AccueilConso-acteursOrigine de la viande au restaurant, le projet de décret-loi du Consorzio Italia Zootecnica

Origine de la viande au restaurant, le projet de décret-loi du Consorzio Italia Zootecnica

Origine de la viande dans les restaurants et les établissements publics, la proposition de décret-loi du Consorzio Italia Zootecnica est lancée aujourd'hui avec la Charte de Padoue. Un projet innovant pour valoriser le miracle de Élevage italien 4.0, au nom d'une transparence totale sur le registre et le bien-être animal, les conditions d'élevage, la sécurité alimentaire.

Origine de la viande au supermarché

Le secteur de l'élevage bovin en Italie a fait de grands progrès au cours des deux dernières décennies. Grâce à une crise, celle de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), qui n'a pas affecté la production de viande italienne mais a en fait obligé les opérateurs à faire d'énormes efforts pour assurer une traçabilité complète, de l'étable à la table. (1) C'est-à-dire de la naissance des animaux aux produits qui en sont dérivés.

Les consommateurs européens peuvent ainsi savoir l'origine de la viande destinée à la vente, exprimée en termes de pays de naissance, de pays d'élevage et de pays d'abattage. Soit en une seule expression - "Origine", suivie du nom de l'Etat - si les opérations précitées ont eu lieu sur un seul territoire national.

Origine de la viande au restaurant, le décret-loi

Les règles d'origine toutefois, elles ne s'étendent pas aux préparations de viande telles que hamburger, fait avec l'ajout d'autres ingrédients, par ex. fibres végétales, (2) arômes naturels, épices, sel. Ni, malheureusement, aux aliments à base de viande préparés dans les établissements publics. Quels restaurants et tavernes, cantines, (3) de la fast food et à emporter. Bien que les repas hors domicile représentent désormais environ la moitié de la consommation totale. (4)

La confiance des consommateurs en ce qui concerne la viande, il a d'ailleurs fortement chuté ces dernières années en raison de scandales internationaux venus d'ailleurs. Nous nous référons au cd chevalet, le scandale de la viande de cheval passée pour du bétail et également utilisée par Grande bouffe dans divers aliments composés (comme les hamburgers surgelés et les lasagnes). Et la crise de la viande au Brésil, qui a éclaté ces derniers mois avec une alerte européenne sous contrôle de notre Ministère de la Santé.

Il est donc nécessaire et urgent de restaurer la confiance des consommateurs italiens dans la chaîne de production de viande Made in Italy. Étant donné que l'élevage italien a consacré d'énormes ressources, au cours des dernières décennies, sur les différents fronts de:

- bien-être animal, climatisation des écuries, traitement des animaux, utilisation correcte des antibiotiques et médicaments vétérinaires,

- la sécurité alimentaire. Ceci est confirmé par l'extranéité des différentes crises enregistrées dans le système d'alerte européen (dont celles liées à la contamination par la dioxine). Mais aussi dans les résultats positifs des plans de surveillance des résidus de médicaments,

- traçabilité et enregistrement informatisé tant les données personnelles que celles relatives aux traitements et déplacements des animaux. Le miracle italien est représenté par un registre des animaux sans précédent dans le monde, qui couvre 6 millions de têtes et permet au système vétérinaire public de contrôler toute information pertinente aux fins supérieures susmentionnées.

L'exemple français

La solution est à portée de main, et suit l'exemple positif de la France. Lequel a mis en place depuis 2002 un système de traçabilité de l'origine des viandes étendu à la restauration collective, avec obligation d'informer les consommateurs. (5) La France a poursuivi cette voie de la transparence, introduction en 2016 de l'obligation d'indiquer l'origine de la viande utilisés comme ingrédients d'autres produits alimentaires (par exemple, préparations de viande, charcuterie, sauces). (6)

La proposition de loi sur l'origine de la viande dans les restaurants, développé par l'écrivain pour le compte du Consorzio Italia Zootecnica, définit l'obligation pour la communauté de garantir la traçabilité de l'origine de la viande utilisée comme ingrédient alimentaire, et le devoir d'informer les consommateurs à cet égard . Dans les menus ou autres outils d'information, en caractères non inférieurs à ceux utilisés pour nommer les aliments eux-mêmes. Pour que les consommateurs italiens puissent faire des choix vraiment éclairés.

Le texte du projet de loi est joint. On espère qu'il recueillera le soutien immédiat du ministre des Politiques agricoles, alimentaires et forestières, Maurizio Martina. Et la ministre de la Santé, Béatrice Lorenzin.

DD

Notes
(1) rég. CE 1760/00 et modifications successives, reg. CE 1825/00
(2) La nature des fibres végétales, attention, doit entre autre être précisée (comme beaucoup négligent de le faire)
(3) Ex. écoles, entreprises, cantines hospitalières
(4) SourceEurostat
(5) Décret n° 2002-1465 du 17 décembre 2002 relatif à l'étiquetage des viandes bovines dans les établissements de restauration
(6) L'Italie aussi s'est déplacée, rappelons-le, avec le décret sur l'origine du lait. Mais il n'a pas encore traité de la viande, qui mérite toujours l'attention

+ messages

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "