La balle seule est à l'inverse considérée comme un Nouvelle nourriture.

6.2) Orge

Les céréales d'orge il est traditionnellement utilisé à la fois comme aliment, sous diverses formes (par exemple orge soluble, orge perlé, flocons, malt, jus, etc.), à la fois comme ingrédient dans divers aliments (par exemple soupes, produits à base de céréales, soupes) et boissons (par exemple bière, whisky, malts), ainsi que pour l'alimentation animale.

6.3) Riz

La tradition de consommation la production de riz est également consolidée, en Europe comme sur les autres continents. L'huile de son de riz elle-même, extraite de la couche d'aleurone et du germe, n'est pas considérée comme un Nouvelle nourriture.

Fermentation fongique de concentrés de riz et de pois ont permis d'obtenir une poudre à haute teneur en protéines (> 75%), qui a été soumise à la procédure d'autorisation Nouvelle nourriture. (7)

7) Conclusions provisoires

Protéines végétales l'objet de l'avis scientifique de l'EFSA en question démontrent comment la recherche et l'innovation peuvent être utilement orientées vers des voies de upcycling visant à valoriser les sous-produits. L’économie circulaire appliquée aux systèmes alimentaires permet de :

– produire des aliments et/ou des ingrédients alimentaires, avec à la fois les avantages possibles de réduire les coûts des matières premières et/ou d’augmenter la valeur ajoutée des produits finaux,

– réduire les pertes et gaspillages alimentaires (dans ce cas perte de nourriture),

– minimiser les charges et les coûts de la gestion environnementale des déchets,

– créer de nouvelles opportunités économiques et d’emploi.

#inutile

Dario Dongo et Andrea Adelmo Della Penna

Notes

(1) Groupe scientifique NDA de l’EFSA (2023). Sécurité des protéines partiellement hydrolysées provenant de l'orge épuisée (Hordeum vulgare) et du riz (Oryza sativa) en tant que nouvel aliment conformément au règlement (UE) 2015/2283. Journal de l'EFSA 21 (9): 8064, https://doi.org/10.2903/j.efsa.2023.8064

(2) Groupe CEP de l’EFSA (2021). Orientation scientifique pour la soumission de dossiers sur les enzymes alimentaires. Journal de l'EFSA 19 (10): 6851, https://doi.org/10.2903/j.efsa.2021.6851

(3) Dario Dongo, Andrea Adelmo Della Penna. Aliments d'origine animale nécessaires à la nutrition et à la santé, rapport de la FAO. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(4) Commission européenne. Catalogue européen des nouveaux aliments https://webgate.ec.europa.eu/fip/novel_food_catalogue/

(5) Commission européenne. Processus de consultation sur le statut d'aliment nouveau https://food.ec.europa.eu/safety/novel-food/consultation-process-novel-food-status_en

(6) Règlement d’exécution (UE) 2017/2470 de la Commission du 20 décembre 2017 établissant la liste de l'Union des nouveaux aliments conformément au règlement (UE) 2015/2283 du Parlement européen et du Conseil relatif aux nouveaux aliments. Texte consolidé au 22.8.23 http://data.europa.eu/eli/reg_impl/2017/2470/2023-08-22

(7) Dario Dongo, Andrea Adelmo Della Penna. Nourriture nouvelle. Feu vert dans l'UE aux protéines de champignons, de riz et de pois, d'insectes, de lait et de nouveaux sucres. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "