AccueilIdéeConflits d'intérêts dans la recherche scientifique

Conflits d'intérêts dans la recherche scientifique

Les conflits d'intérêts sont fréquents, dans le secteur alimentaire comme dans d'autres, et impliquent souvent - ou corrompent - la recherche scientifique également. Les cas les plus graves concernent sans doute des fraudes scientifiques, toujours impunies, visant à dissimuler les dangers pour la santé humaine et animale liés à l'exposition aux agrotoxiques. Comme c'est plusieurs fois rapporté, en relation avec le glyphosaph et pesticides néonicotinoïdes. Mais il y a bien plus, comme le révèlent deux études récentes.

Transparence AAA voulue

Des relations entre les institutions de recherche et Big 4 agrochimie, Big Pharma e Grande bouffe sont nécessaires. A l'industrie, pour recueillir les preuves scientifiques nécessaires à l'autorisation de certaines catégories de produits et réclamer liés à eux. Aux institutions de recherche, pour subvenir à leurs besoins et mener à bien leurs activités.

Transparence sur tout conflit d'intérêts des auteurs et éditeur c'est une condition indispensable pour évaluer objectivement la fiabilité et la qualité des contenus. D'autant plus que les publications scientifiques influencent les évaluations des risques sur lesquelles se fondent les décisions publiques. La Comité international des éditeurs de revues médicales (ICMJE) a ​​donc défini les critères à suivre pour la déclaration des conflits d'intérêts, dans ses lignes directrices sur le traitement des textes scientifiques. (1)

BO (Les affaires plutôt que la science)

Les éditeur de la plupart des revues scientifiques ne s'inquiètent pas du manque de déclarations sur les conflits d'intérêts, se fiant à l'incapacité du lecteur habituel à les connaître ou même à les soupçonner (2,3).

Deux études récentes publié sur le BMJ (British Medical Journal) et PLoS Med proposent une analyse statistique qualitative-quantitative sur le niveau moyen d'adhésion des revues scientifiques aux critères de transparence prescrits dans les lignes directrices de l'ICMJE. Et leurs résultats, de façon spectaculaire, convergent :

- dans la première étude, où 350 articles ont été analysés, 82% des auteurs et 99,4% des éditeur n'a pas déclaré l'existence de conflits d'intérêts. Mais 69 % d'entre eux se sont avérés avoir des relations avec des institutions ou des organisations, y compris des groupes industriels. (4)

- dans le second, l'analyse de 130 articles a montré que 99% des auteurs, 88% des éditeur et 69 % des revues ont collaboré avec des institutions publiques ou des organisations professionnelles. (5)

Des intérêts économiques en jeu

Revues scientifiques ils profitent de la vente de réimpressions d'articles, de publicités et de parrainages commerciaux. Dans les revues médicales, les conflits d'intérêts naissent des réimpressions d'articles contenant des publicités sponsorisées pour des médicaments, influençant ainsi les décisions des éditeur. (6)

Les magazines les plus influents ils réalisent des revenus plus élevés avec des citations obtenues dans d'autres études. En fait, l'augmentation des citations correspond à la plus grande attraction pour les auteurs et les sponsors. Les travaux réalisés avec le soutien de l'industrie, ça va sans dire, sont ceux qui recueillent plus de citations et de résultats positifs que ceux qui ne sont pas financés. (7)

Chaîne d'approvisionnement agroalimentaire et recherche, risques et opportunités

L'agro-industrie joue un rôle important dans la recherche médico-scientifique. Du côté positif, dans la validation des bienfaits pour la santé associés à l'apport des divers aliments et substances qu'ils contiennent aux humains et aux animaux. Négativement, vérifier les résultats des analyses de risques sur les produits malsains ou dangereux pour la santé, notamment les agrotoxiques, courbe sinusoïdale leur impact social et environnemental (8,9,10).

Les conflits elles sont en tout cas vouées à émerger avec des répercussions surtout sur la réputation et la crédibilité des revues scientifiques et des arnaqueurs en blouse. Une intervention cohérente sur le gouvernance de l'édition scientifique. (11) Des registres en libre accès devraient être établis pour recueillir les informations sur les conflits d'intérêts et isoler les brebis galeuses avec nom et honte, Avant qu'il ne soit trop tard.

Dario Dongo et Andrea Adelmo Della Penna

Notes

(1) Dal-Ré et al. (2020) Divulgation obligatoire des intérêts financiers des revues et des éditeurs. BMJ 370 : m2872, http://dx.doi.org/10.1136/bmj.m2872

(2) Lanvière et al. (2015) L'oligopole des éditeurs académiques à l'ère numérique. PLoS One 10 : e0127502, doi : 10.1371 / journal.pone.0127502

(3) Comité international des éditeurs de revues médicales (2019) Recommandations pour la conduite, le compte rendu, l'édition et la publication de travaux universitaires dans des revues médicales. http://www.icmje.org/icmjerecommendations.pdf

(4) Dal-Ré et al. (2018) Les revues qui suivent les recommandations de l'ICMJE respectent-elles les politiques de divulgation des conflits d'intérêts. Eur. J. Intern. Med.57 : e17-9, doi : 10.1016 / j.ejim.2018.07.025

(5) Dal-Ré et al. (2019) Divulgation des conflits d'intérêts individuels des rédacteurs en chef et des auteurs et transparence de la revue. Une étude transversale des revues spécialisées médicales à fort impact. BMJ Open 9 : e029796, doi : 10.1136 / bmjopen-2019-029796

(6) Fugh-Berman et al. (2006) Publicité dans les revues médicales : faut-il changer les pratiques actuelles ? PLoS Med 3 : e130, doi : 10.1371 / journal.pmed.0030130

(7) Lundh et al. (2017) Parrainage de l'industrie et résultats de la recherche. Système de base de données Cochrane. Rév. 2 : MR000033, doi : 10.1002 / 14651858.MR000033.pub3

(8) Mozaffarien (2017) Conflit d'intérêts et rôle de l'industrie alimentaire dans la recherche en nutrition. Jama 317(17):1755-56, doi:10.1001/jama.2017.3456

(9) Centres de contrôle et de prévention des maladies (2014) Principes directeurs de CDC pour les partenariats public-privé. https://www.cdc.gov/about/pdf/business/partnershipguidance-4-16-14.pdf.

(10) Béro et al. (2018) Conflit d'intérêts dans la recherche en nutrition. JAMA 320(1):93-95, doi:10.1001/jama.2018.5662

(11)Bion et coll. (2018) Livre blanc : déclaration sur les conflits d'intérêts. Intensive Care Med.44 : 1657-68, doi : 10.1007 / s00134-018-5349-8

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Andrea Adelmo Della Penna
+ de publications

Diplômé en technologies alimentaires et biotechnologies, technologue alimentaire qualifié, il suit le domaine de la recherche et du développement. En particulier en ce qui concerne les projets de recherche européens (dans Horizon 2020, PRIMA) auxquels participe la division FARE de WIISE Srl, une société à but lucratif.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "