AccueilIdéeEasyCoop, innovation de rupture ?

EasyCoop, innovation de rupture ?

Coop Alleanza 3.0 poursuit le Projet EasyCoop. Le service de e-commerce l'alimentation la plus avancée d'Italie, avec un assortiment d'environ 11 3 produits, dont plus de XNUMX XNUMX très frais. Innovation de rupture?

Easycoop - aussi bien que Supermarché du futur développé par Coop Italia avec l'aide d'Accenture, à l'occasion de l'Expo Milano 2015 - représente un excellent exercice.

Coop a deux avantages important, par rapport à la concurrence physique dans la région. Un leadership national et une fiscalité favorable qui, dans un secteur où les marges bénéficiaires se situent entre 1 et 3 %, pourraient fournir des ressources suffisantes pour accroître l'avantage sur le marché intérieur et se renforcer contre joueurs entrant mondial. Son premier objectif devrait donc être l'efficacité organisationnelle et opérationnelle.

Amazon a acquis Whole Foods, la chaîne de supermarchés « bio », en juin 2017, pour 13,7 milliards de dollars américains. (1) Et en moins de trois mois, il a baissé les prix de détail de 40 %.

Amazon fait dumping dans un secteur avec des marges minimales et des problèmes complexes (comme la chaîne du froid, pour n'en citer qu'un), dans un marché plus concurrentiel que celui de l'Italie. C'est un compétiteur atypique, monopsoniste (2) et non spécialiste. Il ne dépend pas des revenus de Whole Foods, mais s'en sert comme d'un laboratoire pour explorer et conquérir les épicerie du monde occidental. Puisqu'il est fonctionnel à d'autres activités plus lucratives.

L'approche multicanal de Coop, l'idée de connaître et présider le marché numérique avec EasyCoop est donc actuelle et cohérente. Mais peut-être que Coop pourrait et devrait faire quelque chose de plus, ne pouvant pas se battre à armes égales avec joueurs comme Amazon pour asymétrie des ressources technologiques.

Les atouts de Coop - être protégé et valorisé - c'est la protection du territoire, l'opportunité d'un contact physique avec le client final. Eh bien à l'approche numérique, sans perdre de vue la devise gagnante. "La Coop, c'est vous !" reste la démarche à suivre, sur chaque canal. Et il est donc essentiel pour Coop de comprendre comment les consommateurs ont changé et comment les consommateurs vont changer. Et ce marketing ne suffira plus à couvrir les inefficacités ou les produits incompatibles avec la publicité.

La cible de groupes comme Amazon, grâce au contrôle des données, est de numériser la confiance. Et c'est peut-être ce qui manque au Plan stratégique Coop 2017-2019, car cela va de soi. La défense et le renforcement de la confiance du consommateur physique, jusque-là essentiellement cultivée à travers des campagnes de marketing, relooking des points de vente, l'emballage renouvelé, remises.

Le consommateur confie de plus en plus son éducation aux canaux numériques. Il est constamment bombardé d'informations et d'offres qui le poussent à explorer de nouvelles opportunités d'approvisionnement, au prix d'une perte de fidélité.

Le grand défi de la détail physique il peut donc être parcouru à l'avance. Au lieu de suivre le chemin tracé par d'autres - en réduisant les coûts du personnel de magasin avec l'automatisation - travaillez par exemple sur l'application de blockchain la traçabilité des aliments. Permettre au consommateur de connaître en détail l'origine et le parcours suivi par l'aliment, sous l'égide de la transparence de la chaîne d'approvisionnement. Grâce à des systèmes accessibles à tous, virtuels et vertueux, sans besoin d'intermédiaires ni de certifications.

Que pouvait faire Coop ? Suivre ce type de projets, afin de pouvoir les mettre en œuvre dès qu'ils sont applicables, et en attendant investir dans la relation physique avec le client final, à travers la valorisation et la préparation du personnel de vente et de livraison. Et de poursuivre avec vivacité le partage de ses valeurs et projets uniques, sur tous les canaux numériques et réseaux sociaux, en synergie avec des entités indépendantes et des groupes de réflexion.

Fabio Ravera et Dario Dongo

Notes

(1) L'acquisition a entraîné une perte sèche en une seule journée de la valeur de marché des grandes entreprises les détaillants USA, zone épicerie, pour 22 milliards US$.

(2) Le monopsoniste est "l'acheteur en situation de monopsone, c'est-à-dire qui centralise entre ses mains toute la demande d'un bien ou d'un service, ou jouit, au moins, d'un fort pouvoir de marché" (du vocabulaire Treccani)

+ de publications

Spécialiste des modèles de distribution et des opérations de revenus avec plus de 25 ans de projets dans différents secteurs industriels et pays (12 ans aux États-Unis). Je travaille sur les organisations Lean, les inefficacités de la chaîne d'approvisionnement, les projets de restructuration organisationnelle et financière, la numérisation et le RGPD

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Article précédentLe sel favorise le diabète
prochain articleLibre de, à 13%

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "