AccueilNourriture pour animaux domestiquesLa nourriture pour animaux. Revendications de poids

La nourriture pour animaux. Revendications de poids

Les animaux domestiques - comme leurs amis humains - sont en grande partie obèses ou en surpoids. Cela a incité les fabricants de aliments pour animaux domestiques pour développer des produits dédiés, dont les labels et les publicités sont souvent « over the top » par rapport aux règles en vigueur.

Obésité et surpoids chez les animaux de compagnie

L'association pour la prévention de l'obésité animale (APOP), dans une étude menée aux USA en 2017, considérait le surpoids comme une urgence sanitaire touchant 52,7% des chiens et 57,9% des chats.

La situation en Europe c'est peut-être un peu mieux. L'obésité et le surpoids sont les problèmes de santé les plus courants chez les animaux de compagnie, selon les deux tiers des vétérinaires interrogés. Les premières causes de mortalité prématurée, selon 96% des professionnels.

Obésité et surpoids elles dérivent presque toujours d'un déséquilibre entre l'énergie consommée (en excès) par l'alimentation et celle réellement consommée. Elle survient ainsi chez les animaux âgés, dont l'activité motrice a tendance à se réduire, et chez les animaux stérilisés, en raison du stimulus accru de la faim.

Attention à la forme - pour le animaux domestiques, quant à l'être humain, il représente donc un besoin de santé généralisé, au-delà des facteurs esthétiques. Et il a motivé le développement d'aliments spécifiquement destinés à maintenir ou aider à réduire l'excès de poids. Au point que, dans le aliments pour animaux domestiques, chaque ligne de produits comporte au moins une référence 'lumière','faible en gras'ou en tout cas adressé à cet effet.

Étiquettes et publicité des aliments pour animaux de compagnie se livrent souvent à de tels réclamer, qui malheureusement sont souvent infondées. Voyons pourquoi.

Réclamer avantages nutritionnels et de santé dans aliments pour animaux domestiques, les règles

Aux Etats-Unis l'utilisation des termes 'lumière','lumière' ou alors 'Lite', le 'maigre' est autorisé sur les produits dont la valeur énergétique ne dépasse pas un certain seuil (3.100 900 kcal/kg sur les aliments secs, XNUMX kcal/kg pour les aliments humides). Le réclamer «maigre», à son tour, postule une teneur en matières grasses ne dépassant pas 9% du côté sec et 4% du côté humide.

En Europe les règles sont plus complexes. Tout d'abord, tous les aliments destinés à la perte de poids sont soumis à la réglementation PARNUTS et entrent dans la catégorie des aliments diététiques pour animaux de compagnie. (1)

réclamer en bonne santé - dans les deux cas faisant référence à des pathologies (par exemple l'obésité) ou à des avantages spécifiques pour la santé (par exemple la réduction de l'excès de poids) - les produits dénommés "alimentation diététique'. Qui doit respecter les caractéristiques et conditions prévues par la dir. 2008/38/CE. 

Aliments d'usage courant - qu'elles soient complètes ou complémentaires - elles peuvent tout au plus se référer à une fonction de maintien du poids idéal (cd réclamer fonctionnel, par ex. 'aide à maintenir un poids idéal '), sans suggérer une réduction de l'excès de poids. Car cette dernière formulation est plutôt propre, comme nous l'avons vu, à l'« aliment diététique ».

réclamer nutritionnel ils sont également autorisés sur les aliments courants (c'est-à-dire non « diététiques »), dans le respect de certaines conditions que les opérateurs responsables doivent pouvoir justifier au moyen d'analyses de laboratoire spécifiques.

L'indication 'lumière«o»lumière», par exemple, il ne peut être utilisé dans l'information commerciale que lorsque le produit a une valeur énergétique inférieure d'au moins 15 % à la moyenne des produits de la même catégorie disponibles sur le marché, ou à la référence pour le maintien d'une même ligne. (2)

15% de différence - plus généralement - représente la condition d'utilisation des réclamer nutritionnel comparatif (par exemple 'faible teneur en matières grasses»).

Les critères et méthodes d'analyse indiqués à utiliser, sont décrites dans les directives nutritionnelles de l'association professionnelle européenne FEDIAF, à laquelle le même ministère de la Santé en Italie fait référence. Les sanctions sont quant à elles déjà en vigueur, bien qu'à ce jour peu envisagées par les différents opérateurs. (3)

Paola Cane et Dario Dongo

Notes

(1) Voir dir. 2008/38/CE, relative aux aliments pour animaux destinés à une alimentation particulière. Voir aussi le rec. 2011/25/UE, établissant des lignes directrices sur la distinction nécessaire entre les aliments pour animaux et leurs ingrédients, additifs et biocides, en ce qui concerne les médicaments vétérinaires

(2) Avec justificatif des produits et paramètres comparés. Et la prévoyance de respecter les critères établis en matière de publicité trompeuse et comparative (directive 2006/114/CE)

(3) Cf. rég. CE 767/09. Pour le régime des sanctions, voir les articles https://www.foodagriculturerequirements.com/approfondimenti_1/mangimi-le-sanzioni-per-violazione-del-regolamento-767-2009 e https://www.foodagriculturerequirements.com/archivio-notizie/pet-food-etichette-e-allegazioni-in-arrivo-il-decreto-sanzioni

+ messages

Consultant commercial en stratégies, conformité et marketing dans les domaines de l'alimentation et des aliments pour animaux de compagnie. Il est responsable de l'observatoire VeganOK pour l'analyse du marché des produits végétaliens, côté consommateur.

+ messages

Dario Dongo, avocat et journaliste, docteur en droit alimentaire international, fondateur de WIISE (FARE - GIFT - Food Times) et Égalité.

Articles connexes

Articles récents

Commenti récentes

Traduire "