AccueilIdéeLe monde en 2050, des transformations nécessaires

Le monde en 2050, des transformations nécessaires

»Le monde en 2050', TWI2050, le monde en 2050. L'ONU commence à réfléchir à ce qu'il faudrait faire pour se rapprocher du fatidique'Objectifs de développement durable'(ODD).

»Le monde en 2050», TWI2050, le scénario

En 2050, 7 milliards d'individus (autant que l'ensemble de la population aujourd'hui), sur un total prévu de 10 milliards, vivront en zone urbaine. D'ici 2030, les villes s'étendront de 1,2 million de km², soit une superficie égale à toute la surface de l'Afrique du Sud (23' pays du monde, par extension).

L'habitabilité de la planète est le premier des défis à relever. Les enjeux cruciaux sont ceux de la malnutrition, (1) le changement climatique e la déforestation, économie circulaire (2). Sans oublier l'efficacité énergétique et la mobilité durable qui - tout en échappant à nos radars, focalisés sur la supply chain alimentaire - sont tout aussi indispensables pour améliorer la qualité de vie au quotidien.

Il relations »Transformations à réaliser les objectifs de développement durable» - présenté àONUForum politique de haut niveau, du 9 au 18.7.18, à New York - a été rédigé par 60 institutions scientifiques et politiques internationales, universitaires et non gouvernementales. Et c'est le premier rapport publié dans le cadre de l'initiative de l'ONU 'Le monde en 2050'(TWI2050).

Le projet TWI2050 est une initiative mondiale de recherche interdisciplinaire, basée sur l'hypothèse de la corrélation étroite entre les 17 objectifs de développement durable. LA Objectifs de développement durable (ODD), fixés pour 2030 par tous les pays membres des Nations Unies.

»Transformations à réaliser les objectifs de développement durable», la stratégie du changement en 6 points

La stratégie de changement jugée nécessaire pour atteindre les ODD est divisée en 6 points, ci-dessous.

1) Développement durable. Il est essentiel d'intervenir sur la société pour obtenir des impacts favorables sur l'environnement. Il est donc nécessaire de combler les écarts (croissants) dans l'accès à l'éducation (l'éducation divise) et les soins de santé (fracture sanitaire). (3) Afin de réduire la pauvreté et d'encourager des comportements plus respectueux de l'environnement. Égalité !

2) Consommation responsable. La limitation des ressources naturelles et l'excès de déchets nécessitent un changement de paradigme dans la gestion des biens de consommation. En appliquant un modèle d'économie circulaire qui tient compte de certains besoins de base :

- réduire la demande,

- économiser les ressources (c'est-à-dire augmenter l'efficacité de la production dans une clé écologique),

- respecter la hiérarchie des déchets (prévention, planification du réemploi, recyclage, valorisation énergétique, élimination).

3) Décarbonisation du système énergétique. Les experts pensent pouvoir atteindre l'objectif d'une énergie propre et accessible d'ici 2050. (4) Grâce au développement des énergies renouvelables, des réseaux de distribution, de l'efficacité énergétique.

4) Accès à des aliments nutritifs (5) et de l'eau potable pour tous, dans le respect de la biosphère et des bassins versants. À cette fin, de nouvelles sources de protéines à faible impact environnemental doivent être développées pour des usages alimentaires et d'élevage (par exemple, algues et microalgues, insectes). En plus d'améliorer l'efficacité et la durabilité des systèmes alimentaires existants (voir chapitre suivant).

5) Villes intelligentes. L'urbanisation accélérée à l'échelle mondiale nécessite une transformation des schémas de peuplement actuels. Réduction des niveaux de poussières fines dans l'air, grâce à la décarbonisation des usines de production et des structures d'habitation, transport durable. Infrastructures "intelligentes" et haute connectivité (travail à distance), Un logement décent.

6) Révolution numérique. La science, la technologie et l'innovation, cela va sans dire, doivent soutenir le développement durable. Ce que les experts n'écrivent pas, mais que les gouvernements devraient sérieusement envisager, c'est la possibilité d'allouer ne serait-ce qu'une petite partie des énormes dépenses militaires encourues par chacun à des objectifs civils.

Transformations nécessaires, focus sur la filière agroalimentaire

Le premier rapport de TWI2050 souligne l'impact important des filières agro-alimentaires sur la biosphère. La priorité de réduction de la faim et de la malnutrition (même excessivement) qui frappent encore aujourd'hui la planète nécessite de travailler dans deux directions :

- garantir l'accessibilité pour tous aliments équilibrés d'un point de vue nutritionnel. Encouragez les consommation d'aliments bio, en réduisant la consommation de graisses, de sucres et de viandes,

- augmenter la productivité agricole en limitantutilisation d'engrais et de pesticidesi.

- lutter contre le gaspillage alimentaire, à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement, où qu'elle se trouve, 'de la ferme à la fourchette '.

»Il est important, pour lutter contre le gaspillage dans la chaîne alimentaire, du stockage à l'emballage en passant par l'étiquetage, d'adopter des procédures législatives et commerciales visant à promouvoir des "chaînes d'approvisionnement zéro déchet» (FabriceDeClerck, EAT et Stockholm Resilience Center, directeur scientifique). (6)

Dario Dongo

Notes

(1) Sur la dénutrition et la dénutrition, les articles précédents sont cités https://www.greatitalianfoodtrade.it/idee/fame-e-denutrizione-il-mondo-alla-rovesciahttps://www.greatitalianfoodtrade.it/progresso/stop-alla-fame-in-europa-iniziativa-popolarehttps://www.greatitalianfoodtrade.it/idee/obesità-infantile-l-esempio-inglese-per-l-italia

(2) Sur le thème de l'économie circulaire, voir les articles https://www.greatitalianfoodtrade.it/consum-attori/il-mare-di-plastica-e-noi-abchttps://www.greatitalianfoodtrade.it/imballaggi/economia-circolare-abc-pacchetto-uehttps://www.greatitalianfoodtrade.it/progresso/plastica-monouso-stop-da-strasburgohttps://www.greatitalianfoodtrade.it/plastica-un-impegno-globale-contro-i-rifiuti

(3) Voir à cet égard la déclaration d'Astana, 25-26.10.18, Conférence mondiale sur les soins de santé primairessu https://www.who.int/docs/default-source/primary-health/declaration/gcphc-declaration.pdf. Cette déclaration fait suite à celle d'Alma-Ata (1978) et vise à assurer une couverture universelle des soins de santé (Couverture sanitaire universelle, CHU). Cependant, il présente certaines lacunes, clairement exprimées par Mouvement populaire pour la santé su http://phmovement.org/alternative-civil-society-astana-declaration-on-primary-health-care/

(4) Malgré la tristement célèbre décision européenne de reporter, de 2020 à 2030, la durée d'utilisation de l'huile de palme comme biodiesel (sic !). Voir https://www.greatitalianfoodtrade.it/consum-attori/ue-altri-10-anni-di-biodiesel-da-palma

(5) Cf. Université de Guelph, 'Pas assez de fruits, de légumes cultivés pour nourrir la planète', ScienceDaily, 25.10.18, le www.sciencedaily.com/releases/2018/10/181025151042.htm

(6) Cf. https://phys.org/news/2018-08-insights-climate-legislative-momentum-emissions.html

+ messages

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "