Durabilité alimentaire

Le Made in Italy sans huile de palme

Le Made in Italy sans huile de palme

Made in Italy sans huile de palme. Les excellences alimentaires italiennes ont éliminé la graisse tropicale de leurs recettes. La révolution a eu lieu en un peu plus de deux ans. D’autres pays, tels que la France, l’Espagne et la Suède, suivent désormais l’exemple italien.

Made in Italy sans huile de palme, qualité et sécurité

Le retrait de l’huile de palme des produits alimentaires italiens a commencé à la fin 2014, lorsque Great Italian Food Trade et le quotidien en ligne Il fatto alimentare ont lancé une pétition demandant à l’industrie italienne la reformulation des recettes.

Le virage définitif en direction du palm oil free a suivi la publication de l’étude scientifique par l’Autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) du 3 mai 2016, qui mettait en évidence

– la présence de contaminants cancérigènes et génotoxiques dans l’huile de palme, en quantités de 6 à 10 fois supérieures à d’autres graisses végétales raffinées,

– l’extraordinaire diffusion de l’huile de palme dans les recettes des produits alimentaires commercialisés en Europe,

– l’exposition préoccupante des nouveaux-nés (à travers le lait pour nourrissons), enfants et adolescents aux contaminants sus-mentionnés.

Coop Italia, la première chaîne de Grande distribution en Italie, a immédiatement éliminé l’huile de palme de ses produits (marque COOP, private label). Affrontant des coûts dépassant les 10 millions d’Euros, Coop Italia a ouvert la route, suivie par la quasi totalité des opérateurs sur le marché italien. Strictement palm oil free.

Made in Italy sans huile de palme, les raisons d’un choix

En plus des graves risques pour la santé (dus à la présence de contaminants toxiques et à une quantité élevée de graisses saturées), l’huile de palme constitue une grave menace pour les droits humains et pour l’environnement. Même lorsqu’elle est étiquetée comme ‘durable’.

‘L’huile de palme durable est un mensonge’, comme l’a déclaré Dario Dongo, fondateur de Great Italian Food Trade et de Food & Agriculture Requirements, également à l’origine de la pétition italienne contre l’huile de palme. ‘ Les rapports de l’Environment Protection Agency (USA) et de la Commission Européenne l’ont bien mis en évidence. L’impact environnemental de l’huile de palme est comparable à celui des combustibles fossiles. En outre, alors que le pétrole est principalement extrait de terrains désertiques, l’huile de palme est obtenue aux dépends de la biodiversité, détruisant une partie du patrimoine naturel tel que les forêts tropicales’.

La tromperie de l’huile de palme venant de plantations certifiées ‘durables’ a été révélée par des ONG indépendantes. Amnesty International, a par exemple illustré le travail d’enfants, entre autres, dans des conditions proches de l’esclavage. Sans parler de l’exposition des travailleurs à des pesticides neurotoxiques – comme le paraquat – dans les plantations de provenance de l’huile de palme ‘certifiée durable’ par la RSPO. Une réalité également connue du Parlement Européen qui a dénoncé la non validité des certifications.

Les cultures de palmiers à huile sont en outre l’une des causes de l’accaparement des terres (land grabbing) – c’est-à-dire, la déportation violente des populations indigènes ayant peuplé les territoires depuis toujours – et de la déforestation de tourbières en zones tropicales.