AccueilConso-acteursPratiques commerciales déloyales, le Code de la consommation à l'ère du numérique

Pratiques commerciales déloyales, le Code de la consommation à l'ère du numérique

Mieux vaut tard que jamais - avec près d'un an de retard - L'Italie a transposé la directive européenne 2019/2161 relative à la protection des consommateurs contre les pratiques commerciales déloyales, dans la réforme du Code de la consommation.

Le décret législatif 26/2023 met à jour la réglementation précédente en introduisant la protection judiciaire du consommateur mais également de nouvelles règles sur les contrats à distance et en ligne. Et un durcissement significatif des sanctions.

1) Pratiques commerciales déloyales, directive UE 2019/2161

La Directive UE 2019/2161 (directive omnibus UE n° 2019/2161) est intervenue pour modifier les directives 93/13/CEE, 98/6/CE, 2005/29/CE et 2011/83/UE afin de protéger les droits des consommateurs à l'ère numérique, telle qu'elle a été vu. (1)

Les nouvelles règles assurer une plus grande transparence dans les contrats à distance e en ligne, ainsi que l'introduction du droit des consommateurs à bénéficier d'une protection juridictionnelle directe. (2)

Le décret législatif 7 mars 2023 non. 26, en vigueur depuis le 2 avril 2023 - en transposant la directive UE 2019/2161 - intervient pour modifier le Code de la consommation (3,4).

2) Directive UE 2019/2161, pratiques commerciales trompeuses

Pratiques commerciales trompeuses – déjà répertoriés au titre III, chapitre II, section Ier du code de la consommation – sont intégrés comme suit.

2.1) Double qualité, identité du vendeur

C'est interdit tout d'abord:

  • promouvoir un bien comme identique à un autre bien commercialisé dans un autre État membre, alors qu'au contraire ses caractéristiques sont sensiblement différentes (art. 21, nouveau paragraphe 2-à), (sept)
  • omettre de déclarer, sur les plateformes de commerce électronique, que le vendeur soit professionnel ou non (art. 22, nouvelle lettre e-à). Une différence substantielle, en ce qui concerne l'exercice de la garantie et du droit de rétractation,
  • revendre des billets pré-achetés en contournant les limites imposées par la réglementation (art. 23, nouvelle lettre bb-à).

2.2) Résultats De la recherche

Les gérants des plateformes e-commerce  lorsqu'il est possible de rechercher les produits de plusieurs fabricants à l'aide de mots-clés, ils doivent préciser :

  • informations générales sur le produit,
  • les paramètres qui ont conduit au résultat de la recherche,
  • la pertinence des paramètres utilisés par rapport aux autres critères (art. 22, nouveau paragraphe 4-à)
  • toute contribution publicitaire, ou autres formes de rémunération, au positionnement des produits (art. 23, nouvelle lettre m-à).

2.3) Avis

Les plates-formes de vente en ligne qui publient des avis doivent préciser :

  • si les avis proviennent d'acheteurs réels (art. 23, nouvelle lettre bb-ter), Et
  • les modalités suivies pour vérifier cette circonstance (art. 22, nouveau paragraphe 5-à).

C'est aussi il est interdit d'envoyer ou de charger des tiers d'envoyer de faux avis ou de faux commentaires positifs, même sur réseaux sociaux (art. 23, nouvelle lettre bb-quart).

3) Transparence des prix, l'illusion perdure

La 'annonces de réduction de prix" sont passibles d'une amende administrative minimale, de 516 à 3.099 XNUMX euros, dans les cas où :

  • l'annonce d'une réduction de prix n'est pas accompagnée de l'indication du prix le plus bas appliqué au cours des 30 derniers jours. A l'exception des produits agricoles et des denrées facilement périssables (art. 17-à),
  • le prix de vente « normal » n'est pas affiché à l'occasion de ventes extraordinaires et de ventes à perte (décret législatif 114/98, art. 15).

Pénalités ridicules lorsqu'il s'agit de promotions commerciales à grande échelle. (6)

4) Prolongation du délai de rétractation

Le délai de rétractation pour le consommateur il est porté de 14 à 30 jours dans le cas de contrats stipulés hors établissement professionnel, notamment de 'des contrats conclus dans le cadre de visites non sollicitées d'un commerçant» (art. 52,1-à).

Le droit de rétractation sans préavis, il peut également être exercé ultérieurement, si le professionnel fournit des informations à cet égard dans les 12 mois suivant la signature du contrat, dans les 30 jours qui suivent (article 53, alinéa 2).

5) Contenu numérique

Les contenus créées ou saisies par les consommateurs lors de l'utilisation d'un bien ou d'un service numérique – en dehors des données personnelles, soumises à une protection stricte dans le RGPD (7) – ne peuvent pas être utilisées par le commerçant. À moins qu'elles ne soient « inutiles », agrégées avec d'autres données ou créées avec d'autres utilisateurs qui continuent à les utiliser.

Les consommateurs ont le droit de récupérer ces contenus sous une forme libre, lisible et dans un délai raisonnable jusqu'à la résiliation du contrat, lorsque le professionnel pourra empêcher l'accès aux profils et à leur contenu (art. 56, alinéa 3-ter et les suivants).

6) Protection judiciaire

Le consommateur qui souffre de pratiques commerciales déloyales peut enfin saisir le juge de droit commun pour obtenir réparation du préjudice subi, réduction du prix ou résiliation du contrat. Compte tenu de la nature et de la gravité de la pratique commerciale déloyale, du préjudice subi et de toute autre circonstance (décret législatif 206/05, nouveau paragraphe 15-à). Un pas en avant important, considérant que :

  • l'antitrust, contrairement au pouvoir judiciaire, a le pouvoir discrétionnaire de décider quelles affaires poursuivre et lesquelles déposer en fonction des « priorités politiques ». Comme en témoigne le rejet honteux de nos plaintes répétées contre Amazon (8,9),
  • la pénurie de personnel par rapport au nombre d'affaires traitées, dans l'appareil judiciaire, est moins dramatique que celle de l'AGCM. Là où le financement public des campagnes publicitaires pour se tourner vers l'AGCM a entraîné des millions de signalements que l'Antitrust italien est incapable de gérer.

7) Sanctions administratives

Le législateur européen a exigé des États membres qu'ils introduisent des sanctions»efficace, proportionné et dissuasif'. Dont l'étendue doit être déterminée, selon le cas, en tenant également compte des critères suivants :

a) la nature, la gravité, l'étendue et la durée de l'infraction,

b) toute action entreprise par un professionnel pour atténuer le préjudice subi par les consommateurs ou pour y remédier,

c) les éventuelles infractions antérieurement commises par le professionnel,

d) les avantages financiers obtenus ou les pertes évitées par le professionnel du fait de la violation, si des données pertinentes sont disponibles,

e) les sanctions infligées au professionnel pour la même infraction dans d'autres États membres dans des affaires transfrontalières (..),

f) tout autre facteur aggravant ou atténuant applicable aux circonstances de l'affaire' (Directive UE 2019/2162, article 13).

Le gouvernement italien il a ajouté la considération respectueuse 'les conditions économiques et patrimoniales du professionnel" (Code de la consommation, article 27.9 modifié).

7.1) Sanctions draconiennes

Les sanctions prévues par le Code de la consommation sont considérablement augmentées. Conformément au décret législatif 26/2023, l'Antitrust peut désormais appliquer une amende comprise entre 5 10 et XNUMX millions d'euros en cas d'évaluation de :

  • pratiques commerciales déloyales. Jusqu'à 4% du chiffre d'affaires annuel du professionnel (ou 2 millions d'euros, lorsque l'information sur le chiffre d'affaires n'est pas disponible), en cas d'infractions transfrontalières (Code de la consommation, article 27, nouveau paragraphe 9-à),
  • clauses vexatoires dans les contrats entre professionnels et consommateurs conclus par la signature de conditions générales ou de formulaires. Jusqu'à 4% du chiffre d'affaires annuel du professionnel, si l'AGCM constate des infractions de grande ampleur (art. 37-à, nouveau paragraphe 2-à),
  • dans le respect des mesures d'urgence, d'inhibition ou de redressement ordonnées par l'Autorité, telles que la suspension temporaire ou l'interdiction de la diffusion de pratiques commerciales déloyales (art. 27, al. 12).

Dario Dongo et Alessandra Mei

Notes

(1) Elena Bosani. Droits des consommateurs dans les contrats, la Commission européenne clarifieCADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 14.4.22/XNUMX/XNUMX

(2) Directive UE 2019/2161, pour une meilleure application et une modernisation des règles de l'UE en matière de protection des consommateurs. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/IT/TXT/?uri=CELEX%3A32019L2161

(3) Décret législatif 7 mars 2023, non. 26, Mise en œuvre de la directive (UE) 2019/2161 pour une meilleure application et une modernisation des règles de protection des consommateurs de l'UE. https://www.gazzettaufficiale.it/eli/id/2023/03/18/23G00033/sg

(4) Décret législatif 206/2005 et modifications ultérieures. Code de la consommation https://www.normattiva.it/uri-res/N2Ls?urn:nir:stato:decreto.legislativo:2005-09-06;206

(5) Dario Dongo, Giulia Torre. Nourriture de double qualité, première analyse de la Commission européenne. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 29.6.19

(6) Dario Dongo. Ventes promotionnelles, faible protection des producteurs et des consommateurs. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 24.5.22/XNUMX/XNUMX

(7) Fabrice Zaninetti, Dario Dongo. Confidentialité et RGPD, l'ABC. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 20.3.19/XNUMX/XNUMX

(8) Dario Dongo, Giulia Torre. Amazon, cyberintimidation. CADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien). 23.4.18/XNUMX/XNUMX

(8) Marta Chanté. Amazon, trop de ventes alimentaires illégales. GIFT fait appel à l'AntitrustCADEAU (Grand Commerce Alimentaire Italien) 15.12.17

+ de publications

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Alessandra Mei
+ de publications

Diplômée en droit de l'Université de Bologne, elle a suivi le Master en droit alimentaire de la même université. Rejoignez l'équipe de prestations de WIISE srl en vous consacrant à des projets de recherche et d'innovation européens et internationaux.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "