AccueilIdéePeste porcine africaine, la solution indispensable

Peste porcine africaine, la solution indispensable

La peste porcine africaine met en crise toute la chaîne d'approvisionnement du porc italien - avec l'interdiction d'exporter des jambons et charcuteries AOP et non AOP vers un nombre croissant de pays - en raison de la gestion tardive et incorrecte de l'urgence en question.

L'écrivain (Dongo) avait déjà proposé au ministère de la Santé et aux associations professionnelles, début 2022, un changement de stratégie visant à assurer la sécurité de la viande et des produits issus des filières bioprotégées. Et il est désormais nécessaire et urgent de mettre en pratique cette stratégie, conformément aux orientations exprimées par l'Organisation mondiale de la santé animale (WOAH, ex OIE).

La gestion de cette maladie vétérinaire - qui n'a aucun impact sur la sécurité alimentaire, mais tue environ 95% des porcs (d'élevage et sauvages) - nécessite l'adoption de mesures structurelles et de procédures adaptées pour empêcher l'entrée d'animaux et de matériels contaminés dans les fermes, les abattoirs. et les usines de transformation. Afin de contenir et d'exclure la propagation possible de l'agent viral dans la chaîne de production, de l'écurie à la table, et de certifier la sécurité des produits.

REGARDEZ LA VIDÉO SUR TIKTOK

PESTE PORCINE AFRICAINE

Organisation mondiale de la santé animale (WOAH) a élaboré des lignes directrices spécifiques pour la « compartimentation », c'est-à-dire une stratégie de prévention et de gestion de la peste porcine africaine, au niveau d'un établissement spécifique et à un niveau macro dans des contextes régionaux/nationaux, grâce à la coopération de toutes les parties intéressantes. . (1)

1) La peste porcine africaine, un problème non résolu

Peste porcine africaine (PSA ou PPA, Peste Porcine Africaine) est une maladie provoquée par un agent viral, qui pose de nombreux problèmes pour la protection de la santé des porcs d'élevage et sauvages (en raison de la létalité et de l'absence de vaccins adéquats), et pour la sauvegarde la production alimentaire qui en est issue (par exemple viande, charcuterie). (2)

La gravité de la PPA, ainsi que sa large diffusion au niveau européen (y compris l'Italie) et mondial, a conduit à l'adoption de mesures restrictives par les pays concernés. La Commission européenne a initialement adopté une décision d'exécution visant à adopter des mesures de restriction en Italie, mise en œuvre ensuite dans le règlement d'exécution (UE) 2023/594 (3,4), qui définit les zones de restriction (I, II, III) en Italie (et dans d'autres États membres) sur la base du principe de régionalisation (c'est-à-dire mise en œuvre de mesures de restriction aux seules zones d'intérêt).

Le compartimentage, à travers la création de chaînes d'approvisionnement bioprotégées, est considérée par l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (WOAH, ou OIE) comme une stratégie plus efficace (qui peut cependant être complétée par une régionalisation (zonage)), capable de gérer de manière plus adéquate les mesures de biosécurité pour la prévention et l'éventuelle atténuation de la PPA, s'avérant en même temps la méthode la plus efficace pour garantir la continuité de la production et du commerce alimentaires, au bénéfice de la sécurité alimentaire.

2) Acteurs du cloisonnement

Le compartimentage nécessite une collaboration active entre le secteur privé, le secteur public et les tiers intéressés, de préférence par le biais de partenariats public-privé, afin de mettre en œuvre le système au niveau local (c'est-à-dire l'établissement) basé sur le statut du PSA au niveau régional/national, et d'intervenir précisément et adopter rapidement des mesures de biosécurité pour maintenir le niveau de risque à un seuil acceptable.

2.1) Industrie porcine

Les opérateurs du compartiment de l'usine porcine sont la figure principale de la mise en œuvre du compartimentage. Ils doivent disposer de ressources suffisantes (par exemple financières, humaines) pour mettre en œuvre des mesures de biosécurité au sein du compartiment, et intervenir en cas de changements internes ou externes liés à la propagation de la PPA.

Coopération avec les autorités vétérinaires est indispensable à la mise en œuvre des mesures dans le compartiment, et peut également mener des activités d'appui à la définition de programmes nationaux de compartimentation de la PPA.

2.2) Autorités vétérinaires

Les autorités vétérinaires sont responsables de la définition d'un plan réglementaire pour la mise en œuvre des mesures de compartimentage, ainsi que des ressources financières et humaines et des aspects organisationnels. Ces aspects, une fois définis, doivent être documentés de manière adéquate pour consultation par les parties intéressées (par exemple les autorités vétérinaires du pays importateur).

Le rôle diffère, si les autorités vétérinaires font partie du pays d'exportation ou d'importation des animaux ou des produits d'origine animale qui en dérivent. Dans le cas des exportations, l'activité principale est de communiquer de manière adéquate et transparente toutes les informations et la documentation nécessaires pour permettre aux autorités du pays importateur d'évaluer de manière adéquate si le compartiment de référence est effectivement indemne de PPA.

2.3) Tiers

Tiers inclure des personnalités professionnelles (indépendantes ou salariées) autres que les exploitants du compartiment et les autorités vétérinaires, qui peuvent contribuer au développement, au maintien et à l'intégrité du compartiment lui-même.

De tels chiffres peut fournir des produits ou des services au compartiment et peut inclure, sans s'y limiter, des vétérinaires privés, des épidémiologistes, des auditeurs, des sociétés pharmaceutiques et d'autres services.

4) Compartimentation et régionalisation

Le compartimentage implique le confinement d'une sous-population animale (par exemple les porcs) dans un ou plusieurs établissements, avec un état de santé spécifique et maintenu avec un système commun de gestion de la biosécurité, qui permet leur séparation des autres populations animales. Elle peut être mise en œuvre en remplacement ou en complément de la régionalisation, en fonction de la situation épidémiologique du pays ou de la zone de référence.

3.1) Similitudes

Compartimentation et régionalisation présenter des similitudes pour atteindre le même objectif, à savoir établir et maintenir une sous-population sur le territoire de référence, pour la prévention et le contrôle de la maladie (c'est-à-dire la PPA) et pour permettre la poursuite des échanges commerciaux, y compris nationaux.

Comparaison entre les deux systèmes nous permet d’identifier d’autres similitudes :

– pour une mise en œuvre efficace, il est nécessaire de prendre en compte tous les facteurs épidémiologiques et toutes les voies de risque ;

– les considérations spatiales et la gestion de la biosécurité sont importantes pour maintenir la santé de la sous-population animale ;

– la reconnaissance par les partenaires commerciaux des mesures adoptées et de leur efficacité est nécessaire pour faciliter le commerce international.

3.2) Différences

Le compartimentage Elle présente cependant des différences significatives et impactantes par rapport à la régionalisation, qui permettent de surmonter certaines limites que cette dernière mesure pourrait présenter dans sa mise en œuvre.

Les différences les principaux sont :

– une gestion commune et l'adoption de pratiques agricoles liées à la biosécurité, au lieu d'utiliser les limites géographiques comme mesure de référence ;

– le maintien de l'état sanitaire par l'application et la vérification de l'intégrité de l'ensemble du système commun de gestion de la biosécurité dans le compartiment, y compris le système de surveillance pour l'identification précoce, contrairement aux vastes mesures adoptées dans l'ensemble de la zone ;

– adoption dans le CD. période de temps de paix (c’est-à-dire absence d’épidémie) dans les zones ou pays exempts de PSA, plutôt que d’être une mesure de réponse aux épidémies ;

– le développement et la gestion, avec les coûts y afférents, relèvent de la responsabilité du secteur privé, sous la supervision de l'autorité vétérinaire, au lieu d'attribuer à cette dernière la totalité de la charge des mesures de mise en œuvre.

3.3) Avantages et inconvénients

Le compartimentage évite que l'état sanitaire de la sous-population animale soit influencé par des changements et des infections d'autres sous-populations dans le pays ou la zone de référence, grâce également à la séparation efficace des animaux dans un état de santé inconnu, sans tenir compte de limites géographiques spécifiques . Cela nous permet également de ne pas interrompre le commerce national et international.

Les avantages du compartiment, cependant, ne sont affectés que par la sous-population qui y réside et par l'opérateur de référence, qui doit supporter d'énormes investissements économiques et personnels pour la mise en œuvre, la gestion et l'entretien du compartimentage. Et si le compartiment est infecté, le statut indemne de PSA est perdu, nécessitant une réapprobation après reconnaissance de l'adoption de mesures visant à éradiquer la maladie à l'intérieur de celui-ci.

4) Principes de compartimentage

4.1) Compartimentation dans la prise en charge du PSA

Un compartiment a la condition préalable d’être sans PSA, ce qui nécessite la définition de l’état de santé de la sous-population résidente. Ainsi, les porcs doivent tous être identifiables et traçables, tout comme les rôles, fonctions et produits/services, y compris ceux de tiers, relatifs au compartiment lui-même.

Le but ultime il s'agit d'une séparation épidémiologique complète de la sous-population animale du compartiment des autres sous-populations présentes à l'extérieur, de manière à empêcher l'entrée de la PPA. Un plan de biosécurité sert à démontrer et à mettre en œuvre les mesures nécessaires pour atteindre cet objectif, et à faciliter la résilience en cas d'entrée hypothétique du virus, qui pourrait (également) se produire en raison de porcs sauvages infectés dans le pays ou la zone de référence. .

La mise en oeuvre La compartimentation est facilitée par l'application des dispositions pertinentes des lignes directrices et des codes de l'OIE, parmi lesquels figurent au premier chef le Code terrestre, qui contient des références dédiées à la compartimentation et à la régionalisation (chapitres 4.4 et 4.5), et le Manuel terrestre pour le diagnostic. de la maladie. (5,6)

4.2) Définition d'un compartiment indemne de PPA

Un compartiment sans PPA doit toujours faire référence à une sous-population, et toutes les unités ou sous-unités en activité jusqu'à la sortie des porcs ou des produits du compartiment (par exemple, abattoirs, ateliers de découpe) doivent être considérées comme faisant partie de celle-ci.

Le compartiment devrait de préférence se consacrer à la réception et à l'envoi uniquement de produits sans PSA, ou à la mise en œuvre de mesures de biosécurité efficaces et fonctionnelles pour maintenir l'état de santé des animaux, comme l'adoption d'un système de traçabilité qui prend en charge la ségrégation des animaux potentiellement infectés et des produits associés ( ainsi que les aliments pour animaux, médicaments et autres produits connexes et connexes dans le compartiment), et le contrôle du système de transport des animaux entre les unités ou sous-unités du compartiment.

Connaissance de la supply chain la production porcine, et mieux encore l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, y compris les secteurs de l’alimentation animale, de l’élevage, de la santé et de la transformation, peuvent faciliter la mise en œuvre d’une évaluation des risques pour adopter des mesures de prévention et d’atténuation de la PPA dans le compartiment.

4.3) Séparation du compartiment des sources potentielles de PPA

L'évaluation des risques (évaluation des risques) est la première étape fondamentale pour la mise en œuvre de mesures fonctionnelles visant à éviter ou limiter l’entrée de la PPA dans le compartiment. Il est principalement divisé en évaluation de l'entrée, de l'exposition et des conséquences, et ensemble, ils permettent le développement d'un système de gestion et de surveillance de la biosécurité pour la PPA. Les systèmes doivent être convenus et approuvés par les parties intéressées (par exemple, les autorités vétérinaires, les partenaires commerciaux), sous réserve de la démonstration d'un « niveau de protection approprié ».

Gestion des risques (gestion des risques) couvre la mise en œuvre efficace de mesures dans le compartiment ou dans certaines (sous)unités, qui doivent inclure au moins la ségrégation, le nettoyage et la désinfection (par exemple en utilisant le plan HACCP), ainsi que des mesures spécifiques en cas d'échec potentiel des mesures mis en œuvre. Les autorités vétérinaires sont essentielles pour approuver ces mesures, qui doivent devenir des procédures opérationnelles standard (POS), être correctement incluses dans les plans de formation du personnel et être soumises à des audits internes et externes périodiques adéquats.

Un système de surveillance interne et externe au compartiment, à définir avec un plan spécifique, sert à évaluer le maintien du niveau d'acceptabilité préétabli, en tenant également compte de la situation épidémiologique du pays ou de la zone de référence. Les cas suspects (à définir) doivent être vérifiés au moyen de systèmes de diagnostic, qui devraient vérifier rapidement le statut indemne de PPA ou l'existence d'un foyer potentiel dans le compartiment, contenu à des niveaux gérables ou au-delà des limites attendues.

5) Mise en œuvre du compartimentage

5.1) Demande de mise en œuvre du compartiment auprès d'un opérateur industriel

l'opérateur doit soumettre une proposition de compartiment, y compris les pièces justificatives (par exemple, un manuel d'utilisation), qui décrit les principaux composants et aspects pour démontrer la mise en œuvre d'une évaluation des risques et de pratiques de gestion des risques (par exemple, mesures de biosécurité, traçabilité, surveillance du système).

La proposition doivent être conformes au programme national de compartimentation de la PPA et les mesures proposées par l'opérateur doivent être vérifiées sur pièces et sur place par un audit spécifique des autorités vétérinaires ou d'autres auditeurs indépendants soumis à accréditation.

Les compartiments homologués comme sans PPA devraient être publiés, accompagnés des informations pertinentes, sur les principaux sites Internet des autorités, afin de faciliter les échanges commerciaux et l'acquisition d'informations par les autorités des pays importateurs (mieux si elles sont envoyées volontairement par les autorités du pays importateur). pays exportateur) et des partenaires commerciaux eux-mêmes, en veillant également à ce que des mesures efficaces de confinement de la PPA soient adoptées.

5.2) Entretien du compartiment

La maintenance d'un compartiment nécessite la mise en œuvre effective des mesures contenues dans le système de gestion de la biosécurité, et une collaboration active avec les autorités vétérinaires, qui réaliseront des audits périodiques, mais qui doivent également être réalisés en interne, pour évaluer que la gestion est toujours efficace, ou si des actions correctives ou des changements sont nécessaires en fonction de la situation à l'extérieur du compartiment. Toutes les mesures doivent être conservées sous forme documentaire.

Le personnel doit être continuellement et adéquatement formé et informé des innovations introduites dans le système de gestion et dans les SOP (à auditer également), en étant impliqué dans la définition des conformités/non-conformités résultant de l'exécution des audits sur site, et à mettre en œuvre les mesures correctives dans les délais prévus pour éviter de perdre le statut indemne de PPA en cas de non-conformités majeures.

5.4) Modifications du statut du PSA

L'objectif principal L'objectif de la compartimentation est d'éviter les interruptions du commerce des porcs et des produits connexes, également à la suite d'épidémies de PPA qui se sont développées en dehors du compartiment, en préservant un état de santé optimal des animaux avec la mise en œuvre du système de gestion de la biosécurité approprié au contexte. Dans ce cas, la coopération avec les autorités vétérinaires des pays exportateurs et importateurs est essentielle pour vérifier et démontrer le statut indemne de PPA dans le compartiment.

Un PSA suspecté à l'intérieur du compartiment, cela devrait toutefois entraîner une suspension immédiate du statut indemne de PPA et une révocation de la certification en cas de constatation de la présence du virus. Tous les animaux et produits provenant des compartiments doivent être bloqués et rappelés, en cas d'envois déjà effectués, en informant sans délai les partenaires commerciaux et les autorités vétérinaires des pays importateurs.

La reconquête de l'État l'absence de PPA ne pourra être obtenue qu'après que toutes les mesures nécessaires à cet effet auront été adoptées dans le compartiment et que les autorités vétérinaires seront en mesure de démontrer leur efficacité. Ce n'est qu'après de telles actions que les échanges pourront être rétablis, et à condition que les partenaires acceptent le compartiment sous réserve de réapprobation.

6) Cas réussis de compartimentation

Le compartimentage il a été adopté dans le passé et est actuellement mis en œuvre par divers pays pour contenir diverses maladies d'origine purement virale. Elle peut être adoptée de manière volontaire par les opérateurs privés, et être appuyée ou non par des références réglementaires adéquates pour atteindre les objectifs fixés.

Afrique du Sud c'est le pays de référence pour l'efficacité de la compartimentation dans la prévention de la PPA, mais aussi pour d'autres maladies virales comme la peste porcine classique (PSC), la fièvre aphteuse (FMD) et le syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SDRP).

Autres exemples, même s'il n'est pas lié aux porcs, peut être trouvé dans d'autres États :

– Chili: PPA, PSC, fièvre aphteuse et maladie d'Aujeszky chez le porc, pour garantir des normes élevées dans les systèmes de gestion de la santé animale, et garantir la continuité des exportations même en cas d'entrée de maladies infectieuses exotiques ;

- Royaume-Uni: Maladie de Newcastle (ND) et grippe aviaire (IA), dans le secteur avicole. La Nouvelle-Zélande a légalement reconnu le système de compartimentation du Royaume-Uni pour l'industrie avicole en 2014 ;

- Canada: Plusieurs maladies affectant le saumon, telles que l'anémie infectieuse du saumon (ISA), la septicémie virale hémorragique (SEV), la nécrose hématopoïétique infectieuse (IHV), la nécrose pancréatique infectieuse (IPN) et l'alphavirus des salmonidés (SAV).

- Brésil: ND et AI, pour garantir la continuité des échanges en cas de crise ;

- Thaïlande: AI, pour éviter l'effondrement des exportations de viande de poulet.

7) Conclusions provisoires

Le PSA c'est une maladie qui menace gravement le secteur porcin, en termes de sécurité économique pour les opérateurs du secteur et de sécurité alimentaire pour les consommateurs. La compartimentation s'est avérée être une mesure très efficace pour gérer la propagation de la maladie de manière plus adéquate et ciblée, garantissant la continuité de la production et de la commercialisation pour le bénéfice de tous.

Au niveau européen, l'adoption seule de la régionalisation, à contre-courant des lignes directrices de l'OIE (déjà adoptées en 2021), ne s'avère pas suffisamment efficace dans la lutte contre la PPA, à tel point qu'il est nécessaire d'adopter des lignes directrices dédiées (7), dans lequel il est possible de comprendre combien il est encore nécessaire de sensibiliser sur le sujet, à travers les messages clés fournis pour des campagnes de communication dédiées.

L’adoption du compartimentage (également avec la régionalisation) représente certainement une prochaine étape d'une importance et d'une contribution fondamentales, nécessaire pour garantir des moyens plus efficaces aux agriculteurs, sauvegarder leurs activités commerciales et garantir des produits sûrs pour les consommateurs, également en ce qui concerne d'autres maladies.

Conclusions

Il programme par Dario Dongo, candidat aux élections européennes pour le Nord-Est avec le mouvement « Paix, Terre, Dignité », prévoit le début de négociations au sein de l'UE et de la WOAH pour définir les procédures de compartimentation et ainsi mettre définitivement à l'abri la production porcine Made in Italy. restrictions sur la production et le commerce.

Dario Dongo et Andrea Adelmo Della Penna

Notes

(1) Pfeiffer DU et coll. (2021) Directives de compartimentation – Peste porcine africaine. Organisation mondiale de la santé animale (OIE), ISBN : 978-92-95115-64-4, https://www.woah.org/app/uploads/2021/10/asf-compartmentalisationguidelines-en.pdf

(2) Dario Dongo. Peste porcine africaine, premières interdictions d'exportation pour les charcuteries Made in Italy. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 17.1.22

(3) Règlement d'exécution (UE) 2023/594 de la Commission du 16 mars 2023 « établissant des mesures particulières de lutte contre la peste porcine africaine et abrogeant le règlement d'exécution (UE) 2021/605 » http://data.europa.eu/eli/reg_impl/2023/594/oj

(4) Le règlement met en œuvre des dispositions qui s'ajoutent, outre les dispositions générales du règlement (UE) 2016/429 (loi sur la santé animale), aux règles de prévention et de contrôle des maladies, y compris la PPA, définies dans le règlement d'exécution. (UE) 2018/1882, et dans le règlement délégué (UE) 2020/687. Par ailleurs, des dispositions supplémentaires et spécifiques sont mises en œuvre en matière de santé animale en ce qui concerne la gestion des sous-produits animaux et des produits dérivés du porc pouvant jouer le rôle de véhicules PPA, car celles définies par le règlement ne sont pas suffisantes et adéquates. (CE) n° 1069/2009 (Règlement sur les sous-produits animaux).

(5) WOAH. Accès en ligne au Code terrestre. https://www.woah.org/en/what-we-do/standards/codes-and-manuals/terrestrial-code-online-access

(6) WOAH. Accès en ligne au manuel terrestre. https://www.woah.org/en/what-we-do/standards/codes-and-manuals/terrestrial-manual-online-access/

(7) Communication de la Commission relative à des lignes directrices concernant la prévention, le contrôle et l'éradication de la peste porcine africaine dans l'Union (lignes directrices PSE). http://data.europa.eu/eli/C/2023/1504/oj

Andrea Adelmo Della Penna

Diplômé en technologies alimentaires et biotechnologies, technologue alimentaire qualifié, il suit le domaine de la recherche et du développement. En particulier en ce qui concerne les projets de recherche européens (dans Horizon 2020, PRIMA) auxquels participe la division FARE de WIISE Srl, une société à but lucratif.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes