AcceuilEmballage et MOCALes lignes directrices de la directive SUP

Les lignes directrices de la directive SUP

À partir du 3 juillet 2021, les produits en plastique à usage unique commercialisés dans l'UE doivent respecter les exigences et les restrictions établies par la directive 2019/904 (ou directive SUP, Plastique à usage unique) sur la réduction de l'impact de certains produits en plastique sur l'environnement.
Pour aider les États membres à transposer cette directive dans leur législation nationale et à appliquer ses exigences, le 31 mai 2021, la Commission européenne publié les lignes directrices qui fournissent des informations importantes sur le champ d'application de la disposition et sur la nature des matières plastiques concernées.

Les exigences du SUP

La directive SUP impose des restrictions et fixe des exigences pour

- les produits en plastique à usage unique entrant dans des catégories spécifiques listées dans les différentes parties de l'annexe au SUP,

- tous les produits en plastique oxo-dégradable, c'est-à-dire constitués de 'matières plastiques qui contiennent des additifs qui, par oxydation, conduisent à la fragmentation de la matière plastique ou à une décomposition chimique'.

En particulier, le SUP impose certaines exigences et restrictions sur les produits à usage unique.

Interdiction de mise sur le marché

C'est interdit mise sur le marché de tous les produits contenant des plastiques oxo-dégradables, ainsi que des produits en plastique à usage unique listés dans la partie B de l'annexe au SUP.

la liste comprend les couverts et assiettes en plastique, les agitateurs de boissons, les contenants de boissons en mousse de polystyrène, y compris les bouchons et couvercles connexes.

Obligations de réduction de consommation

États membres doit parvenir à une réduction de la consommation des produits en plastique à usage unique listés dans la partie A de l'annexe de la directive. Dans cette section, vous trouverez des gobelets pour boissons (avec bouchons et couvercles relatifs) et des récipients pour aliments spécifiques (destinés à la consommation immédiate, sur place ou à emporter, consommés directement du récipient et prêts à être consommés sans autre préparation, par exemple cuisson, ébullition ou chauffage).

Pour atteindre cet objectif,, les États membres peuvent imposer différentes mesures, telles que l'interdiction de la libre mise à disposition de produits dans les points de vente, les obligeant à remplacer ces produits par des alternatives réutilisables, voire l'interdiction totale de leur commercialisation.

Exigences de conception

Les couvercles et bouchons des produits en plastique à usage unique énumérés dans la partie C de l'annexe (récipients à boissons d'une capacité maximale de trois litres ainsi que les emballages composites pour boissons) doivent être conçus de manière à rester attachés au récipient pendant la durée d'utilisation prévue.

Contenu recyclé minimal

Produits jetables en plastique listées dans la partie F de l'annexe de la directive SUP (bouteilles de boissons d'une contenance jusqu'à trois litres, y compris leurs bouchons et couvercles) doivent :

- contenir au moins 25 % de plastique recyclé d'ici 2025, pour ceux produits avec du polyéthylène téréphtalate comme composant principal (les bouteilles en PET classiques) ;

- contenir au moins 30 % de plastique recyclé d'ici 2030, quel que soit le matériau utilisé.

Exigences en matière de marquage et d'étiquetage

Des produits tels que des serviettes hygiéniques, les serviettes hygiéniques et les applicateurs de tampons, les lingettes humides (pour les soins personnels et à usage domestique), les produits du tabac filtrés et filtrés commercialisés en combinaison avec des produits du tabac ainsi que les gobelets pour boissons, tels qu'énumérés dans la partie D de l'annexe de la directive, doivent être marqués / étiqueté conformément au règlement d'exécution 2020/2151 de la Commission.

L'objectif est d'informer les consommateurs sur la présence de plastique dans le produit, l'impact négatif des déchets et les options d'élimination appropriées. Le règlement d'exécution 2020/2151 impose des exigences spécifiques concernant le libellé, la DESIGN , la taille, la couleur et la position du marquage. Elle permet également aux industriels de se conformer aux exigences via une vignette si des produits en plastique à usage unique sont commercialisés avant le 4 juillet 2022.

Responsabilité élargie du fabricant

Tous les États membres doit imposer des régimes de responsabilité élargie aux fabricants de contenants alimentaires en plastique à usage unique, de gobelets pour boissons, de lingettes humides, de produits du tabac et de tous les autres produits énumérés dans la partie E de l'annexe.

Les producteurs elles sont tenues de prendre en charge les frais de collecte, de transport et de traitement de leurs déchets, ainsi que les frais de nettoyage des déchets et d'organisation de campagnes de sensibilisation auprès du grand public.

Tri des déchets

Au sein du 2025, les États membres doivent collecter séparément 77 % des bouteilles en plastique pour boissons à usage unique mises sur le marché (y compris leurs bouchons et couvercles), par la mise en place de systèmes de consigne ou d'objectifs de collecte séparée pour les fabricants.

L'objectif est fixé à 90 % d'ici 2029.

Sensibilisation

États membres doit prendre des mesures pour informer les consommateurs des systèmes de réutilisation disponibles et des options de gestion des déchets qui s'offrent à eux, ainsi que de l'impact des déchets pour tous les produits en plastique à usage unique énumérés dans l'annexe de la directive UAS et pour les engins de pêche contenant du plastique.

Qu'est-ce qu'un produit en plastique jetable

Selon la directive, un « produit en plastique à usage unique » signifie un «produit fabriqué entièrement ou partiellement en plastique et qui n'est pas conçu, conçu ou mis sur le marché pour effectuer de multiples mouvements ou rotations au cours de sa vie étant retourné à un fabricant pour être rempli à nouveau ou réutilisé dans le même but pour lequel il a été conçu ».

Avec le terme "plastique" nous voulons dire un 'matériau constitué d'un polymère [tel que défini dans le règlement UE REACH 1907/2006 sur les produits chimiques], auquel des additifs ou d'autres substances peuvent avoir été ajoutés, et qui peut fonctionner comme composant structurel principal des produits finis, à l'exception des polymères naturels qui n'ont pas été modifiés chimiquement » (directive 2019/904, art.3, alinéa 1).

Les définitions

Les définitions qui viennent d'être rapportés suggèrent qu'un produit est considéré comme étant en plastique à usage unique si les conditions suivantes sont remplies :

Un produit est fait de 'plastique' lorsque les matériaux utilisés pour fabriquer le produit :
(i) sont des polymères ou des mélanges de polymères ;
(ii) sont différents des polymères naturels (non chimiquement modifiés) ;
(iii) peut fonctionner comme un composant structurel majeur du produit.

Le produit en plastique est «à usage unique». La directive SUP ne s'applique qu'aux produits en plastique qui sont conçus pour être jetés après une seule utilisation, ou que les consommateurs jettent habituellement après une seule utilisation, même si les produits ne sont pas initialement conçus/conçus comme tels. Les lignes directrices fournissent divers critères pour évaluer si un produit en plastique est à usage unique ou polyvalent, y compris la lavabilité du produit ou la capacité de vider et de remplir un produit sans l'endommager.

Quels polymères

Être considéré comme un produit en plastique, un article doit être composé de polymères ou de mélanges de polymères. La directive SUP fait référence à la définition de polymère reprise dans le règlement REACH 1907/2006, au regard des critères suivants :
(i) plus de 50 % du poids de cette substance sont constitués de molécules polymères (molécules contenant une séquence d'au moins 3 unités monomères, ayant une liaison covalente avec au moins une autre unité monomère ou un autre réactif) ; Et
(ii) la quantité de molécules de polymère ayant le même poids moléculaire doit être inférieure à 50 % en poids de la substance.

Les polymères ils seront considérés comme des plastiques à moins qu'ils ne soient « naturels » et « non modifiés chimiquement ».
L'article 3, paragraphe 1, de la directive définit les matières plastiques comme «matériau […] qui peut fonctionner comme un composant structurel majeur des produits finis". L'aspect lié à la capacité à fonctionner en tant que composant structurel principal des produits finis concerne la définition du plastique et non la définition du produit en plastique à usage unique. Par conséquent, dans le cadre de la définition des matières plastiques, ce critère doit être compris comme un concept générique. Étant donné que l'article 3, paragraphe 1, ne spécifie ni ne limite en aucune manière le type de produit fini, ni la quantité de polymère, en principe, une large gamme de polymères peut fonctionner comme composant structurel principal des produits finis.

Polymère "naturel"

Les lignes directrices de la Commission indiquent que les polymères naturels doivent être compris comme ceux qui sont le résultat d'un processus de polymérisation qui a eu lieu dans la nature, quel que soit le processus d'extraction avec lequel ils ont été extraits.

Polymères naturels ce ne sont pas nécessairement des substances naturelles. La cellulose et le revêtement extraits du bois sont des polymères naturels, alors que les polymères issus de la biosynthèse par fermentation industrielle artificielle ne le sont pas.

Polymère naturel "non modifié chimiquement"

Même si les substances utilisées dans les produits sont des polymères naturels, ils seront considérés comme des plastiques s'ils sont chimiquement modifiés (et les substances fonctionnent comme le principal composant structurel des produits).

Les lignes directrices de la Commission européenne estiment que la modification chimique ou non d'un polymère naturel au cours de son processus de production dépend du fait que la structure chimique du polymère résultant du processus de production est différente de celle du polymère entrant.

Suite à ce raisonnement, la cellulose régénérée, par exemple sous forme de viscose, de lyocell et de film cellulosique, n'est pas considérée comme chimiquement modifiée car le polymère sortant n'est pas chimiquement modifié par rapport au polymère entrant. En revanche, l'acétate de cellulose est considéré comme un polymère modifié chimiquement car les modifications chimiques du polymère qui se produisent au cours du processus de fabrication restent présentes à la fin du processus.

Cellulose et lignine

Les lignes directrices ils précisent également que si les modifications chimiques résultent de réactions qui se produisent uniquement lors du processus d'extraction des polymères naturels, les polymères ne seront pas considérés comme modifiés chimiquement. Les lignes directrices mentionnent spécifiquement la cellulose et la lignine qui sont extraites comme exemples de ces polymères naturels.

Une telle interprétation est conforme à l'analyse d'impact accompagnant la proposition de la Commission européenne dans laquelle les produits à base de papier sans revêtement plastique interne ou externe ont été identifiés comme des alternatives disponibles et plus durables aux produits en plastique à usage unique.

Le polymère fonctionne comme un composant structurel du produit

La dernière condition pour être considéré comme un produit en plastique, le polymère (autre qu'un polymère naturel chimiquement non modifié) doit fonctionner comme un composant structurel du produit. Les lignes directrices indiquent que cette condition est un concept générique et précisent que la définition du plastique ne limite ni ne précise le type de produit ou la quantité de polymère requis pour être qualifié de plastique.

Sipar exemple, le carton doublé de plastique et les gobelets en carton doublés de plastique sont considérés comme des produits en plastique à usage unique. À l'inverse, l'utilisation de peintures, d'encres et d'adhésifs pour matières plastiques ne fait pas d'un produit un produit en plastique. Par conséquent, un produit fini non plastique sur lequel ces matériaux sont appliqués n'est pas un produit plastique à usage unique au sens de la directive SUP.

Application de la directive SUP et déclinaison nationale

Les exigences de la directive SUP s'appliquent aux produits fabriqués à partir de matières plastiques oxo-dégradables et aux produits en plastique à usage unique répertoriés dans l'annexe de la directive qui sont mis sur le marché à partir du 3 juillet 2021. Contrairement à d'autres législations européennes sur les produits, la directive SUP définit le concept de mise sur marché dans le contexte de l'État membre concerné et non de l'Union européenne dans son ensemble. Selon la directive, «mise sur le marché' est 'la première mise à disposition d'un produit sur le marché d'un État membre'.

De façon générale, cela signifie essentiellement que les produits en plastique à usage unique (énumérés en annexe) qui sont commercialisés dans un État membre particulier à partir du 3 juillet devront satisfaire aux exigences de la directive UAS même s'ils ont déjà été commercialisés dans un autre État membre ( par exemple, importé dans l'UE via un autre État membre) avant cette date. La Commission européenne devrait publier un guide fournissant des précisions sur le concept de mise sur le marché aux fins de la directive UAS.

États membres aurait dû prendre les mesures nécessaires pour garantir les interdictions précitées d'ici le 3 juillet 2021. Le législateur italien s'est en revanche limité à confier cette tâche au gouvernement, avec la loi de délégation européenne 2019-2020 en vigueur depuis mai de l'année.

+ de publications

Expert en emballages et matériaux destinés à entrer en contact avec des substances alimentaires et évolutions législatives associées. Elle gère le site d'information foodcontactmaterials.info sur la réglementation européenne et non européenne dans le domaine des matériaux destinés au contact alimentaire.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "