Consom-acteurs

Sans huile de palme, Mystère bouffe à Strasbourg

Sans huile de palme, Mystère bouffe à Strasbourg

Quelques Eurodéputés appartenant au parti Forza Italia se sont subitement mis à l’oeuvre afin de proposer l’interdiction d’inscrire ‘sans huile de palme’ sur les étiquettes alimentaires. Mystère bouffe à Strasbourg.

L’information au consommateur sur les produits alimentaires sous-entend un ensemble de règles contenues à l’intérieur du document Food Information Regulation. Ces règles envisagent la possibilité de communiquer des indications volontaires, y compris concernant l’absence de certains ingrédients et substances. ‘SansouFree from. (1) Dans le respect de quelques règles de base dont on vient de relater l’ABC.

Le rapport annuel sur la concurrence est en revanche le dossier dans lequel les fantaisistes palmementaires italiensà la Commission pour les Affaireséconomiques et monétaires – ont inséré une mini-clause aspirant à modifier le règlement UE 1169/11. Une tactique typique des politiciens et lobbyistes italiens, qui taillent souvent des clauses et des mini réformes sur mesure en ce qui concerne les normes techniques en matière de lois financières, entre autres.

Les palmementaires italiens voudraient obtenir l’interdiction des indications du typeFree from’ sur lesétiquettes alimentaires car elles sont, selon eux, trompeuses. Il va sans dire qu’ils se réfèrent expressément aux inscriptions ‘sans huile de palme’ etsans OGM’.

Ces inscriptions sont de toute évidence celles qui suscitent le plus grand intérêt de la part des consommateurs européens etsurtout qui embarrassent l’empire Nutella. Les millions d’eurosdépensés en publicité et par les lobbys n’ont en effet pas suffit à altérer la désapprobation du public envers les horreurs liées à l’huile de palme. (2) 

Accaparement des terres, déboisement et émissions de gaz à effet de serre, esclavage des mineurs, emploi de pesticides neurotoxiques en particulier. Sans oublier le poids de la graisse tropicale, gorgée de graisses saturées et d’acide palmitique, montré du doigt comme cause, entre autres, d’inflammations des membranes cellulaires et autres maladies graves.

Les paladins de la graisse tropicale Made in Malesia & Indonesia (85% de la production globale) – qui soustrait le marché aux huiles de tournesol, maïs et soja non-OGM cultivés en Italie – sont les suivants:

– Alberto Cirio, de Cuneo, palmementaire européen, Forza Italia, désigné comme candidat à la présidence de la Région Piémont en 2019, signataire de l’amendement décrit dans cet article,

– Fulvio Martusciellopalmementaire européen , Forza Italia, distingué cosignataire de l’amendement. Egalement célébré par la presse politique et géographique,

– Andrea Olivero, candidat sur la liste Civique Populaire à la Chambre des Députés, qui s’est déjà distingué, en tant que vice-ministre aux politiques agricoles, pour sa défense acharnée de l’huile de palme,

– Gian Luca Galletti, ministre sortant pour l’environnement, médaille du mérite des palmocrates pour avoir souscrit au nom des citoyens leurs programmes de soutien théoriques.

Des noms que nous devrions tous garder à l’esprit, tout comme celui de Coldiretti. En espérant que leur prochain emploi du temps puisse être dédié à plein temps à la passion pour l’huile de palme, plutôt que de représenter de cette façon les valeurs auxquelles tiennent les citoyens, consommateurs et électeurs.

Sanshuile de palme’ interdit?Certainement pas! Si le Parlement approuvait en séance plénière l’amendement de ses membres italiens – et le lobby de Ferrero mènera bataille dans ce sensune proposition de modification du document Food Information Regulation sera demandée à la Commission. 

Le dénouement du Mystère Bouffe est pour le moins incertain. Car, au-delà des investissements de Big Food et Ferrero, la liberté, souvent invoquée par les lobbyistes eux-mêmes, comprend également la liberté de communiquer la totalité de la filière. Et les restrictions portant atteinte à cette liberté, privées de logique et de justifications selon le Codex Alimentarius, sont alors sujettes à opposition de la part de l’OMC ou de l’AECG. (3)

Dario Dongo

Notes

(1) Voir. règ. UE 1169/11, article 36

(2) Big Food appréciera sans doute cette initiative. Alors que les biotechnologies ne semblent plus s’occuper de la grande industrie, qui va pouvoir dissimuler les nouveaux OGM grâce à la Cours de Justice de l’UE

(3) Le Parlement européen s’est tiré une balle dans le pied, en approuvant l’accord complet avec le Canada, AECG, le 15.2.17. En effet, grâce à l’AECG, n’importe quel opérateur économique réputant ses affaires entravées par les normes de l’UE ou d’un Etat Membre individuel, pourra agir contre eux en demandant des dommages et intérêts

A propos de l'auteur