AccueilConso-acteursBisphénol A en canette, Bonduelle et Unilever sanctionnés en France

Bisphénol A en canette, Bonduelle et Unilever sanctionnés en France

L'Autorité de la concurrence a infligé des amendes de près de 20 millions d'euros (19.553.400 11 1 € au total) à trois associations de l'industrie agroalimentaire (ANIA, FIAC, ADEPALE), au syndicat des producteurs de conserves SNFBM et à XNUMX industries de conserves, dont Bonduelle. et Unilever - après avoir constaté l'existence d'un accord de cartel visant à empêcher toute référence au nocif bisphénol A sur l'étiquette des boîtes de conserve. Dans le but d’empêcher les consommateurs français de choisir les produits les plus sûrs, car exempts du dangereux perturbateur endocrinien qu’est le BPA. (XNUMX)

Bisphénol A en canette, accord de cartel en France

L'antitrust français a constaté et sanctionné un accord de cartel mis en place entre le 6 octobre 2010 et le 21 juillet 2015, date d'entrée en vigueur en France de l'interdiction de l'utilisation du bisphénol A (BPA) dans les emballages alimentaires. Au cours des quatre années précédentes, pendant la période transitoire, des emballages et des conserves avec et sans BPA étaient déjà disponibles sur le marché. Mais les associations et certaines industries s'étaient mises d'accord pour empêcher les consommateurs de distinguer les produits à cet égard.

L'activité déformante du concours a été orchestré par les organisations du secteur en deux temps, explique l'Autorité de la concurrence :

1 – empêcher les fabricants de communiquer sur l’absence de BPA dans leurs contenants alimentaires ;

2 – inciter les fabricants à refuser de fournir des canettes sans BPA avant le 1er janvier 2015 (date d'entrée en vigueur de l'interdiction) puis à refuser d'arrêter la vente de canettes contenant du BPA après cette date.

11 industries impliquées dont Bonduelle, Unilever et General Mills

La procédure de la loi antitrust française a impliqué et conduit à la sanction de 11 industries de conserves alimentaires et d'emballage qui ont également participé individuellement à l'entente faussant la concurrence.

les industries Les conserveries concernées sont Andros, Bonduelle, Charles & Alice, Cofigeo, Conserves France, D'Aucy, General Mills et Unilever. Les industries de canettes sont Ardagh, Crown et Massilly.

Bisphénol A, risques connus

FranceAttention, c'est le seul État membre de l'UE à avoir interdit le BPA dans tous les emballages alimentaires depuis 2015, substance qualifiée en 2017 par l'ECHA de perturbateur endocrinien.

bisphénol A il interfère avec le système hormonal et est associé à diverses maladies, telles que des changements de comportement (hyperactivité), le diabète, l'obésité et les maladies cardiovasculaires. (2)

Des alarmes ignorées

EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments, 2023) a défini l'exposition au bisphénol A comme dangereuse pour le système immunitaire. On réduit donc drastiquement la dose journalière tolérable (DJT) de BPA, de 4 mg à 0,2 ng (milliardièmes de gramme) par kg de poids corporel. (3)

Le Parlement européen – lors du récent vote sur la proposition de règlement sur les emballages et les déchets d’emballages (PPWR, Packaging and Packaging Waste Règlement) – a ainsi demandé l’élimination du BPA et du PFAS des contenants alimentaires, précisément en raison de leur danger pour la santé. (4)

Marta Strinati

Notes

(1) Bisphénol Dans les contenants alimentaires : environ 20 millions d'euros de sanctions. Autorité de la concurrence. 11.1.24. Communiqué de presse. https://www.autoritedelaconcurrence.fr/fr/article/bisphenol-dans-les-contenants-alimentaires-pres-de-20-millions-deuros-de-sanctions

(2) Marta Chanté. Bisphénol A dans les aliments, le rôle des microplastiques. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(3) Dario Dongo, Giulia Pietrollini. Toxicité du bisphénol A, l'EFSA lance une alerte de santé publique. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

(4) Marta Chanté. Règlement sur les emballages (PPWR), le Parlement européen approuve une version plus douce. GIFT (Great Italian Food Trade ). une

Marta Strinati
+ de publications

Journaliste professionnel depuis janvier 1995, il a travaillé pour des journaux (Il Messaggero, Paese Sera, La Stampa) et des périodiques (NumeroUno, Il Salvagente). Auteur d'enquêtes journalistiques sur l'alimentation, elle a publié le livre "Lire les étiquettes pour savoir ce que l'on mange".

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "