Du froment à la farine

Entre l’eau et le grain, il y a forcément un moulin. Au long de son histoire, l’Italie a toujours consommé énormément de blé et céréales en tous genres, et a, par conséquent, atteint des sommets dans l’art meunier. La sélection des meilleures céréales est encore actuellement une spécialité de l’Italie, qui jouit d’une expérience séculaire.

A l’origine il y avait les moulins à vent, répandus sur tout le territoire italien. Au dix-neuvième siècle, la révolution industrielle a modernisé le secteur, introduisant les moulins à moteur qui permettaient une production de farine plus rapide et abondante. L’industrie meunière italienne du froment et du blé dur a conquis une place de choix au niveaux européen et international, tant par le nombre de ses industries que par sa capacité de broyage et les quantités obtenues.

Aujourd’hui, l’évolution de l’industrie mise sur la durabilité. Les meuniers italiens ne sont plus uniquement des industriels, mais également des traders, opérateurs logistiques et innovateurs. Un des meilleurs exemples est celui de Casillo qui, ces dernières années a créé une société commerciale, investi dans l’amélioration du trafic portuaire ainsi que dans la réduction des coûts, grâce à l’emploi d’énergies renouvelables.