AccueilIdéeXylella fastidiosa sur les oliviers des Pouilles, une décennie de suivi

Xylella fastidiosa sur les oliviers des Pouilles, une décennie de suivi

Une étude récente (Ciervo et al. 2024) publiée dans le Journal of Phytopathology analyse une décennie de données de surveillance sur Xylella fastidiosa, fournissant une image détaillée de la situation et suggérant des stratégies de gestion et de contrôle.

Selon les chercheurs, malgré les inquiétudes initiales, l'incidence de la bactérie dans les zones délimitées est étonnamment faible, surtout au cours des trois dernières années de surveillance. Ces données suggèrent une éventuelle révision des stratégies de gestion des maladies, remettant en question l'efficacité et la nécessité de mesures drastiques telles que l'abattage d'oliviers monumentaux. (1)

Oliviers centenaires dans les Pouilles

Oléiculture des Pouilles, dont l'histoire remonte à l'âge du bronze, contribue de manière significative au secteur agricole de la région :

  • représente 13% de la valeur de la production agricole totale e
  • affecte 26% de la valeur de la production oléicole italienne. (2)

Pouilles elle est célèbre pour la plaine des oliviers monumentaux, une zone qui s'étend entre les provinces de Brindisi et de Bari, où plus de 250.000 XNUMX oliviers, dont beaucoup sont centenaires et certains même millénaires, dominent le paysage.

Cette zone il a été inscrit au Registre national des paysages ruraux historiques du ministère de l'Agriculture et est candidat à la reconnaissance de l'UNESCO comme site du patrimoine mondial. Il joue un rôle crucial dans la conservation de la biodiversité et le maintien de l’équilibre écologique. Les oliveraies traditionnelles constituent en effet un agroécosystème qui agit comme un tampon pour protéger la zone environnante des effets négatifs de l’agriculture intensive.

La menace de Xylella fastidiosa subsp. pauca

Au cours des dix dernières annéesCependant, les Pouilles ont été confrontées à une menace sans précédent pour la durabilité de ce précieux écosystème : l'apparition de Xylella fastidiosa subsp. pauca (Xfp), une bactérie pathogène originaire du continent américain, qui provoque le « complexe de dessiccation rapide des olives » (CoDiRO ou OQDS, Olive Quick Decline Syndrome), entraînant de graves déclins et la mort des arbres atteints. (3,4) Un signal d'alarme pour la communauté scientifique et agricole, qui a mené un large éventail d'études et de surveillance pour mieux comprendre la propagation et l'impact de ce pathogène. (5)

Identifié pour la première fois dans les Pouilles en 2013, Xylella fastidiosa a déclenché une alerte sanitaire au niveau européen, compte tenu de sa capacité à infecter, outre l'olivier, environ 500 espèces végétales, dont la vigne, l'amandier et le laurier-rose.

La transmission du pathogène se produit principalement par l'alimentation d'insectes vecteurs, tels que Philaenus spumarius L., les 'Meadow Spittle', qui se nourrissent de la sève des plantes infectées, propageant ainsi la maladie.

La bactérie pathogène colonise les vaisseaux du xylème de la plante, provoquant un blocage de l'écoulement de l'eau et des nutriments, entraînant des brûlures des feuilles, un dessèchement et d'autres symptômes, pouvant aller jusqu'à la mort de la plante. (6)

La diffusion de cette bactérie (Figures 1 et 2) a mis en danger la survie de nombreux arbres anciens, influençant négativement la biodiversité locale et menaçant les pratiques agricoles traditionnelles qui soutiennent les communautés rurales depuis des générations.

Figure 1. Cartes géographiques des Pouilles indiquant le mouvement des zones « de confinement » et « tampon » à surveiller pour la présence de Xylella fastidiosa subsp. pauca à partir d’enquêtes de 2013-2014 à 2017-2018 (a – d). Traité sur les données de la région des Pouilles.
Figure 2. Cartes géographiques des Pouilles indiquant le mouvement des zones « de confinement » et « tampon » à surveiller pour la présence de Xylella fastidiosa subsp. pauca de 2018-2019 à 2022-2023 (oui). Traité sur les données de la région des Pouilles.

2.1) Approche et stratégies de gestion

La Xylella fastidiosa il est inclus dans la liste A2 des phytopathogènes de quarantaine de l'Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP). (3)

Les autorités régionales, en collaboration avec des chercheurs et des agriculteurs, ont mis en œuvre une série de mesures pour contenir et gérer la propagation de Xylella fastidiosa subsp. pauca (Xfp). (7) Il s’agit notamment

– une surveillance intensive des zones touchées,

– des modèles mathématiques et épidémiologiques sur l’expansion du Xfp dans les oliveraies,

– abattage sélectif et éradication des plants positifs à Xfp, y compris tous asymptomatiques dans un rayon de 100 ou 50 m,

– des recherches sur les méthodes de lutte biologique et la résistance variétale,

– application de pesticides

– mise en œuvre d’inspections, de quarantaines et de restrictions à l’importation pour empêcher la propagation du pathogène et contrôler la population de vecteurs,

– promotion de pratiques agricoles durables auprès des oléiculteurs. (8,9)

Malgré les efforts, la lutte contre Xfp s'est révélée complexe, compte tenu de la grande variabilité de l'agent pathogène et de la large gamme d'hôtes.

l'approche adoptées dans la gestion de la protection du patrimoine culturel. (10,11)

2.2) Contrôle vectoriel

Au cours des dernières années l'utilisation de méthodes de lutte biologique contre la coccinelle des prés, l'insecte vecteur du pathogène, suscite un intérêt croissant. X. ennuyeux.

La libération des ennemis naturelscomme Zelus renardii Kolenati (Hemiptera : Reduviidae), a obtenu des résultats significatifs en matière de confinement des populations de Philaenus spumarius L.

Le cycle de vie du cercope des prés implique l'éclosion des œufs en nymphes, qui se transforment ensuite en adultes. Les stades juvéniles vivent sur des graminées protégées par une sécrétion mousseuse, ce qui suggère la possibilité de vérifie l'insecte dessèchement de cette mousse protectrice, provoquant ainsi la mort des stades juvéniles. (12,13)

Ces mesures, cependant, ont jusqu’à présent eu un succès limité dans le contrôle de la maladie.

Résultats de l'étude

Les résultats des enquêtes de surveillance menées dans les Pouilles de 2013 à 2022 pour la présence de la bactérie Xylella fastidiosa subsp. pauca (Xfp) dans les oliveraies montrent une évolution significative du nombre d'hectares surveillés et du nombre d'oliviers et autres plantes hôtes échantillonnés. (1)

En termes de relations entre les plantes présentant les symptômes de l'OQDS (Olive Quick Decline Syndrome) et celles réellement infectées par Xfp, une diminution significative des corrélations a été constatée :

– alors que lors de la campagne 2014-2015 69,56% des oliviers symptomatiques ont été testés positifs au Xfp,

– au cours des périodes suivantes, ce pourcentage a considérablement diminué, atteignant un minimum de 3,21 % en 2021-2022.

Le détail des deux dernières campagnes (Figure 3) met en évidence une incidence extrêmement faible de Xfp dans toutes les zones surveillées, avec un pourcentage qui ne dépasse pas 0,23 %.

Figure 3. Plantes analysées et Xylella fastidiosa subsp. plantes pauca-positives de 2013-2014 à 2022-2023. Traité sur les données de la région des Pouilles.

Concernant les mesures d’éradication, les données indiquent une stratégie plus agressive ces dernières années (Figure 4). Le nombre d'arbres déracinés dans ces zones, notamment suite à la règle des 50 mètres autour d'un arbre infecté, reste élevé. Et il s'agit d'un nombre important d'oliviers séculaires et monumentaux.

La principale critique concerne la rapidité et le manque de transparence avec lesquels des décisions drastiques ont été prises, souvent sans une évaluation adéquate des incidences sur l'environnement ou sans fournir de preuves concrètes de la présence de la bactérie dans les plantes destinées à l'abattage.

Alors que dans les premières années les plantes arrachées ont été beaucoup moins nombreuses que celles testées positives, à partir de 2021, le nombre de plantes arrachées a largement dépassé les plantes positives, avec une augmentation dépassant respectivement 1050% et près de 1300% au cours des deux dernières campagnes.

Figure 4. Xylella fastidiosa subsp. pauca – plantes positives et nombre total de plantes tuées de 2013-2014 à 2022-2023. Traité sur les données de la région des Pouilles.

4) Perspectives d'avenir et conclusions

La bataille contre Xylella sous-espèce ennuyeuse. pauca dans les oliveraies des Pouilles est loin d'être gagnée, mais la décennie de suivi a fourni des données précieuses qui peuvent orienter les futures stratégies de gestion. Récemment, entre autres, une nouvelle souche de Xylella fastidiosa, qui affecte les vignobles, les vergers d'amandiers et de cerisiers mais pas les oliviers, a été découvert dans les Pouilles, suscitant des inquiétudes pour les cultures locales et nécessitant des mesures de confinement immédiates. (14)

La protection de l’oléiculture des Pouilles cela nécessite un engagement collectif et des solutions innovantes, fondées sur la science et le respect de l’environnement et de la biodiversité. En outre, la sensibilisation et la formation des agriculteurs jouent un rôle clé dans l’atténuation de l’impact de la maladie.

Les auteurs de l'étude en question remettent en question l'efficacité et la nécessité de mesures drastiques telles que l'abattage d'oliviers monumentaux et soulignent l'importance d'une approche multifocale pour faire face à la crise Xfp, combinant surveillance phytosanitaire, recherche scientifique et coopération entre les parties prenantes.

C'est nécessaire continuer à explorer de nouvelles stratégies de gestion de Xylella, notamment

– l’amélioration génétique des oliviers pour la résistance au Xfp,

– l’utilisation de biofertilisants e

– le développement de méthodes de lutte biologique contre les vecteurs. (15)

Gabriel Sagesse

Notes

(1) Ciervo, M. et Scortichini, M. (2024). Une décennie d'enquêtes de surveillance pour Xylella fastidiosa subsp. pauca dans les oliveraies des Pouilles (Italie) révèle une faible incidence de la bactérie dans les zones délimitées. Journal de phytopathologie, 00, e13272. https://doi.org/10.1111/jph.13272

(2) Scortichini, M. L'agroécosystème oléicole multimillénaire du Salento (Pouilles, Italie) menacé par Xylella Fastidiosa Subsp. Pauca: une possibilité opérationnelle de restauration. Durabilité 2020, 12, 6700. https://doi.org/10.3390/su12176700

(3) Groupe scientifique de l’EFSA sur la santé des plantes (PLH). (2019). Mise à jour de l'avis scientifique sur les risques phytosanitaires posés par Xylella fastidiosa sur le territoire de l'UE. Journal de l'EFSA, 17, 5665. https://doi.org/10.2903/j.efsa.2019.5665

(4) Organisation européenne pour la protection des plantes (OEPP). (2019) PM 7/24 (4) Xylella fastidiosa. Bulletin de l'OEPP, 49: 175-227. https://doi.org/10.1111/epp.12575

(5) Paragraphe 6 de l'article, Dario Dongo. Les espèces exotiques envahissantes, une menace négligée. Rapport IPBES. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 10.1.24/XNUMX/XNUMX

(6) Fierro, A., Liccardo, A. & Porcelli, F. Un modèle de réseau pour gérer le vecteur et l'infection de Xylella fastidiosa sur les oliviers. Sci Rep 9, 8723 (2019). https://doi.org/10.1038/s41598-019-44997-4

(7) Région des Pouilles. (2013). DgR n. 2023 : Mesures d’urgence de prévention, de contrôle et d’éradication de Xf associé au « CoDiRO » https://doczz.it/doc/1397325/delibera—1999-2016—documento-1 et le Plan national d'urgence pour la gestion de Xylella fastidiosa en Italie. https://www.gazzettaufficiale.it/do/atto/serie_generale/caricaPdf?cdimg=18A0239600400010110001&dgu=2018-04-06&art.dataPubblicazioneGazzetta=2018-04-06&art.codiceRedazionale=18A02396&art.num=1&art.tiposerie=SG

(8) Kottelenberg D, Hemerik L, Saponari M, van der Werf W. Forme et vitesse de déplacement du front d'invasion de Xylella fastidiosa spp. pauca dans les Pouilles. Sci Rep. 2021 janvier 13;11(1):1061. est ce que je: 10.1038/s41598-020-79279-x. PMID : 33441697 ; PMCID : PMC7806996. https://doi.org/10.1038/s41598-020-79279-x

(9) White SM, Navas-Cortés JA, Bullock JM, Boscia D, Chapman DS. Estimation de l'épidémiologie des épidémies émergentes de Xylella fastidiosa dans les olives. Pathologie végétale. 2020 ; 69 : 1403-1413. https://doi.org/10.1111/ppa.13238

(10) Dario Dongo, Giulia Torre. Xylella et décret d'urgence, débat et pétition. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 19.4.19/XNUMX/XNUMX

(11) Dario Dongo, Marina De Nobili, Guido Cortese. Xylella Fastidiosa, la solution à portée de main. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 23.2.19/XNUMX/XNUMX

(12) Cornara Daniele, Porcelli Francesco, Boscia D., De Stradis Angelo. (2014). Enquête sur l'Auchenorryncha dans la péninsule du Salento à la recherche de vecteurs de la souche Xylella fastidiosa CoDiRO, et biologie et éthologie de Philaenus spumarius. https://www.researchgate.net/publication/271443963_Survey_of_the_Auchenorryncha_in_the_salento_peninsula_searching_for_vectors_of_Xylella_ fastidiosa_codiro_strain_and_Biology_and_etology_of_Philaenus_spumarius

(13) Cornara, D., Bosco, D. & Fereres, A. Philaenus spumarius : quand une vieille connaissance devient une nouvelle menace pour l'agriculture européenne. J Pest Sci 91, 957-972 (2018). https://doi.org/10.1007/s10340-018-0966-0

(14) Nouvelle souche de Xylella trouvée dans les Pouilles, parle un agronome phytopathologiste. place fraîche. https://www.freshplaza.it/article/9603054/nuovo-ceppo-di-xylella-ritrovato-in-puglia-parla-un-agronomo-fitopatologo/

(15) Dario Dongo, Andrea Adelmo Della Penna. Biostimulants en oléiculture, révolution biologique. Revue scientifiqueCADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 14.5.21/XNUMX/XNUMX

Stagiaire Assistant Chercheur | Site Web | + de publications

Diplômé en Agriculture, avec une expérience en agriculture durable et permaculture, laboratoire et suivi écologique.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "