AccueilMarchésChanvre alimentaire et cosmétique, odeur de brûlé à Bruxelles 

Chanvre alimentaire et cosmétique, odeur de brûlé à Bruxelles 

La chaîne d'approvisionnement du chanvre industriel connaît de nouvelles incertitudes, suite à des positions inhabituelles prises par la Commission européenne sur ses utilisations possibles dans les secteurs alimentaire et cosmétique. Ça pue le brûlé. 

Chanvre industriel et dérivés, obstacles à la libre circulation dans l'UE

La base de données européenne du 'Nourriture nouvelle', dans sa dernière mise à jour (15.1.19), a introduit de nouvelles définitions et des incertitudes sur le cannabis Sativa L. et les produits qui en sont dérivés. Jusqu'à il y a deux mois, la plante telle qu'elle était n'était pas considérée comme un «nouvel aliment», sur la base de son historique d'utilisation et de consommation sans danger avant le 25.5.97. (1) Le nouveau texte de la Commission européenne, en revanche, ouvre de nouvelles hypothèses de restrictions nationales non justifiées par des exigences de sécurité alimentaire, ou de toute autre nature.

»Dans l'Union européenne, la culture de variétés de Cannabis sativa L. est autorisée à condition qu'elles soient enregistrées dans le "Catalogue commun des variétés des espèces de plantes agricoles" de l'UE et que la teneur en tétrahydrocannabinol (THC) ne dépasse pas 0,2%". Toutefois,

»Certains produits dérivés provenant de plantes ou de parties de plantes de Cannabis sativa telles que les graines, l'huile de graines, la farine de graines de chanvre, les graines de chanvre dégraissées ont un historique de consommation dans l'UE et ne sont donc pas nouvelles. D'autres législations nationales spécifiques peuvent restreindre la mise sur le marché de ce produit en tant qu'aliment ou ingrédient alimentaire dans certains États membres. Par conséquent, il est recommandé de vérifier auprès des autorités nationales compétentes.

La Commission européenne elle perd ainsi définitivement son rôle de garant de l'uniformité des règles techniques relatives à la production et à la commercialisation des produits dans le marché intérieur. Exposer les entreprises agricoles et de transformation, principalement des PME et des micro-entreprises, au risque d'être contestées sur les denrées agricoles et alimentaires légalement mises sur le marché européen, dans le respect des règles communes. Dans le respect du principe de libre circulation des marchandises, premier pilier du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. (2)

CDB, 'nouvel aliment» en Europe

Il CBD (Cannabidiol) et les extraits de chanvre industriel ou d'autres plantes contenant des cannabinoïdes sont inscrits au registre européen des 'Nourriture nouvelle'. En l'absence d'antécédents prouvés de leur consommation, en aliments ou compléments alimentaires, avant le 25.5.97 (et sans préjudice de toute preuve contraire). Cela s'applique aussi bien aux extraits vendus tels quels, qu'à tout autre produit où ils sont insérés (ex : extraits titrés de CBD dans l'huile de graines de chanvre). Naturellement, les cannabinoïdes obtenus par synthèse chimique sont également qualifiés de « nouveaux aliments ».

La vente du CBD en tant qu'aliment ou ingrédient (d'aliments et de compléments) doit donc être précédée de son autorisation en tant que « Nourriture nouvelle', par la Commission européenne. A cette fin, les opérateurs concernés - qui pourront également coordonner et partager des engagements, en vue de l'objectif commun - devront démontrer la sécurité et les bénéfices associés à la prise de CBD, en sélectionnant les études scientifiques les plus importantes.

Tu vas devoir identifier ensuite la substance, le(s) procédé(s) d'extraction et les exigences de pureté, les profils toxicologiques. Sur cette base, proposer les conditions d'utilisation (en tant qu'ingrédient dans les compléments alimentaires et/ou aliments d'usage courant) à des fins de consommation sûre, les éventuelles limites d'utilisation et mises en garde, l'information au consommateur. Et préparer un dossier technico-scientifique à présenter à l'EFSA.

L'Autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA), quant à elle, travaille sur un avis scientifique sur certains extraits purifiés de CBD tels que 'Nourriture nouvelle'. Dans le cadre de ses activités de routine pour l'évaluation des risques en matière de sécurité alimentaire qui doit précéder la mise sur le marché de nouveaux aliments. Nous restons donc dans l'attente d'une lumière nouvelle.

CBD et huile de chanvre dans les cosmétiques, Commission européenne alt

La base de données européenne de cosmetici, à son tour, a subi une restriction drastique de l'utilisation des dérivés du chanvre ces derniers mois. (3) La Commission européenne a décidé d'exclure 'cannabidiol, dérivé d'extrait ou de teinture ou de résine de cannabisesthuile de graines de cannabis sativa'du registre des ingrédients cosmétiques admis, rappelant la Convention des Nations Unies sur'stupéfiants".

Ça pue le brûlé le geste des fonctionnaires « diligents » de la Commission européenne qui soudainement - 58 ans après l'adoption de la Convention des Nations Unies sur les stupéfiants (30.1961) - ont exclu le CBD des cosmétiques. D'autant plus que le cannabidiol n'est soumis à aucune limitation, dans la Convention précitée. Car le CBD n'a pas d'effet psychotrope, plutôt neuroprotecteur.

Pourquoi alors? À quel intérêt répondent les fonctionnaires diligents de la Commission européenne, DG Grow, unité D4 ? Pas à ceux des consommateurs, certainement pas à ceux des agriculteurs qui cultivent le chanvre dans l'UE, ni aux nombreuses entreprises qui le transforment en Europe. À 'Big Pharma', plus probable. Puisque #canapabuona est vraiment bon, un trésor pour nos champs et nos organismes, un super aliment aux propriétés intéressantes également en termes de bienfaits pour la santé. Les ploutocrates du secteur pharmaceutique veulent donc s'arroger le monopole de toute application à forte marge. Et les fonctionnaires rendent service public à leurs intérêts privés.

L'huile de chanvre à partir de graines de Cannabis Sativa L. avec une teneur réduite en THC, de plus, il est reconnu par la Commission européenne elle-même (DG Santé, Unité E2) comme un aliment traditionnel, même pas 'Nourriture nouvelle'. Et il est donc exclu, en vertu de la 'Loi alimentaire générale', son inclusion parmi les substances stupéfiantes et psychotropes visées dans les conventions respectives des Nations Unies. (4) 

Cortocircuito dans l'attente d'une clarification, d'une correction immédiate (en annulant la limite imposée de manière injustifiée à l'utilisation du CBD et de l'huile de chanvre dans les cosmétiques) et de déterminer la responsabilité.

Dario Dongo

 

Notes

(1) Date d'entrée en vigueur du premier rég. CE 258/97, 'sur les nouveaux produits et les nouveaux ingrédients alimentaires'. Règlement abrogé par le suivant rég. UE 2015/2283. La base de données européenne est disponible sur http://ec.europa.eu/food/safety/novel_food/catalogue/search/public/index.cfm

(2) Voir Traité pour le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), article 28

(3) V Cosing DB, voix'cannabis sativa Lestcannabidiol', en haut http://ec.europa.eu/growth/tools-databases/cosing/index.cfm?fuseaction=search.simple

(4) Voir règl. CE 178/02, art.2.3.d

+ messages

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Article précédentClémentines, salud d'hiver
prochain articleTarot, naranjas et salud
ARTICLES LIÉS

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données sont traitées.

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "