AccueilIdéeFaim et malnutrition, le monde à l'envers

Faim et malnutrition, le monde à l'envers

La faim et la malnutrition reprennent leur croissance dans le monde, revenant aux niveaux d'il y a dix ans. Le monde à l'envers.

Faim et malnutrition, bilan mondial 2017 vs. ODD

821 millions d'êtres humains - 12% de la population - souffrent de la faim dans le monde aujourd'hui. Parmi eux, 150 millions d'enfants, condamnés à un retard de croissance. Il s'agit du budget global 2017, en nette dégradation par rapport à l'année précédente, où il y avait déjà 804 millions de personnes souffrant de la faim.

Le rapport 'Sécurité alimentaire et nutrition autour du monde ' - publié par FAO (Organisation pour l'alimentation et l'agriculture) en septembre 2018 - déclasse le clients d'une civilisation en déclin. Qui malgré des engagements renouvelés, est incapable de faire face à la première urgence planétaire.

Après avoir échoué i Objectifs du Millénaire pour le développement, les États membres des Nations Unies s'approchent maintenant de la confrontation avec les Objectifs de développement durable (ODD). Éradiquer la faim dans le monde est le deuxième objectif, étroitement lié au premier - éliminer la pauvreté - à atteindre d'ici 2030.

»ÉLIMINER LA FAIM, assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition, et promouvoir une agriculture durable» (2e Objectif de développement durable, Assemblée générale des Nations Unies, résolution A/RES/70/1, 25.9.15).

»METTRE FIN À LA PAUVRETÉ sous toutes ses formes partout ' (1' Objectif ci-dessus).

Objectifs de développement durable ils sont loin, et le monde bascule. Considérant que, sur la base des données de la FAO, on s'éloigne plutôt qu'on ne s'en approche. Le 18.7.18, la Commission européenne a enregistré une initiative citoyenne de l'UE pour éliminer la faim dans le vieux continent, dont on estime qu'elle touche 8 % de la population. Mais rien n'a encore été fait, pas même à Bruxelles.

Faim et malnutrition, où et pourquoi

Le rapport de la FAO - résultat d'études partagées avec les Nations Unies - offre une géolocalisation claire du problème. L'Afrique est le continent où l'incidence de la malnutrition est la plus élevée (Prévalence de la sous-alimentation, PoU). Ce qui touche plus de 256 millions d'individus, soit 21 % de la population. En Asie, la malnutrition touche plus de 515 millions d'êtres humains, soit 11,4 % du total. En Amérique du Sud, la situation relativement moins grave s'aggrave à son tour (de 4,7 % en 2014 à 5,0 % estimé en 2017).  

Les causes de l'augmentation actuelle de la pauvreté, de la maladie et de la mortalité sont identifiés comme suit :

A) les conflits et la persistance des instabilités dans diverses zones de la planète, (1)

B) événements climatiques défavorables, dans différentes régions du monde, (2)

C) les adversités économiques, qui s'étendent également aux régions non touchées par les guerres et les événements climatiques désastreux.

Colonialisme et néo-colonialisme ils jouent un rôle crucial dans la répartition de plus en plus inégale des ressources entre le Nord et le Sud de la planète. Aux contraintes encore imposées par des pays comme la France aux anciennes colonies (3) s'ajoutent les graves crimes contre l'humanité liés au pillage des terres. 

Il l'accaparement des terres elle est toujours perpétrée au détriment des communautés humaines en Asie du Sud-Est, en Afrique centrale, en Amérique du Sud. Et il est bon de rappeler son premier motif, leextension des monocultures de palmiers à huile. soja, Suivant. (4)

La malnutrition, les femmes et les enfants en sont les premières victimes. Faim cachée et obésité 

Femmes et enfants ce sont les groupes de population les plus touchés par le fléau de la malnutrition, et plus généralement de la malnutrition. 202 millions d'enfants de moins de 5 ans souffrent de retard de croissance et d'émaciation. Le verdict d'inégalité peut ainsi conduire à un décès prématuré ou à une incapacité (physique et/ou neurologique), selon le cas. 

La "faim cachée" - c'est-à-dire le manque de micronutriments (vitamines et minéraux) - complète le tableau des malheurs liés à la malnutrition. C'est une souffrance subtile car souvent asymptomatique (ou en tout cas de diagnostic rare), avec une forte incidence sur les peuples de la planète. (5) Même sur les individus souffrant d'obésité et de surpoids, qui augmentent également dans les mêmes pays où la faim frappe le plus.

Il malbouffe c'est plus accessible - même dans les pays pauvres et les classes les plus pauvres - en ce qui concerne les aliments nutritifs, allez profils nutritionnels équilibré. Et à cet égard, l'irresponsabilité de Grande bouffe qui bombarde aussi les bidonvilles de la malbouffe, opposé les politiques de santé proposées par l'ONU.

De l'insécurité alimentaire à la malnutrition en excès, le chemin est simple. Mauvais accès à des aliments équilibrés en raison de leurs coûts plus élevés, stress lié à l'incertitude de l'alimentation et de la vie, adaptations physiologiques à la privation de nourriture. Les familles pauvres sont ainsi exposées à des risques accrus de surpoids et d'obésité. A quoi contribue également le niveau de scolarisation, également plus faible parmi les groupes les moins aisés. Il pleut sur le mouillé.

Que faire ?

Le document de la FAO Sécurité alimentaire et nutrition dans le monde indique la nécessité de mettre en œuvre et de renforcer toute intervention visant à garantir un droit humain fondamental. Accès à une alimentation saine, nutritive et suffisante. Pour faire face aux extrêmes de la variabilité climatique et à son impact sur la sécurité alimentaire, il faut plutôt penser à la résilience climatique.

Des paroles aux actes, seule la volonté politique peut arrêter ce cercle vicieux.

Égalité !

Dario Dongo et Giulia Baldelli

Notes

(1) Le Conseil de sécurité de l'ONU a ses lourdes responsabilités à cet égard. Exemplaire, après la Syrie, le cas de Yémen où 5 millions d'enfants sont actuellement exposés à la faim, en raison des bombardements saoudiens. Voir https://www.independent.co.uk/news/world/yemen-crisis-conflict-children-famine-starvation-death-a8545666.html

(2) Les phénomènes de catastrophe climatique - y compris la chaleur extrême, la sécheresse, les inondations et les tempêtes - ont doublé entre 1990 et 2016, atteignant une moyenne de 213 événements chaque année

(3) De nombreuses "anciennes" colonies d'Afrique sont encore obligées de déposer leurs réserves financières auprès de B.Anque de France. La France entretient ainsi les réserves financières de quatorze pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Congo-Brazzaville, Côte d'Ivoire, Gabon, Guinée Bissau, Guinée équatoriale, Mali, Niger, Centrafrique, Sénégal, Togo). Voir https://www.zambianobserver.com/china-reportedly-gives-france-an-ultimatum-to-end-the-colonial-pact-in-africa/

(4) Pour une mise à jour quotidienne sur le vol de terres dans divers coins de la planète, voir https://www.farmlandgrab.org/

(5) Preuve en est l'anémie ferriprive qui touche 32,8% des femmes en âge de procréer dans le monde

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

+ de publications

Diplômée en chimie nutritionnelle et technologies pharmaceutiques, experte en systèmes de gestion de la qualité, responsabilité sociale et chaîne d'approvisionnement

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "